Edonna
<div style="backgroundimage: url(http://img6.imageshack.us/img6/2513/fontcadreconnection.png);">
Bienvenu sur Edonna cher invité !

Le forum est tout nouveau !
En effet, il a ouvert ses portes le 4 juin 2011
Nous somme à la recherche active de membres.

En résumé, Edonna - La guerre des clans s'est :
  • Un forum rpg fantastique heroïque proposant aux membres des intrigues pour avancer dans l'histoire.
  • Un bon niveau de RP : nous demandons 15 à 20 lignes minimum ! Ce forum n'est pas ouvert à tous, on y demande donc un très bon niveau de rp, mais aussi d'orthographe, d'expression et de compréhension écrite et du vocabulaire! Ce n'est pas un forum fait pour les débutants !
  • Les avatars doivent faire obligatoirement 200 x 400 et doivent être de type manga ou image de synthèse.
  • Nous demandons un âge minimum de 14 ans pour s’inscrire : et oui, car avant 14 ans, je ne vois pas quel est l’intérêt d’être sur internet !


Sur ce je vous laisse entrer sur le forum Edonna – La guerre des clans
et vous souhaite une bonne visite en espérant que vous vous y inscrirez !
</div>



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez|

Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Jeu 27 Oct - 2:51

Un petit soupire sortit de la bouche de la jeune femme encapuchonnée. Les habits de « Grande Prêtresse » sur le dos qu'elle adorait tant et son bâton dans une main où suspendait un petit sac de voyage -remplit de poire-, Anne marchait tranquillement depuis un bon moment au bord des falaises de la zone des Dragonniers. Elle appréciait énormément prendre ce chemin qui offrait une superbe vision sur la mer infini et l'horizon. Mais c'était surtout un chemin sûr pour éviter de partir en direction des cimes enneigés pour aller jusqu'à la plate-forme des Dragonniers. Cime dangereuse vu qu'elles sont habitées par des dragons sauvages. Elle devait maintenant partir voir la chef des monteurs de dragon pour faire son rapport de la situation entre les clans.

La jeune femme n'était franchement pas pressé vu l'avance qu'elle avait. Dans un nouveau soupir, elle arriva à une place parfaite pour une petite pause puis s’assoit sur un grand rocher à l'ombre d'un grand arbre qui semblait être un sapin. La prêtresse observa tranquillement l'horizon, profitant pleinement de la vue en mangeant une des poires qui se trouvait dans son sac. Peur de se faire attaquer par un dragon qui se baladait un peu loin de ses terres? Pas vraiment, la magicienne avait créée une ambiance autour d'elle dans un grand périmètre qui permettait aux animaux de se sentir en confiance avec sa silhouette; En quelques sortes, c'était un champs de force qui permettait aux animaux qui la voyait ou la sentait de ne pas l'attaquer comme des bêtes sauvages affamés, chacun avait sa façon d'exprimer l'effet de ce sort qui ne marchait que contre les êtres animaliers, et encore ... pas toujours, ils existaient certains anecdotes plutôt amusante sur des situations farfelus à propos de ce sort qui parfois ... défaillait un minimum, dira-t-on. Après avoir mangée deux poires, elle repartit finalement tranquillement échappant un nouveau souffle. Humeur fainéante, oui, c'était un peu ça en ce moment; Elle parlait avec peu de personne durant son voyage et avait mal dormi depuis deux jours, elle avait de quoi être un peu en rogne de sa situation un peu lassante. Envie d'un lit, envie d'un bon repas, envie de repos. Elle devint alors pensive, voir rêveuse en marmonnant à elle-même en se disant que dès qu'elle trouvera une ville ou une auberge de voyage, elle y passera un bon moment avant de repartir en direction de son objectif.

- Oui, oui. Cinq jours ou sept de repos seront bienvenues, et je les veux ~ - Rouspéta-t-elle intérieurement.

Si elle s'était 'promenée' et rêvassait un bon moment, elle observa maintenant les alentours et sembla perdu ... Avait-elle raté un panneau en bois de direction ou le détail qui lui permettait de s’orienter? Probablement, en tout cas, elle soupira une nouvelle fois et lâcha une petite plainte à voix haute, énervée. Elle décida donc de faire demi-tour après avoir été sûr qu'elle s'était trompée de chemin. Plus loin elle retrouva le bon chemin de vu, avec bien le bon panneau. Elle remarqua une silhouette se dirigeait vers elle. Ses habits montraient qu'il était un épéiste, mais était-il mercenaire? Soldat? Éclaireur? Aucune idée. En tout cas, il ne semblait pas être un bandit vu que lorsqu'il avait posé le regard sur elle au niveau du croisement qui était au niveau du panneau en bois, il ne lui avait pas sauté dessus pour lui volé ses biens. Et puis, vu l'endroit, la prêtresse aurait remarquer s'il avait des compagnons derrière lui pour tendre une embuscade. Et puis même avec tout cela, son pouvoir lui permettait de savoir si l'individu en face d'elle avait de mauvaises intentions ou non. Bref de toute manière, par le curieux hasards -oupas-, les deux personnes tournèrent dans la même direction et finirent côte-à-côte. La situation fit rire intérieurement la femme, mais en même temps, elle semblait embarrassée. En effet, qui ne se sentait pas étrange de marcher à côté de quelqu'un dont l'on ne connait rien. Qui ne tente rien à rien, s'imaginait la jeune femme, elle décida donc de parler à l'inconnu après avoir retiré sa grande capuche.

