Edonna
<div style="backgroundimage: url(http://img6.imageshack.us/img6/2513/fontcadreconnection.png);">
Bienvenu sur Edonna cher invité !

Le forum est tout nouveau !
En effet, il a ouvert ses portes le 4 juin 2011
Nous somme à la recherche active de membres.

En résumé, Edonna - La guerre des clans s'est :
  • Un forum rpg fantastique heroïque proposant aux membres des intrigues pour avancer dans l'histoire.
  • Un bon niveau de RP : nous demandons 15 à 20 lignes minimum ! Ce forum n'est pas ouvert à tous, on y demande donc un très bon niveau de rp, mais aussi d'orthographe, d'expression et de compréhension écrite et du vocabulaire! Ce n'est pas un forum fait pour les débutants !
  • Les avatars doivent faire obligatoirement 200 x 400 et doivent être de type manga ou image de synthèse.
  • Nous demandons un âge minimum de 14 ans pour s’inscrire : et oui, car avant 14 ans, je ne vois pas quel est l’intérêt d’être sur internet !


Sur ce je vous laisse entrer sur le forum Edonna – La guerre des clans
et vous souhaite une bonne visite en espérant que vous vous y inscrirez !
</div>



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Tinyndel Séregon
avatar


Messages : 165
Date de naissance : 02/10/1989
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 28
Age du personnage : 85 automnes
MessageSujet: Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé] Mer 17 Aoû - 22:54

Les oiseaux se mettaient à chanter timidement. Sans doute parce que l'astre solaire se montrait enfin, laissant s'échapper une faible lueur qui déchirait l'obscurité de la nuit. Perché sur un arbre centenaire, on pouvait voir une fine silhouette endormie, dos au tronc, une jambe étalée sur la branche où il reposait, l'autre vacillant dans le vide. Tout le reste du corps était simplement immobile. Comme s'il ne respirait pas. Un calme légendaire qui laissait son cœur battre lentement... Très lentement. Les minutes passèrent. Les oiseaux étaient plus enthousiastes à réciter leurs chants. D'autres se contentaient d'imiter, de couiner... Ce qui réveillait l'elfe peu à peu. Estimant qu'il était bien trop tôt, il referma ses paupières, profitant un peu plus de son sommeil. De toute façon, si danger il y avait... La nature était à son service. Tinyndel avala sa salive, soupirant, s'étirant, puis se remit dans la même position initiale, sans même bouger un cil. Et c'est alors que son ouïe, parmi tous les bruits environnants, perçut un son lointain. Des croassements de désespoir. Ces corbeaux devaient s'y mettre à une demi-douzaine. L'elfe se dit qu'ils devaient déplorer l'un de leurs camarade, et voilà tout. Mais ce son et cette émotion étaient de plus en plus forts. L'elfe ouvrit les yeux et bascula habilement de branches en branches pour atteindre la terre ferme. Il courut en direction du bruit.

* Si je me souviens bien, il y a une population locale non loin. Et fort étrangement, je ne perçois aucune présence. *

Dans sa course, il s'essuyait les paupières pour se réveiller davantage. Il fut littéralement surpris par une poignée de présences qu'il ressentit violemment. Synonyme de danger, il se hâta gracieusement, sans bruit, derrière un tronc suffisamment gros pour le cacher. Il observa de ses yeux bleu ciel, un trio de bipèdes qui avançaient bruyamment, éructant, grognant, jurant. Leurs petites oreilles et leur taille moyenne fit supposer à l'elfe qu'il s'agissait d'humains. En dépit de la situation et de leurs manières, il trouva plus judicieux de les contourner. Mais étrangement, ceux-ci avaient l'air de progresser en territoire elfe. L'elfe porta un index sur son menton. les croassements venaient de bien plus loin. Rien à voir avec ce groupe de gorilles. Bien qu'ils semblaient progresser en territoire elfe, Tinyndel n'y prêta plus attention et continua sa progression, en route vers le village le plus proche. Au fur et à mesure de son ascension vers celui-ci, le cœur de l'elfe battait au fur et à mesure que les croassements étaient de plus en plus fréquents, et que les lieux étaient littéralement déserts. Il n'y avait aucun sinistre apparent. Les lieux avaient sans doute été désertés. L'elfe afficha une mine terne, désolée. Bien qu'il avait fui ses semblables et qu'il était considéré comme un déserteur, il éprouvait quelque compassion sur l'instant présent. Il se hâta en direction des corbeaux qui volaient en cercle autour d'une hutte, elle aussi, abandonnée. La porte était ouverte, bougeait lentement à cause des brises, mais pas assez pour se refermer. L'elfe s'y aventura prudemment, une main sur le manche de son sabre et les sourcils froncés.

Une odeur de sang régnait en ces lieux. C'en était presque affolant. L'odeur était tellement forte qu'il était sûrement possible de faire une crisse d'angoisse. Une grosse tâche de carmin s'était d'ailleurs incrustée sur le sol, à côté d'un corps inerte. Tinyndel fit de grands yeux horrifiés et releva sa main gauche de son pommeau. Il se précipita vers le corps, dont les mains étaient ligotées dans le dos. Il le redressa pour mesurer le pouls... D'une jeune elfe à la mine désespérée. Le pouls était très faible. Il remarqua d'ailleurs des traces sur son cou, comme si quelqu'un lui avait fait une strangulation. Constatant qu'elle était entre la vie et la mort, il s'empressa de dégainer une partie de son sabre pour lui ôter les liens. Il l'observa de plus prêt : il s'agissait d'une elfe aux cheveux sombres dont les pointes étaient quelque peu éclaircies. Elle portait beaucoup d'accessoires. Tinyndel pensait qu'il s'agissait d'une créature pleine de joie, et voilà tout. Il chercha la plaie du regard, et observa, en plus d'une cheville à la couleur violette, une plaie sur l'un de ses piteux avant-bras. La plaie devait sûrement avoir été infectée. D'un geste vif, il se saisit de sa gourde, versa quelques gouttes dans le creux d'une de ses mains et incantant en fermant les yeux. Il les rouvrit et pencha sa main, laissant égoutter sur la plaie. Rien ne sembla se produire à première vue, mais l'elfe était confiant. Il sortit de son inventaire des bandages parfumés à la jacinthe qu'il enroula gracieusement autour de l'avant bras de l'elfe endormie. Il répéta l'opération sur la cheville, mais plus solidement cette fois-ci. S'essuyant le front, il avala quelques gorgées de sa gourde, ce qui le revigora plus que la normale, étant un elfe adepte de l'élément eau.