« Excus-. Commence ça-t-elle avant de se couper net. En effet, sa voix avait été enroué, probablement à cause du fait qu'elle n'avait pas chantonnait ou parlait depuis un bon moment. Situation assez embarrassante, mais plutôt drôle. Elle toussota donc et reprit en souriant avec une jolie voix déjà plus féminine. Excusez-moi donc, disais-je. Allez-vous au village un peu plus loin? Si c'est le cas, nous avons la même destination. »


Dernière édition par Anne Evelynn le Jeu 27 Oct - 19:45, édité 1 fois
Laugur Esylf
avatar
"Ami du vent"


Messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2011
Age du personnage : 24
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Jeu 27 Oct - 17:47

En parlant de poire en voilà une sur la route.

Les montagnes... lieux où le mercenaire s'entraîna une bonne partie de son enfance et adolescence.
L'homme à l'épée des vents connaissait ces terres abruptes et froides comme sa poche, on pouvait même dire qu'elles lui ressemblaient d'un certain point de vue.

Comme d'habitude la démarche lente mais, droite et sans hésitation, les yeux fixant toujours au loin devant lui, fidèle à sa réputation d'artiste rêveur et répandeur de funestes nouvelles, il était une fois encore perdu dans ses songes, il revoyait Atylé avant qu'il ne la tue, il n'éprouvait plus vraiment de tristesse, juste une étrange chaleur dérangeante dans les entrailles en ce remémorant son doux visage. Le soleil de l'après-midi encore relativement haut réchauffait l'air, il put déposer sa cape de voyage sur son cheval qu'il tenait par les rênes. Les pierres blanches reflétaient de tout sens la lumière, forçant le voyageur à plisser les yeux, un vent doux et chaud accompagnait sans cesse l'épéiste.

Après une bien étrange nuit, le voyageur se rendait au village Timbold, harcelait par des renégats, un petit village sans importance et difficile d'accès, le lieu typique où l'armé régulière n'irait jamais et le lieu où l'on avait besoin d'un mercenaire. Là-bas il y trouvera un lit, une écuelle chaude, un public pour sa lyre et un travail, que demander de plus.

L'aventurier n'était réellement vivant qu'en mouvement, non pas qu'il est quelque chose a fuir, non il ne se sentait vivre que sur ses deux jambes, pas besoin d'un toit, ni d'amis, ni d'amour et encore moins de dieux ou de patrie, juste lui le monde et le vent lui suffisait, être terre a terre et simplet par moment. Bien que solitaire, c'était un individu calme qui aimait prendre le bonheur là où il était, et une rencontre est bien rarement quelque chose de désagréable.

Sur une route un peu plus haute le mercenaire sentit une étrange aura qui perturbait légèrement la brise qui lui tenait lieu d'ami, une aura lumineuse douce et pleine d'amour pour la vie, l'aura qui accompagnait les serviteurs de la lumière. Voici donc la raison pour laquelle il se perdait dans la contemplation de ses songes à la saveur d'un passé révolu qu'il avait de sa lame clos et regretté par la suite.

En continuant sa route il tomba sur un croisement et prit donc la même route que la religieuse, notre épéiste étant un rustre des montagnes, savait que ses habits étaient ceux d'une membre des adorateurs de Eda, mais cependant il en ignorait complètement le grade, il lui fit un petit sourire une fois arrivé à son niveau, elle était encapuchonnée, ils marchèrent côte a côte un petit moment avant qu'elle ne rabatte le tissus voilant d'ombre sa tête, pour découvrir son visage, un joli visage, bien que l'on y lisait une certaine lassitude et pour appuyait ce sentiment son premier mot fut prononcé avec cette voix caverneuse des personnes n'ayant plus parlé depuis un petit moment.

Elle s'éclaircit la gorge, pour lui demander sa destination. Il tourna la tête vers la jeune religieuse avec un léger sourire en coin, ses yeux verts prairie la toisant de haut en bas avec ce manque de tenue propre aux sauvages toujours sur les routes.

-Il semble bien dame de lumière, j'espère que ma présence ne vous dérange.

Bien qu'un peu rustre l'art de la rhétorique faisait partie de ses domaines, en tant que mercenaire il devait bien vendre ses services. Il regarda devant lui deux a trois secondes et rajouta ensuite

-Laugur Esylf, à qui ai-je l'honneur de m'adresser ?

Son éternel sourire malicieux accroché au visage.

Et voici comment une grande prêtresse rencontre un mercenaire.
Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Sam 29 Oct - 0:22

L'homme avait une apparence mature et l'on pouvait deviner à sa façon de s'exprimer qu'il connaissait ce qu'était la dur vie mais qu'il arrivait tout de même à sourire et qu'il semblait avoir le recul nécessaire pour bien vivre. Il dégageait une aura calme, pleine de sang-froid et de sérieux, ce n'était pas vraiment qu'on se sentait à l'aise, mais c'était plus un sentiment de sécurité et de confiance. Qu'on pouvait lui confier quelque chose sans avoir peur qui ne la vole. C'était assez mystérieux et attirant à la fois. Peut-être qu'on aurait pu le comparer avec le cheval à ses côtés, calme, décontracté, innocent, qui suit son maître. Dans le cas de l'homme, il devait suivre quelque chose d'invisible, un peu comme le vent qui guiderait ses pas. Quoiqu'il en soit, la prêtresse ne le connaissait pas, mais c'était ses premières impressions rien quand le regardant et en lui parlant.

- Il semble bien dame de lumière, j'espère que ma présence ne vous dérange. 

'Dame de lumière' hein? Oui, les prêtresses étaient souvent définies de la sorte, et puis il fallait avouer que ce n'était pas si faux. Mais ses mots signifiaient surtout que l'homme avait une connaissance mais surtout qu'il respectait les gens vu qu'il n'avait pas utilisé l'ironie. La jeune femme posa ses yeux d'un rubis un peu sombre et écouta la présentation de l'homme puis répondit naturellement :

« Anne Evelynn, appelez moi comme bon vous semble, tant que je me reconnais. Dit-elle simplement en finissant avec un petit rire avant de marquer une longue pause. Mh ... J'imagine que je dois aussi me présenter en tant que 'Grande Prêtresse' du temple d'Eda même si je n'aime pas vraiment le dire. Sur son visage, on pouvait voir une expression entre la gêne et une certaine tristesse, mais cela dura qu'un très bref moment. Elle réfléchit ensuite un court instant sur les origines du nom de l'homme et reprit donc avec un petit sourire. 'Laugur Esylf'. Ce nom semble proche des noms elfiques, non? Un rapprochement ou me trompe-je? »

Une simple question de curiosité tout en continuant à marcher côte-à-côte avec l'inconnu masculin et en posant le bout du bâton sur le sol tout les deux pas. Une légère brise commença à se montrer, rapportant la fraîcheur des montagnes non-loin. La jeune femme apporta le regard à l'opposé de l'homme et fixa la montagne d'un air perplexe mais garda une parfaite attention aux paroles de Laugur.


"HRP":
 


Dernière édition par Anne Evelynn le Sam 5 Nov - 6:38, édité 1 fois
Laugur Esylf
avatar
"Ami du vent"


Messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2011
Age du personnage : 24
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Mer 2 Nov - 1:33

HRP(Ah pas de soucis) HRP

Ils marchaient tout deux, les réactions de la jeune femme et ses propos ainsi que son sourire indiqué un tempérament a priori doux, liant et très « humain » dans la définition que nous connaissons de « l'humanité ». le Mercenaire se senti très rapidement à l'aise en sa présence, elle possédait bien ses attributs que l'on loue souvent aux prêtres et prêtresses d'Eda. Il était finalement plutôt enthousiaste a l'idée de pouvoir partager sa route avec une personne aussi apaisante que son ami le vent et aussi belle que les paysages qui l'appelaient sans cesse a parcourir le monde.

Alors qu'une douce brise parcourait les chemins sinueux des falaises, elle dévoila son identité, Laugur avait déjà entendu ce nom Evelynn et plutôt en bien, il inclina légèrement la tête en l'entendant comme une sorte de révérence. Ses yeux et sa voix n'étant pas ceux d'une menteuse, il la crut sûr parole, comme un peu possédé par cette « aura » qui semblait éloigner les mains loin des lames et les pensées loin des vices. A ces côté Laugur ne sentait plus que le vent ses sens d'artiste et son humanité. Ce qui peut paraître étrange était que déjà il lui faisait confiance. Et il aurait surement accepté de la servir sans trop se poser de questions, se genres de personnes que l'on dit avoir du charisme. Mais en individu insolent de nature, le mercenaire ne montrait en rien cette fidélité naissante.

Cependant quand elle lui dit qu'il pouvait la nommer comme il l'entendait, il fit un léger sourire et secoua la tête avant de dire

-Dame Evelynn est, je pense, ce qui convient le mieux

Puis il détourna le regard pour fixait la montagne en face d'eux, ils devaient arriver à ce village dans une ou deux heures de marches si tous se passerait bien et pour deux nomades deux heures était un temps bien suffisants pour faire connaissance.

Ce qui par contre choqua le mercenaire fut la fonction qu'elle exerçait et qu'elle venait de lui révéler, une grande prêtresse. Que faisait une grande prêtresse avec un petit baluchon sans escorte, sans chevale sur les routes escarpées et réputées dangereuses des falaises des dragonnier ?

Qui plus est Laugur ignorait ce que représentait vraiment la fonction de grande prêtresse, aussi avait il imaginait une vie de luxe de prière et de décisions uniquement interne au fonctionne du temple d'Eda, mais voilà qu'un tout autre tableau se présentait à lui et suite à cela tout un tas de questions.

Son sourire s'élargit alors sous l'effet de la surprise.

Mais avant que sa cervelle n'est eut le temps de faire un tour et pourtant la religieuse avait laissé une longue pause, elle vint le questionner quand aux origines de son nom, comme pour éviter les éventuelles questions du mercenaire qui peut-être l'embarrasseraient ?

-Hum... disons que Esylf est un nom humain des plaines de l'Est, par-contre mon prénom lui est celui de mon père qui était un vagabond demi Elfe... je devrais normalement me « nommer Laugur Vétu »

Il dit cela comme s'il n'en était pas sûre et cela était bien le cas, qui plus est, il n'appréciait pas vraiment son géniteur pour sa lâcheté et sa perfidie. Cela ne s'entendait pas dans la voix, mais ses yeux ne brillaient pas du tout des petites flammes des passées presques oubliés. En bref notre mercenaire n'a jamais rencontré ses vrais parents direct, les seules personnes qui purent le renseigner sur ceux qui lui donnèrent vie, étaient Marie l'amie de sa mère et son grand-père, le Maître de la lame des vents qui était aussi son instructeur, en bref il ne connaissait rien de bien certain quand à ses origines.