* Pour l'instant, elle est hors de danger. Mais je dois l'amener dans un endroit plus calme où personne ne nous trouvera... *

Tinyndel souleva lentement le corps pour le poser sur son dos, passant les bras de l'elfe endormie autour de son cou, attrapant ses jambes et se relevant, marchant le dos quelque peu courbé pour pas qu'elle ne tombe à la renverse. Le soleil était un peu plus haut dans le ciel, et la nature semblait si calme. Comme si rien, absolument rien ne s'était passé. Il bondit de la plate-forme de bois pour atterrir sur la terre, tout en prenant soin de croupir les jambes pour amortir le choc et ne pas réveiller sa semblable. Il progressait, à grandes enjambées, d'une discrétion absolue tel un chat dans la nuit dont les pas étaient inaudibles. Il continua son petit périple jusqu'à un point d'eau, où il déposa doucement l'elfe pour l'allonger sur le terrain pentu. Il la regarda longuement, se demandant ce qu'il allait bien pouvoir faire d'elle une fois qu'elle se réveillerait. Puis il tourna les talons, se dit qu'il y réfléchirait pendant qu'il irait cueillir dans la futaie environnante de quoi les nourrir. Aux environs, il cueillait tout ce qui pouvait bien lui passer sous la main : quelques pommes vertes et plus majoritairement des myrtilles. Il attrapa aussi quelques feuilles de tilleul, suffisamment pour faire une tisane. Enfin, fier de sa cueillette, il revint, les vêtements remplis de baies qu'il déchargea à ses côtés. Il continua de fouiller ses nombreux endroits où il pouvait contenir quelque objet, et sortit une petite coupole en bois. Il se saisit à nouveau de sa gourde pour la remplir, et jeta progressivement des petits morceaux de plante qu'il arrachait délicatement de ses doigts. Enfin, il plaça sa main au-dessus du récipient et incanta. L'eau, en plus de monter en température, s’imprégnait peu à peu des plantes qui, elles, disparaissaient. Il déposa cette coupelle qu'il fit tenir en équilibre de quelques baies, n'ayant pas d'autre solution, le tout à proximité de l'elfe, toujours endormie. Il se posa non loin, en tailleur, attendant patiemment, croquant à pleine dents dans une pomme verte et grimaçant légèrement à cause de l'acidité de celle-ci.


Dernière édition par Tinyndel Séregon le Jeu 25 Aoû - 13:34, édité 1 fois
Fy Thïena
avatar
♣ Poète et chanteuse itinérante ♣


Messages : 515
Date de naissance : 22/04/1991
Date d'inscription : 15/06/2011
Age : 26
Age du personnage : 87 ans ... Si si, mais je cache bien et en parait 20 !
MessageSujet: Re: Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé] Jeu 18 Aoû - 10:49

***************************

Je revoyais l’humaine face à moi, un rictus cruel sur les lèvres alors que je m’empêtrais dans je ne sais quoi… Mes jambes ne me portaient pas, ma voie semblait éteinte… Tout en moi me disait de fuir mais j’en étais incapable. Je vis briller la lame d’un couteau, éclairée par un subtil reflet de lune, et un sourire… Un sourire carnassier, des yeux gris qui me fixaient… La lame s’abattit, fendant l’air sur son passage.


***************************

    Je sursautais littéralement, brusquement expulsée de mon sommeil, me redressant d’un coup la main sur le cœur. Je m’étais relevée tellement vite que j’en étais prise de vertige, et que je faillis basculer en arrière. Où étais-je ? Qu’est-ce qui c’était passé ? Le sang me battait aux tempes, me rappelant alors que je souffrais d’une terrible migraine, qui m’arracha une légère plainte alors que je courbais, dans l’espoir d’avoir un peu moins mal. Je sentais d’autres blessures de part et d’autre de mon corps. Mes poignets me faisaient mal, et bien que ce soit supportable, ça n’avait rien d’agréable. Une douleur similaire avait gagné mes chevilles… Et une vive douleur à l’avant-bras me remémora presque toute la scène, et un nom résonna dans ma tête : Julia. Cette saleté d’humaine ! Sous l’effet de la colère qui monta comme une flèche je refermais péniblement ma main sur de l’herbe. De l’herbe ? Ma colère s’évapora comme elle était venue, et mon regard se porta autour de moi. Je n’étais plus dans le cabanon, mais dans la forêt, là même où j’avais un peu plus tôt croiser des humains en déroute. Par Noya qu’est-ce que je fabriquais là ?!

    Je tournais la tête et remarquais que je n’étais pas seule… Un autre elfe se tenait là. Les cheveux blancs longs, les yeux bleus ciel, le visage fin… Un visage qui mettait complètement inconnu. Je n’avais jamais vu cet homme, en tout cas, si je l’avais vu, je ne m’en souvenais pas. Je m’en étonnais car j’avais tellement voyagé de villages en villages que je connaissais presque toute la population de la forêt de vu… Mais lui. Je secouais doucement la tête. Visiblement il ne me voulait pas de mal, et je le soupçonnais même de m’avoir sortie du cabanon où je me trouvais… Je le soupçonnais aussi de m’avoir pansé la plaie à l’avant-bras. Je le fixais un instant, un silence gêné c’était installé alors que je le contemplais en silence de mes yeux écarquillés de surprise. C’était une chance que ce soit l’un des miens qui m’est retrouvée dans cette cabane, et pas un de ces soldats… Oui, une grande chance même ! Car ils n’auraient pas un seul instant hésité à se servir de moi comme otage pour quitter la forêt ! Mon esprit embrumé vagabondait d’une idée à l’autre sans la moindre cohérence, ce qui expliquait sans doute mon très long moment de silence. L’autre elfe luis emblait attendre que je parle, avec une patience infini il me dévisagea tandis que je faisais le tour de toute les interrogations qui me trottaient dans l’esprit. Finalement mes lèvres se délièrent, mettant fin au silence circonspect, et couvrant les bruits environnant.

    - Qui… Qui êtes-vous ?

    Je n’avais rien à voir avec cet elfe. Lui avait une musculature visible sous ses vêtements, je le soupçonnais d’être l’un des soldats de notre royaume, bien que j’étais loin de la vérité, mais dans le doute, je ne pus m’empêcher de lui poser la question.

    - Vous êtes un soldat ? C’est vous qui m’avez retrouvé ? Où… Où est l’humaine ?!

    La surprise se peint sur le visage de l’elfe qui me fixait avec incompréhension. Je ne le comprenais que trop bien. Je venais de me réveiller, blessée de toute parts, et la première chose que je demandais, c’était si oui ou non il avait vu un de nos ennemis, sans lui donner plus de détail que ça… Sans même prendre le temps de le remercier non plus. Je ne savais même pas combien de temps c’était écoulée depuis mon accrochage dans la bâtisse. Une heure ? Une journée ? Une nuit ? J’écartais rapidement l’hypothèse que je ne mettais évanouie que quelques heures… Lors de mon accrochage avec Julia, la lumière du soleil déclinait, et là, elle était presque à son zénith. J’en déduisis qu’il ne devait pas être loin de dix heures. J’étais restée inconsciente toute la nuit ? Je reportais mon attention sur l’elfe.