Elle dévoila aussi une certaine pointe de curiosité, elle devra donc pardonner la sienne se dit-il avec un sourire.

-Je vais au risque de vous vexer vous poser une question noble dame...

Il laissa une petite pause avant de continuer dans la suite logique de ses dires et actions.

-Que faites vous donc au beau milieu de ses pics rocheux ?
Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Sam 5 Nov - 6:35

Elle tourna sa tête de nouveau vers l'homme quand celui-ci ouvrit la bouche pour donner un nom à la jeune femme : 'Dame Evelynn'. La jeune femme esquissa un sourire, plutôt fière de la réponse de Laugur. On l'appelait souvent ainsi, et elle appréciait plutôt bien. Pour elle, le mot 'dame' était un beau compliment, alors si en plus son nom suivait ce compliment ... Oui, cela lui faisait plaisir. Elle quitta son sourire pour aborder un air attentif envers les paroles du jeune homme aux cheveux assez longs. Ces explications avaient été clair et les informations étaient bonne à savoir. Les mots 'Laugur Vétu' offrit au jeune homme un petit sourire de la part de la jolie femme, amusé de voir la différence entre les noms. Le sourire cachait surtout un petit rire masqué. 'Esylf' était déjà plus joli pour Anne et il aurait été dommage qu'il possède un autre plus désagréable aux oreilles. Elle observa aussi pendant son sourire le visage de Laugur qui semblait assez pensif. Probablement cause d'un passé en rapport avec ses noms. Peu importé de toute manière, il ne semblait pas se morfondre et elle avait eu sa réponse; Elle n'avait pas besoin d'entrer en plus dans le passé pour en savoir plus, ça aurait été impoli de toute manière vu que c'était encore qu'un inconnu.

C'était maintenant au tour de l'homme de demander une information sur sa collègue de marche. Elle esquisse un petit sourire gêné en entendant le mot 'noble' mais l'adoucit immédiatement en écoutant la suite, puis répondit naturellement en observant les alentours, comme pour désigner l'environnement, mais peut-être aussi pour chercher ses mots dans ses longs récits, c'était sa façon à elle de se mettre à l'aise pour ne pas bégayer au milieu d'une phrase ou de se perdre :

« La jeune femme que je suis fait simplement son périple et son travail. Connaissez-vous exactement le rôle d'une 'Grande Prêtresse'? L'homme secoua simplement la tête d'un air un peu honteux et Anne reprit donc naturellement. Le rôle de 'Grande Prêtresse' est unique et il n'en existe qu'une seule sur tout Edonna. Je dois voyager un peu partout dans le monde pour voir de nombreux villages en plus de passer par les capitales de chaque territoire pour rencontrer ou revoir les chefs. Toutes prêtresses est d'un rang neutre, nous ne sommes donc des ennemies pour aucun clan. Du moins pour les prêtresses. Il existe aussi ceux qui sont bénis par les dieux mais qui partent en guerre. Eux, sont plus du côté humain. Quoiqu'il en soit, comme vous pouvez le voir, je me dirige vers Timbold où je pense faire une bonne pause avant de partir vers le sommet de la montagne pour rejoindre la plate-forme des dragonniers grâce à une relation que j'ai depuis l'année dernière, qui m'amènera sur le dos d'un dragon. »

La jeune femme se rendit compte qu'elle avait beaucoup parler sur le coup, mais ce n'était en aucun cas désagréable, elle était à l'aise, très à l'aise. De plus, le jeu de 'question-réponse avec un inconnu comme Laugur' était vraiment amusant et surtout intéressant. Elle prit une voix féminine et un peu taquine puis demanda à son tour :

« Et vous alors? Êtes-vous un soldat? Mercenaire? Voir peut-être un vagabond ou un bandit qui veut flirter avec une femme? » Demande-t-elle ironiquement, lâchant un petit rire à la fois gênée de dire une telle chose à un étranger de quelques minutes et à la fois amusée, cause d'être à l'aise avec l'homme.
Laugur Esylf
avatar
"Ami du vent"


Messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2011
Age du personnage : 24
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Dim 6 Nov - 17:07

Le vent rependait cette odeur de roche un peu partout autour d'eux et les effleurait sans cesse, le bretteur, lui tendit la main sur le côté pour sentir la caresse de son ami, celui qui toujours le prévint aux moments fatidiques des dangers, enfin c'est ce qu'il pensait.

Pour le moment avec un malin plaisir il se glissait dans les tissus avec légèreté et faisait danser des mèches de cheveux, présence calme et continue que l'on pouvait choisir d'ignorer, ou d'adopter.

Quand elle lui demanda s'il connaissait le rôle de Grande prêtresse, il hocha la tête avant de la baisser pour regarder ses pieds qui lui semblaient aussi cultivés que lui, non il possédait une excellente culture générale, mais ignorait tout des strates hiérarchiques, enfin tout était peut-être un grand mot. Mais beaucoup de détails n'avaient pas été évoqués pendant son éducation, qui fut faite par son grand-père, un elfe voyageur, autant dire que le temple d'Eda était aux yeux du voyageur rien de plus qu'une belle architecture et qu'il ne put donc donner de connaissance sur ce sujet à son petit fils.