    - Il… Il ne faut pas rester ici… Il y a des humains qui rôdent encore dans les alentours… Ils sont dangereux, dangereux, armés et désespérés ! Il faut… Il faut…

    Je tentais péniblement de me redresser, mais le vertige qui me gagna me fit me rassoir. J’étais tenaillée par la faim, la soif… J’étais épuisée de surcroit, et complètement confuse. Je me réveillais au beau milieu de la forêt en présence d’un inconnu de la même race que moi alors que la nuit dernière je luttais à mains nues contre une humaine et tentais de sauver ma peau… Le flopé de questions qui me taraudaient allait devoir attendre… Pour le moment, il fallait que je récupère… L’hésitation de ma phrase précédente laissée en suspens me parut dès lors superflue, et je repris de plus belle…

    - Il faut vraiment que je boive quelque chose… Vous… Auriez de l’eau ?
Tinyndel Séregon
avatar


Messages : 165
Date de naissance : 02/10/1989
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 28
Age du personnage : 85 automnes
MessageSujet: Re: Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé] Jeu 18 Aoû - 13:06

Les minutes passaient. Tinyndel jeta son trognon de pomme au loin et sortit un livre de dessous ses vêtements. Le fameux livre qu'il avait ""dérobé"" de l'humain qu'il avait tué il y avait de cela trois décennies. Il lui arrivait de jeter quelques coups d’œils à l'elfe qui était soigneusement allongée sur le sol, ni loin ni trop près. L'incantation que Tinyndel avait prononcée en humidifiant la plaie avait sûrement fonctionné. L'elfe reprenait peu à peu ses couleurs et respirait plus facilement. Et dès son réveil, elle serait prête à se rassasier. Et elle se réveilla enfin. Percevant quelques gestes de panique, Tinyndel referma brièvement un livre qu'il posa à ses côtés, regardant sa semblable immerger de son coma avec un air interrogateur. Il plissa du front lorsqu'elle sursauta en le voyant, se demandant si lui-même n'avait pas une tête amicale. Il afficha de nouveau une mine normale et impassible, attendant que Fy prenne la parole. Dans le cas contraire, il l'y aurait invitée.

« Qui... Qui êtes-vous ? »
« Un ermite qui vous veut du bien. Mais si c'est mon nom qui vous intéresse, Tinyndel Séregon conviendra. »
« Vous êtes un soldat ? C’est vous qui m’avez retrouvé ? Où... Où est l’humaine ?! »

L'elfe haussa un sourcil. Ces questions-là étaient si hâtives qu'il n'avait mot à rétorquer à sa semblable. Il la regardait s'agiter, regarder autour d'elle sans même faire attention à son déjeuner. Il continuait de la fixer avec ce même air de dédramatiser la situation. Il ne voulait pas la brusquer et attendre le moment opportun pour l'apaiser. Mais au fond, il comprenait sa crainte : elle avait failli laisser la vie. Il croisa les bras, attendant qu'elle se mette à donner des conseils avisés et plein de sagesse comme tout elfe normalement éduqué aurait fait.

« Il... Il ne faut pas rester ici… Il y a des humains qui rôdent encore dans les alentours… Ils sont dangereux, dangereux, armés et désespérés ! Il faut... Il faut... »
« Je devine donc que ces blessures ont été faites par des humains. Décidément la cruauté croit de saisons en saisons... J'ai vu des humains aux alentours, mais ils ne nous trouverons pas, soyez sans crainte. De surcroit vous ne devez pas oublier que la nature est de notre côté. »

Bien que Tinyndel eût parlé d'un ton calme, serein et non moins convainquant, il vit la femelle essayer de se redresser mais, à bout de force, elle revint dans sa position initiale, assise sur l'herbe, comme lui. Tinyndel ne put s'empêcher de sourire, en coin, pour qu'elle ne puisse pas le voir.

« Il faut vraiment que je boive quelque chose... Vous... Auriez de l’eau ? »
« Il y en a juste devant vous. Toute une rivière. Vous êtes tellement affolée que vous ne faites plus attention à ce qui nous entoure. De surcroit, vous avez pleinement ignoré la tisane et les fruits qui se situent à votre droite. Un bras suffisamment tendu vous permettra de les atteindre. Buvez d'abord ce que je vous ai préparé, votre corps a subit de dures épreuves. C'est une chance que vous ayez survécu. J'ignore si beaucoup d'elfes seraient capable d'endurer cette violence, autant sur le plan physique que mental. Nous sommes frêles, après tout. »

Voyant qu'elle se saisit enfin de sa tisane et de quelques baies, il attendait qu'elle se rassasie. Il en profita pour prendre une petite poignée de myrtilles pour les ingurgiter. Un des moments les plus joyeux de sa vie quand on n'avait pas de compagnon de route... Enfin, il tendit sa gourde d'eau à sa camarade puisque après tout, elle avait demandé de l'eau...

« Maintenant que je vous estime quelque peu rassurée, je vous propose de me raconter ce qui s'est passé. Mais si la fatigue vous gagne de nouveau, n'ayez crainte, reposez-vous, dormez sur vos deux oreilles. Je vous le répète : si nous sommes ici, c'est parce que je suis sûr que nous ne serons pas vus. Dans le cas contraire, la nature nous avertirait, pas vrai ? »
Fy Thïena
avatar
♣ Poète et chanteuse itinérante ♣


Messages : 515
Date de naissance : 22/04/1991
Date d'inscription : 15/06/2011
Age : 26
Age du personnage : 87 ans ... Si si, mais je cache bien et en parait 20 !
MessageSujet: Re: Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé] Ven 19 Aoû - 11:22

    Il avait raison… Et pas uniquement sur le fait que je ne fasse pas attention sur ce qui m’entourait. Je poussais un petit soupire d’aise en dévorant littéralement les fruits de la cueillette de l’elfe qui m’avait recueilli. Durant tout mon repas, je n’avais cessé de jeter des coups d’œil à droit et à gauche, à la recherche d’un point de repère familier. J’avais beau connaître cette forêt comme ma besace, le coup que j’avais pris sur la tête m’empêcher de farfouiller avec efficacité dans ma mémoire. Non je n’étais pas amnésique, juste sonnée. Lorsqu’il me présenta sa gourde, je lui arrachais presque des mains, buvant à grands traits, avalant de travers, toussotant, avant de me remettre à boire de plus belle. Je bu tout mon soul, et lorsque j’eus fini il ne restait pas grand-chose dans la gourde, tandis que moi, je me sentais ragaillardie. Je passais lentement le dos de ma main contre ma bouche, poussant un petit soupire. Je me sentais revivre ! Ma tête me semblait moins lourde, et soudain, j’arrivais enfin à voir à peu près où nous trouvions. Instinctivement je tournais la tête vers l’est, non pas que j’ai vu quelque chose, mais je savais que mon village natal se trouvait dans cette direction à plusieurs journées de marche d’ici. Je n’avais jamais été aussi proche de chez moi depuis mon départ… Je me promis d’y repasser. En attendant, je me tournais vers mon compagnon qui m’avait sorti d’un bien mauvais pas. J’esquissai un petit sourire.

    - Vous avez raison… Je pense qu’on ne craint pas grand-chose ici.

    Cet elfe… J’étais sûre de ne jamais l’avoir vu. Son visage ne me disait rien, mais ses manières m’insistaient à lui faire confiance… Après tout, c’était le premier elfe avec qui j’avais un échange constructif depuis mon départ. Je m’assis en tailleur, de manière similaire à mon camarade… Je réfléchis un instant… Comment lui résumer ce qui m’était arrivé ? Oh… Je trouverais bien ! Si je voulais devenir une ménestrel accomplie, je devais absolument apprendre à improviser !

    - Je pense que ça devrait aller maintenant… Mais… Je ne sais pas trop comment vous résumez ce qui s’est passé. C’est… Compliquée, et assez long. Enfin, si vous avez du temps et que vous aimez les longues histoires…

    Il me fit un bref signe de la tête… Je pris ça pour un oui. Je me lançais immédiatement dans mon récit, ne lui épargnant aucun détail. Je commençais par lui parler de mon départ et de mon voyage dans le royaume des humains, là où j’avais rencontré Julia la première fois. Je lui expliquais aussi brièvement l’épisode des brigands qui nous avait agressés, et nos sauvetages mutuels. Je lui fis un résumer de mon voyage en compagnie d’une dragonnière sur la mer, la rivière ouest et dans les montagnes, et les causes de notre séparation, ainsi que mon retour dans la forêt. Je ne lui épargnais pas non plus le massacre qu’avait fait nos frères sur cet escarmouche d‘humains qui avait attaqué de front en sous nombre, me promettant d’en faire une épopée que je chanterais à la fête des moissons. Enfin, j’en viens à ma nouvelle rencontre avec Julia, et je lui expliquais que, dans un mouvement de panique, elle avait décidé de s’enfuir, en me laissant dans cette cabane… Je lui racontais brièvement ma lutte, mais, même si j’aurais préféré garder sous silence cette partie de mon aventure.

    Lorsque j’achevais mon récit, je vis se peindre sur le visage de mon interlocuteur une sorte de surprise. Je remarquais également que le soleil était maintenant à son zénith. J’avais parlé si longtemps que ça ? J’esquissais un sourire ne pouvant que trop comprendre l’étonnement de Tynindrel. Je n’avais rien d’une aventurière, et j’étais bien plus frêle que beaucoup de mes semblables, et malgré ça, j’avais affronté des brigands, traversé une des plus grandes cités humaines, et voyagé main dans la main avec une ennemie de notre peuple et ce pendant plusieurs jours. Et je réalisais alors une chose… Bête, mais terriblement basique. J’esquissais un petit sourire.

    - Oh… Je ne me suis même pas présentée ! Je m’appelle Fy. Fy Thiëna.

    Je me sentais mieux, et je savais, sans me voir, que j’avais probablement dû reprendre quelques couleurs. Allant de pair avec cette amélioration physique notable, je sentais que mes idées étaient plus claires… Ma curiosité insatiable était elle aussi revenue, avec quelque renfort d’ailleurs, et de multiple questions me trottaient dans la tête… Je sentis même mes lèvres commencer à remuer avant d’avoir pu jauger quelles étaient les questions que j’aurais pu lui poser sans paraître indiscrète :

    - Et vous ? Je ne vous ai jamais vu malgré tous les villages où je suis dans notre royaume… Vous venez des terres ? J’ai entendu dire que certains elfes vivaient chez les bestiaires… Et puis, comment m’avez-vous trouvé ? Et…

    Je me tus alors ; peut-être n’avait-il pas envie de me parler ouvertement comme je venais de le faire ? Je savais que je me comportais comme une gamine… Pire ! Comme une humaine ! Cette soif intarissable de questions me mit dans l’embarras l’espace d’un instant… Je regardais le jeune elfe avec un petit sourire gênée.

    - D-désolé… Je ne veux pas vous embêter avec toutes ces questions…
Tinyndel Séregon
avatar


Messages : 165
Date de naissance : 02/10/1989
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 28
Age du personnage : 85 automnes
MessageSujet: Re: Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé] Ven 19 Aoû - 14:24

« Oh... Je ne me suis même pas présentée ! Je m’appelle Fy. Fy Thiëna. »


Tinyndel hocha respectueusement la tête, bien qu'il ne souriait pas. Il ne connaissait pas cette elfe, mais il avait la fâcheuse habitude de rester de marbre et ce même dans les situations les plus joyeuses. D'autant plus que Fy lui avait narré ses aventures, certaines étant pénibles. Il ferma les yeux de soulagement à l'idée que sa camarade allait mieux. Elle était même rayonnante. Et puis il fixa de nouveau le cours de l'eau, droit devant lui, l'air pensif. Il songeait déjà à aller en territoire humain pour y observer la vie là-bas. Lui qui avait eu l'habitude de vagabonder dans les Terres où il pourrait être sûr de ne pas être agressé - si ce n'est une poignée d'humains à qui il a dû ôter la vie en trente ans - il fallait bien franchir un tel cap. Il tâtonna sur sa droite pour piocher d'autres baies et les insérer dans sa bouche, mâchant lentement, affichant toujours le même regard calculateur.

« Et vous ? Je ne vous ai jamais vu malgré tous les villages où je suis dans notre royaume... Vous venez des terres ? J’ai entendu dire que certains elfes vivaient chez les bestiaires... Et puis, comment m’avez-vous trouvé ? Et.. D-désolé... Je ne veux pas vous embêter avec toutes ces questions... »


L'elfe planta ses yeux dans ceux de Fy. Ils paraissaient si innocents qu'il était difficile de déterminer s'il pouvait lui dire la vérité. Peut-être qu'elle en parlerait à ses congénères, et peut-êtres que ceux-ci le rechercheraient pour le punir et l'exécuter sur le champ. Il avala sa salive, continuant de fixer Fy d'un regard froid. Toutefois, il pensa à son code de conduite personnel qui stipulait d'être honnête en toute circonstance. De surcroit, sa vie importait peu et ce depuis des années.

« Je suis un elfe itinérant qui vous a désertés il y a de cela environ trois décennies. Et si je vous ai trouvée, c'est parce que la faune m'a guidé jusqu'à vous. J'écoute perpétuellement la nature. Elle est notre amie. Elle nous a même fait cadeau d'un élémentaire natif. Seuls nous, les elfes, sommes capables de les manipuler. A ma connaissance. Enfin, rassurez-vous, je ne vais pas vous séquestrer pour que vous n'alliez raconter à vos semblables que je suis encore en vie... Pour ceux qui connaissent mon nom, tout du moins. Je continuerai de vous fuir et je préfère mourir chez l'ennemi que décapité chez mon peuple. »


Sur ces mots, Tinyndel se leva lentement et alla récupérer sa gourde, posée au sol, à côté de Fy. Il se dirigea vers le point d'eau pour plonger le récipient afin de le remplir intégralement. L'eau reflétait le soleil à son zénith. Lui-même n'avait pas vu le temps filer. Il constata d'autant plus que l'eau était quelque peu agitée. Le danger n'était pas loin, seulement, il était impossible à l'elfe d'en déterminer sa nature. Il en déduit qu'ils étaient restés un peu longtemps céans et qu'ils devaient absolument faire les nomades si ce lieu devait être considéré comme secret. Il sortit sa gourde et la bouchonna. Il revint sur ses pas et demanda à Fy, d'un ton un peu moins serein.

« J'ai un mauvais pressentiment. Je crois que certains êtres risquent de découvrir cet endroit. Tout à l'heure, j'ai croisé trois hommes qui vagabondaient en ronchonnant, comme s'ils étaient perdus. Nous sommes en position de force, mais ils ne doivent pas trouver ce lieu en notre présence. Fy, je vais vous raccompagner au village le plus proche. Vous pouvez marcher ? »


Il lui tendit une main, fixant sa cheville solidement pansée par les bandages verdâtres que Tinyndel avait appliqués quelques heures plus tôt. Il était prêt à la porter de nouveau sur son dos en cas de difficulté de mouvement. Malheureusement, il n'avait pas le temps de diagnostiquer sa cheville, si bien qu'il ne se faisait plus aucun souci pour l'avant-bras.