Heureusement la Grande prêtresse répara vite une de ses lacunes de connaissance, a cet instant il releva la tête pour bien tout assimiler. En l'écoutant Laugur sourit cela lui semblait être une belle vie, des voyages, des rencontres toutes plus différentes les une des autres et surtout aucune frontière. Elle lui expliqua aussi le fonctionnement des prêtres d'Eda, cela le rassura d'un certain point de vue, savoir que les religieux se tenaient relativement a l'écart des conflits était une bonne chose. En faisant le compte Laugur comprit que la vie de cette femme ressemblait beaucoup à la sienne, a une exception de taille, elle portait sur ses épaules de très lourdes responsabilités, alors que lui restait libre comme le vent, peu importait ce qui se passait en ce monde, peu importe les règles. Il était et resterait libre jusqu'à la fin, qui plus est la vie d'un mercenaire n'est que très rarement longue, la plupart du temps ils finissaient poignardés par un proche affectait par un « contrat », si être un mercenaire comme Laugur permettait d'être connu par la majorité des gens comme un tueur de bandits et scélérats, pour certains il était un faiseur de veuve et d'orphelin, comme son Maître disait : « quand on est capable de tuer, il faut savoir que les conséquences de ces actes sont toujours a doubles tranchants » en effet faire disparaître un individu touche toujours tous ceux qui étaient en relation avec lui, parfois on y trouve des allié et parfois des ennemis.

Pour relativement contrôler les nombre de personnes pouvant en vouloir à sa peau il décidait des termes de ses contrats et se permettait de refuser certaines missions, en bref notre homme n'était pas une machine à tuer. Mais un technicien de la mort. Mais assez parlé de ce triste individu.

Laugur l'avait écouté attentivement et la regardait en ce posant une multitude d'autres questions, comme Lynx disait : « les questions en amène d'autres ».

Après avoir répondu à sa question la douce prêtresse en posa une autre, mais avec une voix que le mercenaire n'aurait surement pas prêté à une religieuse, elle semblait se détendre de plus en plus. Ce qui mettait par symétrie relationnelle le mercenaire à l'aise.
Mais ces propos bien qu'ironiques lui fit baisser les yeux une fois de plus, elle était vraiment loin des clichés qu'avait le mercenaire sur les religieux et cela n'était pas désagréable. Il releva lentement la tête pour regarder devant lui et chercher ses mots.

-hum... si j'étais un bandits... vous ne posséderiez plus votre manteau ni votre bâton... les soldats...
là où ils ne sont, est là où j'ai du travail. Vous avez vu juste, je suis un mercenaire, Le mercenaire errant connu sous le nom de « l'ami du vent ». Et tout comme vous je parcours le monde.


Il fit une petite pause et ferma les yeux le visage neutre, il marchait lentement puis un sourire naquit de nouveau.

-Et non la passion et mon tempérament ne font pas beaux ménages....

Il la fixa toujours souriant, ses yeux verts prairie recommençant leurs allés et retours sur la jeune femme, puis il étendit la main en direction de sa monture

-Excusez-moi si je ne le vous ai pas proposé de suite, voulez vous finir le voyage sur le dos de Baltore ?

Baltore bien que son nom soit masculin était une jument, ni un chevale de trait ni un chevale de guerre, juste une brave bête têtue et coriace. Mais tout comme son propriétaire elle était calme et réfléchie chose rare chez les juments. De plus comme vous pouvez l'imaginer cet animal avait sa petite histoire.

Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Lun 7 Nov - 4:01

Anne regardait l'homme d'un air intéressé par ses récits. Comme elle le pré-jugeait, il était un mercenaire. Malheureusement mercenaire au surnom inconnu, mais ce n'était franchement pas un problème. Elle se retint aussi de faire une remarque quand il parla qu'il lui aurait enlevé son manteau et son bâton s'il avait été un bandit. Elle rit intérieurement comme pour se moquer gentiment de son ignorance comme de nombreux bandits, justement, le faisaient. Oui, les bandits était toujours surprit de voir une nonne les envoyer à l'autre bout du décor grâce à sa magie. Ce n'était pas qu'une simple magie curative, mais aussi une puissance défensive. Peu de personne savait que les prêtresses connaissaient un minimum les techniques défensives. Anne encore plus grâce à ses études et son rang, elle était presque maître si on excluait quelques 'élus-bénis' de la guerre. Quoiqu'il en soit, la jeune femme ne fit pas la remarque, excusant moralement Laugur. Ce n'était pas un drame non plus, il ne fallait pas exagéré,.

- Et non la passion et mon tempérament ne font pas beaux ménages ... La prêtresse esquisse un petit rire taquin face à la phrase du mercenaire.

- Excusez-moi si je ne le vous ai pas proposé de suite, voulez vous finir le voyage sur le dos de Baltore ?

« Oh. Échappa-t-elle par réflexe, très agréablement surprise par la proposition. Si vous me permettez, ça me ravie vraiment! »

La jeune prêtresse fit quelques pas rapide vers le cheval, arrêtant la marche pour un moment. Elle apporta sa main sur le naseau du cheval pour voir si celui-ci acceptait que la femme le touche, ce qui était apparemment le cas. Anne esquissa un sourire puis caressa son encolure avant de le tapoter délicatement.

« Grande fille. Grande fille. » Dit-elle d'une faible voix à l'attention de la jument.

Elle fit ensuite un sourire agréable au mercenaire et se permit de grimper sur le dos de la jument. La femme poussa un petit bruit de satisfaction, vraiment ravie de reposer ses jambes qui commençaient à la faire souffrir même si elle le cachait. Le duo, ou plutôt le trio reprit leur chemin et après un instant de réflexion la prêtresse demanda:

« Attendez, puisque vous êtes mercenaire, cela veut dire que soit il y a un problème au village, soit c'est là-bas que où vous recevrez votre mission, non? »

Elle s'était exprimée maladroitement et brièvement sur les deux distinctions, mais elle jugea inutile de se rectifier, pensant que l'homme comprendrait.
Laugur Esylf
avatar
"Ami du vent"


Messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2011
Age du personnage : 24
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Mar 8 Nov - 22:09

Dame attentive et réfléchie voilà ce que voyait Laugur, une personne qui semblait paradoxalement à ses responsabilités avoir encore la légèreté des innocents et l'humour des gens libres, alors que sa destinée semblait être déjà toute tracée. Avait elle choisie cette vie ? Peut-être...

Laugur remarqua son petit sourire, visiblement quelque part il avait dû dire une bêtise, mais il ne se formalisait pas, il en dira surement bien d'autres plus tard.

« Si vous me permettez, ça me ravie vraiment! »

Il fit un petit signe de la tête en approbation

Elle flatta la jument visiblement satisfaite de l'attention qu'on lui portait, les fines oreilles du mercenaire parvinrent à comprendre ses mots et ce dernier bêtement se disait qu'être a la place de Baltore n'était peut-être pas si désagréable, avant de recevoir un sourire, dès que la prêtresse lui tourna le dos il tira la langue à ça monture qui répondit d'un clignement de l'oeil désinvolte.

L'épéiste remarqua qu'elle parvint à monter en scelle d'elle-même preuve que la vie de cette jeune femme n'était pas faite de confortable fauteuils orienté vers un doux feu . plus il écoutait et regardait la prêtresse, plus ses préjugés tombaient.

Mais le plus intéressant était à venir et vint comme vous pouvez l'imaginer

« Attendez, puisque vous êtes mercenaire, cela veut dire que soit il y a un problème au village, soit
c'est là-bas que où vous recevrez votre mission, non? »

Il hocha de la tête :

-Bien vu, le village est harcelé par des déserteurs qui ont rejoint un groupe de bandit, ils ont installé un camp sur la route vers la capitale et pille tout passants, je fus informé de ma mission au dernier village.

Il fit une petite pause et regarda dans la vallée le petit point sombre qu'était le village à cette distance et soupira, oui il y aurait du grabuge et du sang, mais aussi une fête le travail terminé, une fête et bien des soupirs de soulagement. Attend encore un peu Timbold bientôt tu seras ravitaillé, bientôt tu seras libéré de ton fardeau.

-Par chance ce n'est pas sur notre route dans l'instant.

Il regardait toujours le village comme absorbé dans ses rêveries, ses yeux suivaient la route qui partait vers la capitale pour fixer une petite colonne de fumer, visiblement les bandits brûlaient du bois humide pour se chauffer, car dans la vallée le vent soufflait avec dureté dans ce gigantesque couloirs de granite.

-Ce genre de situations sont fréquentes dans les terres loin de la capitale. Elles ne sont pas protégées par l'armé, et avec la guerre elles sont devenues le repaire des mécréants... peut-être y aurez vous du travail, vous aussi Dame Evelynn.

Il disait tout cela avec légèreté, comme si la souffrance humaine ne le touchait plus, ce n'était pas la vérité, mais le temps et l'expérience lui permit de se concentrer uniquement sur les faits et non sur les émotions, s'il était rêveur et artiste il était aussi mercenaire, il se devait de ne pas avoir l'esprit trop encombré. Il s'approcha de la prêtresse et prit les rênes de sa monture pour la conduire. Quand il évoqua le village et la situation qui l'accablait, le vent devint froid et l'aura de douceur s'estompa autour du mercenaire.
Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Mer 9 Nov - 7:47

Les dires du mercenaire avait presque achevée la prêtresse et cela se vu sur son visage où le regard pointait le village d'un air plutôt triste. Alors qu'elle pensait trouver repos au village, voilà que cette triste annonce arriva. Cette pensée était assez égoïste venant du nomme voyageuse, mais elle pensait bien sûr tout autant des villageois et s’inquiétait de leurs sorts; Il fallait leur venir en aide contre ce genre de menace et elle ne pensa pas le contraire malgré sa pensée solitaire. La prêtresse se mit confortablement sur la jument avant de baisser son buste afin de s'allonger délicatement en prenant soin que l'avant de la selle ne lui fasse pas mal au ventre ou ne lui coupera pas la respiration puis déposa sa main libre à l'épaule droite du cheval pour s'équilibrer en même temps de ne pas trop déranger la marche de Baltore tandis que l'autre bras était en suspend dans le vide, entre Laugur et le duo, en train de tenir le bâton. Alors que la jument semblait regarder devant elle, Anne, elle, regardait maintenant d'un air compatissant le mercenaire qui semblait fixer la ville à l'horizon.

- Par chance ce n'est pas sur notre route dans l'instant.