[Navré pour le maigre nombre de lignes et le manque d'imagination.]
Fy Thïena
avatar
♣ Poète et chanteuse itinérante ♣


Messages : 515
Date de naissance : 22/04/1991
Date d'inscription : 15/06/2011
Age : 26
Age du personnage : 87 ans ... Si si, mais je cache bien et en parait 20 !
MessageSujet: Re: Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé] Ven 19 Aoû - 16:29

    Bien que les révélations de l’elfe m’aient choqué, je n’en laissais rien paraître. Je ne devais pas porter de jugement, ce n’était pas mon rôle, et je n’en avais pas le droit en raison de la dette que je lui devais. Il m’avait probablement sauvé la vie, et ça, je ne pouvais l’ignorer, que ce soit un vagabond ou un exilé, ça ne changeait rien ! J’attrapais son avant-bras, et je le senti me tirer en arrière pour m’aider à me relever… Le choc fut plus rude que prévue, et j’eus presque l’impression de ne plus avoir de pied pendant quelques secondes, tant et si bien que je m’écroulais à moitié sur Tynindrel, ce qui m’empêcha de tomber. Par chance, il était bien plus massif que moi, et il ne bougea presque pas. Je fis quelques tests, et finalement, je parvins à rester debout, sans aide… Je boitais légèrement, mais d’avantage parce que mon pied n’avait pas été bien irrigué trop longtemps que parce que j’avais mal… En réalité, il me semblait insensible. J’hochais de la tête à sa question, et nous nous mîmes en route, avançant doucement, tendant tout deux l’oreilles pour percevoir le bruit que pourrait faire trois humains perdus dans la forêt, mais mise à part quelques oiseaux et le grondement des chutes d’eau au nord d’ici, rien d’inhabituelle ne semblait troubler le calme de cette endroit.

    - Vous… Vous savez, si vous voulez rebrousser chemin tout seul, vous pouvez.

    Je ne disais pas ça pour m’en débarrasser, loin de là, mais mes propos maladroits me valurent un coup d’œil interrogateur de la part de l’homme.

    - Je ne dis pas ça contre vous ! Ne le prenez pas mal, mais si… Si vous avez mis en exile comme vous le prétendez, cette forêt est un véritable piège en ce moment ! Nos soldats ont été rabattu à l’intérieur des bois et cherchent tous les humains qui se sont échappés, et ils reconduisent nos civils jusqu’au village s’ils en ont l’occasion… Il… Ne faudrait pas qu’ils vous trouvent.

    J’avais été truffe de ne pas réaliser avant les risques qu’ils prenaient en me raccompagnant, de ne pas lui avoir dit que nos soldats patrouillaient sans relâche, sans parler des humains qui pouvaient nous surprendre à tout instant… Pour ma part, seul les humains représentaient une menace, et encore, je n’étais pas sûr qu’ils oseraient s’attaquer à une elfe dans cette situation… Au moindre cafouillage, les éventuels appels à l’aide et autre cris de panique alerteraient sans tarder les nôtres. Mais pour Tynindrel, c’était différent, lui craignait principalement nos frères.

    J’avais à peine fini ma phrase que mes oreilles se dressèrent, exactement en même temps que celles de l’autre elfe. Ma voie avait masqué les lointains échos de voie qu’on aurait pu percevoir un peu avant. Visiblement, ils étaient deux ou trois… Probablement trois… Tout du moins, je crus entendre trois voies différentes… Je tournais lentement la tête vers l’autre elfe qui fixait les buissons en face de nous… Je lui saisis le poignet, le tirant instinctivement derrière le tronc le plus proche. Certes, ce n’était pas la meilleur cachette possible, mais dans l’immédiat, c’était la plus évidente, surtout que si c’était des elfes qui sortaient des fourrés, je devrais laissée mon compagnon et me diriger vers eux pour les éloigner de lui… Inutile de lui attirer d’autres ennuis. J’en étais presque à redouter que ce soit des archers de notre royaume en patrouille car si tel était le cas, il n’était pas impossible qu’il met entendu parler…

    Je déglutis, fixant les plantes touffues qui nous bouchaient la vue… Je sentais la tension monter au fur et à mesure que les vois s’approchaient… Aurions-nous dû contourner cet endroit de suite après les avoir entendu ? Sûrement, mais maintenant, il était trop tard, ils pouvaient surgir à tous moment… Elfes ? Humains ?.. J’en étais presque à prier Noya que ce ne soit que des bestiaires en pèlerinage…
Tinyndel Séregon
avatar


Messages : 165
Date de naissance : 02/10/1989
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 28
Age du personnage : 85 automnes
MessageSujet: Re: Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé] Ven 19 Aoû - 23:38

« Vous... Vous savez, si vous voulez rebrousser chemin tout seul, vous pouvez. Je ne dis pas ça contre vous ! Ne le prenez pas mal, mais si... Si vous avez mis en exile comme vous le prétendez, cette forêt est un véritable piège en ce moment ! Nos soldats ont été rabattu à l’intérieur des bois et cherchent tous les humains qui se sont échappés, et ils reconduisent nos civils jusqu’au village s’ils en ont l’occasion... Il... Ne faudrait pas qu’ils vous trouvent. »


Tinyndel voulut répondre à Fy, mais il fut littéralement surpris par des intonations de voix qu'il entendait non loin. Il fixa la futaie devant lui, et fut d'autant plus décontenancé par la poigne que Fy exerça pour l'attirer derrière un arbre alors qu'ils entendaient, au loin, deux voire trois voix différentes. C'étaient les mêmes que tout à l'heure. Tinyndel fronça les sourcils. Ces humains allaient bientôt les voir. Les bruits de pas se faisaient de plus en plus bruyants, de plus en plus proches. Et on pouvait entendre ce qu'ils racontaient.

« Quand j'pense que cette chienne de capitaine nous a pris pour du gigot... En plus si elle nous r'trouv' on va finir décapité. » lançait une voix.
« Mais non on s'ra pas mort. Tué par une femme, c'est insensé, Yadubon ! » répondait une autre.
« Je t'ai dit de m'appeler autrement, l'fenec. Tu m'appelles encore une fois comme ça et j'te jure je t'arrache la langue » répondit la première.
« Taisez-vous, bande de gueux, et marchez ! » ordonna la troisième.

Ils continuaient de se plaindre. Tinyndel hocha positivement la tête à Fy et pointa son index devant sa bouche pour indiquer à Fy de se faire discrète et qu'il gérait la situation. Il se montra aux trois hommes qui ne purent que reculer en affichant un air surpris, probablement à cause de leur fatigue. Après tout, il vadrouillaient depuis ce matin.

« Bonjour, messires. Vous m'avez l'air perdus. Puis-je vous aider ? » demanda Tinyndel d'une voix cordiale dépourvue d'agressivité.

Les trois gorilles s'échangèrent des regards complices. L'un d'eux fit signe aux deux autres de tourner le dos à l'elfe pour se concerter. Tinyndel comprit qu'ils mijotaient quelque chose de louche. Il profita de cet instant pour jeter, à son tour, un regard complice à Fy pour la rassurer. Après un court instant, les hommes se redressèrent et tournèrent les talons pour faire de nouveau face à l'être aux longues oreilles, un sourire malsain.

« Ouais tu vas nous aider, ouais. On va te trancher la tête et la ramener à notre boss et cela nous épargnera une corvée de patates ou... La mort... par décapitation. » lança Yadubon.

( http://youtu.be/u_GiCy2Pz4o?t=5s )

Ils avaient prononcé le dernier mot tout en dégainant leur arme, ce qui produit un son grinçant et strident à filer des frissons dans le dos. Mais Tinyndel avait l'habitude de ces situations. Il fit un léger pas en arrière, plaçant sa main gauche sur le pommeau de son sabre. Il était inutile de parlementer avec des mots, face à ces trois gorilles qui approchaient lentement. L'elfe reculait également, se forçant à ne pas regarder Fy qui commençait par se décaler afin de ne pas être vue par les humains. Les lieux étant étroits, ils ne pouvaient charger en même temps. Le gorille Yadubon, qui se trouvait au centre, chargea le premier avec un coup d'estoc puissant. Tinyndel dégaina juste à temps pour interposer sa lame et faire glisser celle de son adversaire vers le haut et le destabiliser. Il enchaîna avec un coup du dos de son sabre dans la nuque de l'humain. Celui-ci, avant de s’effondrer comme une masse sur le sol, laissa s'échapper un "Géaaaaant...". Le second chargea à son tour, enjambant le premier homme jonchant le sol et profitant de l'élan pour brandir son épée au-dessus de sa tête et l'abattre de tout son poid sur Tinyndel. L'elfe se fit mince et pivota juste à gauche, enchaînant avec un coup de sabre - toujours du dos - en direction de la nuque de l'être humain. Celui-ci, au lieu de planter piteusement son épée dans la terre, la dévia en direction de Tinyndel. Les lames s'entrechoquèrent et le sabre succomba en deux parties, l'une allant se planter dans un arbre voisin, non loin de Fy. Tinyndel afficha une mine horrifiée en sa direction, apeuré à l'idée de l'avoir blessée, et se concentra de nouveau sur l'humain qui portait une attaque horizontale qui se dirigeait droit sur le flanc gauche de l'elfe. Le temps se ralentit dans sa tête, le danger était imminent, et il sentait que la mort était aux aguets. Affichant une mine horrifiée, il cherchait une solution pour échapper à cette attaque, en vain, alors que l'arme de son adversaire se rapprochait de plus en plus de lui...
Fy Thïena
avatar
♣ Poète et chanteuse itinérante ♣


Messages : 515
Date de naissance : 22/04/1991
Date d'inscription : 15/06/2011
Age : 26
Age du personnage : 87 ans ... Si si, mais je cache bien et en parait 20 !
MessageSujet: Re: Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé] Mar 23 Aoû - 11:06

    Alors que Tynindrel se jetait dans la mêlé corps et âme, j'étais restée derrière mon arbre, à contempler avec impuissance la scène qui se déroulait sous mes yeux. Je me sentais d'une inutilité grandissante. Je ne savais pas se que mon compagnon avait en tête, mais visiblement l'agressivité des humains semblaient virulente et prompt à engendrer des ennuis. Ils sortirent leurs armes presque aussitôt après avoir discuter entre eux, se lancèrent dans une bataille sans queue ni tête. Il avait l'avantage du nombre, je le savais, et même si l'elfe était un très bon combattant, cela pouvait se révéler dangereux. Cependant, il semblait si sûr de lui que je n'osais pas bouger, me contentant de regarder les feintes, affronts directs et autres coups d'estocs depuis ma cachette. Le premier des hommes s'écroula aux pieds de l'elfe. Je retenais alors un cri de joie... Inutile de me faire remarquer pour le moment.

    Alors que je contemplais la scène, j'entendis un bruit sec, le bruit d'un morceau de lame s'enfonçant avec force dans le bois... Je regardais l'arbre horrifié. Et dire que sa aurait pu être moi. Tout se figea. Je vis l'humain, un rictus de victoire imprimé sur le visage amorcer une attaque en direction de l'elfe. La lame scintilla légèrement alors qu'il allait l'abattre, il allait le tuer ! Je ne sais pas par quel miracle, mais je parvins, malgré la distance qui me séparait des deux hommes, à faire éclater la gourde en peau de bête que l'humain avait attaché à sa ceinture. J'avais réagis sans réfléchir, ma main était planté dans la direction de l'humain, alors que se dernier perdait l'équilibre, tombant sur les fesses, emporté par son élan. Je me rendis compte à quel point respirer me semblait maintenant difficile. Certes, je venais probablement de sauver la vie de l'elfe, mais à quel prix ? Ma tête bourdonna alors que j'entendis au loin les échos de la bataille reprendre de plus belle. Je perdis pied l'espace d'un instant, et je manquais de peu de tomber, me rattrapant in-extremis au tronc de l'arbre. Mon regard flou se balada en vitesse sur le champ de bataille où je distinguais toujours deux silhouettes, je tournais la tête vers le chemin d'où venait les humains. Où était le troisième ?

    Comme pour répondre à ma question, une branche craqua non loin de moi, et je jetais à plat ventre juste avant que le souffle de son épée ne s'arrête dans un bruit sec en rentrant dans le bois. A plat ventre dans la poussière, je me redressais, couru jusqu'au bosquet en face alors que l'homme aboyait à grand renfort d'injures, tout en essayant d'ôter du bois son épée, des ordres au premier soldat qui c'était écroulé sur le sol, mais qui, par chance, restait inerte. Je me glissais dans le bosquet, et, accroupie, progressais dans le taillis cherchant du regard l'autre elfe. Je ne le voyais plus... Je n'entendais plus les bruits de la bataille... S'en était-il sortie ? Je relevais prudemment la tête, et vis malgré la brousse épaisse, que le deuxième soldat était inerte sur le sol. Le troisième gaillard marchait entre ces deux compagnons, armes au poing, cherchant du regard un quelconque combattant qui lui en voudrait personnellement. Mais aucune trace de Tynindrel. Je continuais ma progression aussi discrètement que possible, mes pieds nus n'émettant pas le moindre son sur le tapis de mousse et de feuilles sous mes pieds.

    Je marchais depuis quelques instants sur le tapis moussu, quand je sentis une main se plaquer contre ma bouche. Je retins un cri d'effroi qui aurait dans tous les cas été étouffé par cette main plaqué contre ma bouche... Ami ou ennemi ? Je ne le savais pas, j'étais bien trop paniqué pour analyser la main posé contre ma bouche... Je me débattis fébrilement, trop fatigué par l'effort que je venais de faire. Le flot de magie avait emporté mes forces à peine recouvrées, et maintenant, je me sentais vide de toute substance. Une profonde fatigue avait naquit au sein des mes muscles... Je battis fébrilement des paupières après avoir arrêté de gigoter. Et j'attendis. J'attendis de savoir si c'était un ami ou un ennemi qui se tenait là à m'enserrer contre lui en me plaquant la main contre la bouche pour ne pas que je fasse de bruit...
Tinyndel Séregon
avatar


Messages : 165
Date de naissance : 02/10/1989
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 28
Age du personnage : 85 automnes
MessageSujet: Re: Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé] Mar 23 Aoû - 14:48