La jeune femme échappa un bref 'Mh' comme pour répondre qu'elle avait bien entendu, mais qu'il n'y avait pas de quoi se réjouir trop tôt.

- Ce genre de situations sont fréquentes dans les terres loin de la capitale. Elles ne sont pas protégées par l'armé, et avec la guerre elles sont devenues le repaire des mécréants... peut-être y aurez vous du travail, vous aussi Dame Evelynn. Expliqua-t-il d'un air calme et indifférent.

- Oui, du travail ... - Pensa-t-elle d'une façon triste pour plusieurs raisons.

Elle ferma les yeux, simplement. La femme connaissait déjà ce soucis des non-protégés qui était d'ailleurs nommé du même nom par le royaume humain et dragonnier. Les « Non-protégés » étaient des villages trop loin des capitales qu'ils n'étaient, effectivement, pas protégé par l'Armée des royaumes, mais simplement grâce à des bénévoles courageux ou alors ... téméraires. L'année dernière, Timbold faisait parti des villages en sécurité et des gardes expérimentés étaient présents. Apparemment, aux dires du mercenaire, ce n'était plus vraiment le cas. Qu'en était-il du village à présent? Ressemble-t-il au même que celui de l'an passé? Probablement pas, mais peut-être avait-il réussi à survivre dans de bonne condition ... ou pas. La jeune femme aux yeux fermés essaya de se rassurer d'elle-même avec de bonnes pensées et c'était assez psychologique car en plus de ses 'bonnes pensées' elle garder des doutes sur celle-ci. Serait-ce synonyme d'être un optimiste lucide & intelligent? C'est ce que pensait la jeune femme dans sa manière de penser. Après tout, même si l'on avait espéré à bien d'une chose mais que ce n'était pas le cas, on y était tout de même préparé intérieurement.

Anne sentit d'un coup un sursaut de fatigue l'accablait et ouvrit rapidement les yeux avant de remonter son buste doucement sur le dos de la jument. Elle se frotta doucement le front avec un regard assez perplexe sur la crinière du cheval, ou plutôt son cou caché par la crinière.

- C'est vraiment 'dangereux' d'être sur un cheval dis donc, j'ai failli m'endormir à cause des balancements de la jument. C'était pas désagréable mais je ne vais quand même pas m'endormir maintenant ... Surtout que c'est pas la première fois que je m'endormirai ainsi, je l'ai déjà fait dans une charrette d'une marchande ... - Pensa-t-elle simplement en échappant un sourire nerveux à elle-même.

La prêtresse vit Laugur à l'avant en train de diriger Baltore sur le chemin. Elle saisit son bâton plus fortement pour le tendre vers l'avant et frappa délicatement la tête du mercenaire avec. Quand il se retourna vers elle, la jeune femme lui fit un joli sourire amusé et dit sur le même ton :

« Haha désolé. Et donc, ces bandits et ces mmh, déserteurs, vous allez les affronter seul? Seul contre autant, vous n'avez pas peur? Vous devez passer pour un héros là où vous passez. »

Pour les connaissances de la prêtresse, il était facile de savoir pourquoi elle posait ces questions et faisait ses jugements. C'était bien sûr pour connaître l'étendu du courage de la personne, l'étendu de son intelligence, l'étendu de sa fourbe, etc. Le tester. Mais c'était surtout pour ensuite lui proposer son aide. C'était en quelque sorte la dernière question avant un contrat, celle qui permet d'être sûr moralement même si on est déjà prêt à aider. La prêtresse, tout en écoutant le mercenaire répondre, prit une pose plus décontractée et mit son bâton horizontalement devant elle, juste à l'arrêt de l'encolure et la fin de la crinière de la jument puis déposa ses avant-bras sur le bâton avant de croiser ses doigts devant elle. Elle jaugea bien évidement si cela faisait mal à Baltore ou non en appuyant plus ou moins forts et trouva la position parfaite. La jeune femme aux yeux rubis sombres esquissa un sourire, fière d'elle. Non, elle n'allait certainement pas gâcher ses émotions de joie même pour une chose si peu signifiant malgré le fait qu'elle avait entendu des histoires tristes. Hors de question, elle était ...

- ... Une optimiste lucide & intelligente. -
Laugur Esylf
avatar
"Ami du vent"


Messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2011
Age du personnage : 24
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Jeu 10 Nov - 14:50

L'ambiance était tombée, la réalité avait rattrapé les deux voyageurs, l'ivresse de la rencontre fut balayée par les torrents glaciales des funestes heures qui allaient suivre l'arrivée du mercenaire en ce village. La jeune femme semblait s'assoupir sur la jument, elle répondit d'un faible gémissement et déjà son bras balançait entre lui et le flanc de Baltor.

Le mercenaire ce rendit compte qu'il venait de soudainement d'achever la voyageuse déjà fatiguée, il se pinça la lèvre inférieur, avant de remarquer qu'elle se redressait, il tourna le regard vers la route, puis sentit un objet lui frôler les crane, il se retourna rapidement comme surpris par ce contact, cette religieuse avait bien de curieuses manières. Elle était enfin libre de rêvasser en paix et de réfléchir et la voilà de nouveau prête au dialogue, elle avait de la réserve.