L'elfe fut effleuré par la pointe de la lame de son adversaire dont la gourde avait explosé. Une petite égratignure qui lui infligea plus de peur que de mal. Il lança un bref regard à sa camarade qui était terrorisée. Furieux, il donna un coup de pied sur le front de l'humain qui était tombé sur les fesses. Il se jeta sur lui au sol et bloqua ses carotides, empêchant l'oxygène de monter jusqu'au cerveau. L'homme tomba inconscient sous le regard perçant de l'elfe aux cheveux blancs. Il regarda en direction de Fy qui se faisait agresser par le troisième gorille. Il s'empressa d'escalader un arbre voisin, attrapant progressivement les branches qui étaient de plus en plus hautes. Mais le temps de son ascension, il ne voyait plus trace de l'elfe ni même de l'humain. Seulement son morceau de lame, toujours plantée dans l'écorce. Il cherchait désespérément sa camarade du regard. Puis il observa numéro trois grincher sur ses deux acolytes complètement inconscients. Celui-ci brandissait bêtement son poing en l'air, encore plus furieux que l'elfe mâle qui le regardait alors que ce premier ne l'apercevait même pas. L'homme tournoyait sur lui-même. Il hésitait à s'éloigner à la recherche de Fy. Mais Tinyndel devait la trouver avant lui. Alors, dans un battement de cil, il bondit de sa branche, son arme scindée en main, et se mit en position accroupie tout en amorçant sa chute silencieuse droit sur l'humain, le dos de l'arme tendue parallèlement au sol. Le gorille n'eut guerre le temps de se rendre compte qu'il allait violemment être frappé à l'épaule, aussi l'elfe y mit tout son poids pour faire tomber l'humain au sol, devenu lui aussi inconscient. Il profita du calme pour fouiller le trio et les dépouiller de leur bourse. Il réussit également à trouver une longue cape brune sur l'un d'eux. Il l'enroula et la glissa du mieux qu'il put sous sa ceinture. Dernièrement, il se dirigea vers l'arbre où était planté l'autre partie de sa lame et la retira délicatement pour la ranger dans sa gaine avec l'autre partie qui, elle, était restée fidèle au pommeau du sabre.

Il grimaça. Aucune trace de Fy à l'horizon. Son ouïe ne lui révéla rien. De surcroit, pas un oiseau n'était aux alentours à cause de l'agitation récente qui s'était instaurée dans ce coin de futaie. Mais il repensa alors à ce que Fy avait été capable de faire pour lui sauver la mise. C'était, elle aussi, un elfe manipulatrice de l'élémentaire eau ! Il se concentra alors davantage à la recherche d'un aura quelconque aux environs. Il connaissait bien l'eau, probablement tout comme elle puisque leur écart d'âge était relativement petit. Il ferma les yeux, essayant de canaliser ses émotions et son stress de ne pas la retrouver. Malheureusement, il succomba à sa paranoïa. Et si elle s'était enfuie pour le vendre ? Il ouvra de nouveau les yeux, percevant au loin une présence, et se précipita à sa rencontre, plus silencieux que jamais. Il escalada de nouveau le même arbre et parcourait la forêt suspendu dans les airs, parfois en se balançant à l'aide de ses bras, parfois en sautant de branches en branches pourvu que celles-ci étaient suffisamment solides. Au bout d'un petit instant, il aperçut Fy qui était entrain de progresser, pieds nus, sans un bruit. Il comprit qu'elle était plus discrète que lui encore, mais il comprit aussi qu'elle fuyait le groupe à la recherche de son alter-ego. Il bondit, faisant un saut périlleux arrière dans les airs pour amortir sa chute sur la mousse. Heureusement pour lui, Fy ne l'avait pas entendue. Dos à elle, il se précipita pour lui plaquer une main sur sa bouche et se cacher derrière un tronc, dans la pénombre. Il se retint d'émettre un soupir de soulagement et attendit quelques instants pour relâcher son emprise afin de s'assurer que Fy ne crierait pas. Avant d'ôter sa main, il lui susurra ces quelques mots :

« Je comprends votre crainte. Cela dit je ne peux vous laisser loin de moi pour le moment, rien ne me dit que vous ne me vendrez point à nos confrères. De surcroit, il est de mon devoir de vous faire regagner le village le plus proche, peuplé qui plus est. Après tout... Je ne suis qu'un ermite qui vous veut du bien. »

L'elfe relâcha l'emprise doucement, laissant Fy se libérer. Il affichait toujours ce même regard froid mais non moins bienveillant et dépourvu d'agressivité. Il profita de ce moment de calme pour sortir le rouleau de bandages qu'il avait utilisé pour Fy. Il se tourna et déshabilla une partie de sa tunique pour se retrouver torse nu. On pouvait y voir moult bandages. Tous les mêmes. Certains avaient une odeur de jacinthe plus forte que d'autres parce qu'il étaient récents. Tinyndel fit un énième tour de taille pour couvrir son égratignure sans prendre la peine de la désinfecter avec son rituel. Celle-ci n'en valait pas la peine, seulement l'elfe était malheureusement sensible même aux blessures de ce genre et se devait de les couvrir pour rester en bonne et due forme. Il se rhabilla et fit de nouveau face à Fy.

« Bien que je ne tiens pas particulièrement à ma propre vie, si vous n'aviez pas été là, je serais sûrement entrain d'agoniser en ce moment même. Grâce à vous, j'espère mourir pour une cause plus digne. Merci, Fy. »

Il hocha respectueusement la tête, fixant le sol mousseux et verdâtre, attendant quelque réaction de la part de son acolyte.
Fy Thïena
avatar
♣ Poète et chanteuse itinérante ♣


Messages : 515
Date de naissance : 22/04/1991
Date d'inscription : 15/06/2011
Age : 26
Age du personnage : 87 ans ... Si si, mais je cache bien et en parait 20 !
MessageSujet: Re: Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé] Mer 24 Aoû - 13:18

    Je poussais un petit soupire d’aise quand je compris qu’il ne s’agissait que de Tynindrel. J’étais légèrement à cran depuis notre attaque, sans parler des engourdissements qui me lançaient dans les bras et les jambes, et la migraine qui me guettait ; à vrai dire, j’étais même très contente de ne pas être seule dans cette forêt à cet instant précis et d’avoir un guide qui pourrait me ramener dans mon village. Bien que sa remarque m’ait quelques peu contrariés, je n’en laissais rien paraître. Après, je n’avais que lui rendre la monnaie de sa pièce en le sauvant à son tour comme il l’avait fait pour moi plus tôt dans la journée. Je le laissais remettre ses bandages, sans un mot. J’aurais bien aimé l’aidé, mais je savais pertinemment que je n’arriverais pas à serrer les bandages comme il fallait, aussi décidais-je ne pas m’interposer… Après tout, il semblait savoir ce qu’il faisait vu la quantité astronomique de bandages sur son corps. Lorsqu’il se retourna de nouveau vers moi pour continuer de dire ce qu’il avait à mentionner, je constatais avec soulagement que malgré son regard de gros dur, son ton c’était radouci… Je lui adressais un petit sourire.

    - Je n’ai pas fait grand-chose… Et puis vous ne devriez pas vous mettre en danger de façon aussi nonchalante ! Il n’y aura pas toujours un elfe caché dans les fourrés pour vous aider.

    Je ris en voyant sa mine déconfite. Visiblement, il ne s’attendait pas à un tel sermon après un tel acte de chevalerie. Certes, je ne pouvais dénigrer son courage, et je lui étais reconnaissante de ce qu’il avait fait. Attaquer ainsi des ennemis en sur nombre, de front, sans plan, sa relevait autant du courage que de la folie. Qui sait ce qui se serait passé si le soldat humain n’avait pas eu de gourde à sa taille ? Je remerciais leur général de leur avoir ainsi donné des provisions militaires. L’image de Julia me traversa brièvement l’esprit, et je la chassais comme elle était venue. Inutile d’essayer de la retrouver pour le moment, elle referait son apparition plus tard par elle-même… Peut-être même pendant la fête des moissons… Je chassais cette pensé de ma tête. Le voyage pour me rendre sur le lieu de la fête était déjà préparé et j’avais tout le temps de me reposer quelques temps au village, et de composer quelques chansons pour l’occasion. Je regardais un instant le jeune homme… Pourquoi pas une chanson sur ce vagabond ? J’esquissais un petit sourire.

    - Enfin… Sa doit être bon maintenant… J’imagine qu’ils ne nous suivront plus. Nous devrions reprendre la route le plus vite possible. Le bruit des épées qui s’entrechoquent a dû faire fuir les animaux dans les environs, et ça n’a sans doute pas échappé aux sentinelles. Nous pourrions passer par la rivière et la longer, il y a un village par là-bas à plusieurs heures de marche. Nous devrions l’attendre avant la nuit, et si vous vous couvrez la tête, je pourrais vous obtenir un logement pour la nuit en vous faisant passer pour un apprenti.

    Quel que soit le royaume, un ménestrel peut, en théorie, aller et venir comme bon lui semble s’il décline son identité. Pour ma part, mes nombreuses visites dans les villages environnant m’assuraient de trouver à coup sûr une place dans une maison pour la nuit, et de profiter du confort sommaire réservé aux voyageurs. Je pourrais toujours dire que Tynindrel était mon apprenti, et ainsi personne ne poserait de question. Après…. Je me posais plusieurs questions. Allait-il accepter ou encore croire à une fourberie ou une quelconque tentative de trahison ? Allait-il décliner l’invitation de peur d’être repéré ? Je n’aurais pas pu lui en tenir rigueur… La suspicion est mère de sagesse. N’ayant pas spécialement envie de le voir se triturer l’esprit en cherchant à savoir où était le piège, je lui fis un magnifique sourire, puis me redressait, prête à me remettre en route, malgré mes genoux flageolant.

    - Ne trainons pas ici, en route.
Tinyndel Séregon
avatar


Messages : 165
Date de naissance : 02/10/1989
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 28
Age du personnage : 85 automnes
MessageSujet: Re: Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé] Mer 24 Aoû - 22:48

« Je n’ai pas fait grand-chose... Et puis vous ne devriez pas vous mettre en danger de façon aussi nonchalante ! Il n’y aura pas toujours un elfe caché dans les fourrés pour vous aider. »


Surpris par la réaction de sa semblable, Tinyndel ne put s'empêcher de hausser un sourcil. Certes, il avait commis une erreur. Celle de ne pas avoir suffisament entretenu son arme pour qu'elle vienne à être pourfendue si soudainement. Plutôt que de justifier, il se contenta d'un bref haussement d'épaules. Il était plus sage d'admettre son erreur par le silence que de faire preuve d'un comportement insistant sur les actes. Et puis de toute manière, il n'avait que faire de l'opinion qu'on pouvait avoir de lui. Il étira ses membres, soudainement rongé par la fatigué causée par le manque de sommeil et cette brusque escapade.

« Enfin... Ça doit être bon maintenant... J’imagine qu’ils ne nous suivront plus. Nous devrions reprendre la route le plus vite possible. Le bruit des épées qui s’entrechoquent a dû faire fuir les animaux dans les environs, et ça n’a sans doute pas échappé aux sentinelles. Nous pourrions passer par la rivière et la longer, il y a un village par là-bas à plusieurs heures de marche. Nous devrions l’attendre avant la nuit, et si vous vous couvrez la tête, je pourrais vous obtenir un logement pour la nuit en vous faisant passer pour un apprenti. Ne trainons pas ici, en route. »


Tinyndel fut quelque peu réceptif au sourire de sa semblabe, comprenant qu'elle ne voulait aucunement le piéger. Mais malheureusement pour elle, l'elfe avait appris à ne pas céder à des suggestions trop amicales qui pouvaient mettre sa vie en danger. Il ne répondit pas à Fy et se contenta simplement de lui servir d'escorte alors que le soleil avait dépassé de peu son zénith. Il n'avait qu'une envie : croiser des elfes sentinelles le plus vite possible pour qu'elle soit en sécurité et qu'il puisse s'enfuir. Il finit par lui faire des concessions alors que tous deux étaient en chemin pour le village peuplé le plus proche.

« Votre sympathie est grande, Fy. Mais je ne compte pas profiter de votre hospitalité. Je ne déteste pas les elfes, mais eux me réservent le châtiment que je mérite si je refais surface dans leur ligne de mire. Car jamais je n'accepterai de rejoindre votre armée si l'occasion m'en était donnée. Prenez cela pour de la lâcheté et je vous répondrai que peu me chaut... »


Il s'aperçut que Fy avait de plus en plus de mal à progresser à cause de sa cheville qui n'avait guerre trouvé le temps de se soulager. Et après tout, il ne connaissait que les premiers soins mêlés à la magie aquatique. Il reconnut une erreur de plus et s'empressa de prendre sans gêne Fy sur son dos, lui attrapant les jambes et lui faisant signe de s'accrocher en se tenant un bras autour de son cou. Il la redressa et continuait de progresser, sans un mot. La faune se manifestait petit à petit, et il était naturellement guidé par les avertissements de ses compagnons oiseaux. Il lui était dès lors impossible de tomber dans quelque piège tendu par ses confrères. Ils s'arrêtèrent après quelques heures. La chaleur était suffocante. Tinyndel déposa délicatement Fy au dos d'un arbre et profita de cette pause pour se désaltérer, vidant sa gourde d'un trait. Il apparaissait pleinement revitalisé.

« Je compte me rendre sur le territoire des humains après vous avoir remise à nos frères. Sachez qu'au point où j'en suis et d'après ce que vous m'avez dit, je serai plus en sécurité là-bas qu'ici même. Et si je vous dis ça, c'est pour ne pas que vous vous sentiez trahie. De toute façon, si vous me vendez aux nôtres après que j'aie disparu, cela ne... »


Il fut interrompu par un petite foulée d'oiseaux qui se mirent à crier de toutes sortes lorsqu'ils virent Fy et Tinyndel. Ce dernier comprit de suite que la nature était aussi du côté de ses congénères. Il fronça les sourcils, comprenant qu'ils étaient venus pour Fy, et Fy seulement. Ils n'avaient que faire de la présence de Tinyndel puisqu'il n'était pas légitimement présent céans. L'elfe planta une dernière fois ces yeux dans ceux de Fy.

« Bien que je sois peu expressif, je crois que mon cœur souhaite que nous nous recroisions un jour. C'est tout ce que j'aurai à vous dire... »


Sur ces dernières paroles, il prit la poudre d'escampette dans la direction inverse alors que les oiseaux s'étaient perchés non loin, entrain d'avertir les sentinelles qui faisaient dorénavant face à Fy...

(Je crois que c'est terminé pour moi Wink )
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé]

Un ermite qui vous veut du bien [PV: Fy Thiëna] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Edonna :: La guerre des Clans RPG :: Royaume des Elfes :: La fôret