Additionnant le comportement et la situation de la Prêtresse il finit par se demandait si l'apparente fragilité de la demoiselle de blanc vêtue ne cachait pas des aptitudes plus sauvages, plus rustiques.
Peut être même pourrait elle l'aider. Non hors de question, Laugur ne se permettrait pas de la laisser prendre des risques, il préférait encore mourir seul que de la voir blessée par sa faute, qui plus est travailler seul c'était travailler l'esprit libre et le coeur seulement alourdi par les vies fauchés par sa main.

Non hors de question de lui proposer cela. Il s'était donc retourné surpris pour voir de ces doux sourires qui réchauffe les coeurs isolés. Oui cette femme était vraiment la grande prêtresse d'Eda.
Et elle parvint rapidement à poser les bonnes questions permettant de ne pas trop s'appesantir sur ce qui blessait le moral.

Il fixa le soleil plissant les yeux pour organiser ses idées face à ces multiple questions :

-Je ne travaille plus que seul depuis bien longtemps Dame Evelynn, cela impose trop de règles et de
conflits...


Il ferma les yeux... revoyant ses partenaires endormis, avant qu'il ne les égorge, oui le mercenaire avait tué ses seuls amis, certains employeurs et la femme qu'il avait aimé, à chaque fois sa vie en dépendait certes, mais a chaque attache que le monde lui envoyait il devait la couper.... non travailler et voyager seul était l'unique solution pour cet homme. L'unique moyen de ne pas tuer ceux qu'il aimait et il espérait bien que ça route allait rapidement diverger de celle de la prêtresse. Il remuait ses sombres souvenirs, ce genre de passé vous condamnant coupable d'avoir voulu survivre au prix de ceux qui se disaient être vos proches, mais a présents les mercenaires connus sous le nom de « Renards sanglants » et la famille « Rougecoeur » le surveillait depuis l'enfer pour « certains » et depuis le paradis pour « elle ».

Les lèvres du coupable articulèrent « Atylé » avant de reprendre sa réponse.

-Et je me demande si les fermiers tremblent à l'heure de la moisson... vous savez, ceci est mon métier depuis 8 ans, si j'avais encore peur aujourd'hui je serais déjà au fond du troue... non je ne suis pas honnête, j'ai toujours un peu peur quelques minutes avant l'assaut... on ne peut pas savoir ce qui va exactement se passer et la nuit on tremble en ce demandant si le lendemain on aura pas face à nous celui qui nous terrassera, mais avec le temps on se fait a l'idée que demain et notre dernier jour...

là enfin vint la réponse à la question la plus épineuse il avait déjà pas mal parlé mais, sur un ton calme que l'on attribut souvent aux sages résignés.

Il lui fit un petit sourire avant d'enchainer et ainsi clore la boucle « Question réponse »

-pour les villageois je dois surement leurs apparaître comme un fou insensé, mais je ne suis un Héro qu'une fois le travail terminé... qui plus est j'ai quelques techniques pour occire sans trop de difficultés autant d'adversaires... ahh « soupira t-il » parlez-moi de vous... n'avez-vous pas peur ? Votre rôle ne déclenche pas des torrents de louanges ?

Ainsi acheva t-il... il la regardait souriant, mais le vent lui restait froid....comme le fond de l'âme du coupable
Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Ven 11 Nov - 5:53

L'homme semblait répondre au question tristement, ou plutôt d'un air nostalgique. Oui, ça devait être ça, nostalgique. Il semblait regarder souvent en arrière pour expliquer ses dires. Mais la prêtresse garda son sourire face aux mots sincères du mercenaire. Le trio continuait d'avancer tranquillement vers le village qu'on voyait au loin s'approcher, même si c'était plutôt l'inverse, sous les explications et ressentis de Laugur. Une fois ses paroles terminées, il continua la fameuse chaîne des 'questions-réponses' qui s'était installée entre lui et elle. La jolie femme rechercha dans ses souvenirs comme pour chercher un détail avant de commencer à parler et s'élança normalement en répondant d'abord à la dernière question :

« Mmh, vous savez, le rôle caché de 'Grande Prêtresse' n'est pas vraiment connu des citoyens; Pour eux, je ne suis qu'une simple religieuse voyageuse assez spéciale qui vient rarement dans leur village. J'y ai bien sûr mon rôle, soigner les blessés, donner des conseils sur les maladies et autres; Mais ils ne connaissent rien de plus. Et ça vaut mieux pour eux comme pour moi remarquez.. Elle ne précisa pas vraiment le pourquoi bien qu'il soit simple à comprendre : Si les citoyens étaient au courant d'une telle mission, leurs vies seraient en danger. De même pour la prêtresse : Si les assassins et bandits étaient au courant d'un tel rôle, elle aurait encore plus d’agression qu'elle en a déjà et serait constamment persécuter. Les forces militaires ne sont pas vraiment au courant non plus, mais il suffit de leur montrer un sceau royal ou important pour qu'ils vous laissent passer. Elle prit un air plus sérieux et reprit alors pour sa seconde partie. Pour ce qui concerne ma peur ... Bien sûr que j'ai peur. Me faire attaquer par des bandits, des assassins, voir des dragons sauvages quand je m'approcherai des cimes de cette montagne ... Ma vie peut basculer d'un moment à l'autre. Elle marqua une pause où elle avait un regard triste, pensant à une autre chose qui lui faisait peur mais qu'elle ne souhaitait pas parlée pour le moment. Elle prit sur elle-même et aborda un petit sourire, fier de ses anciens exploits face au danger avant de reprendre à nouveau. Mais, vous savez, je trouve amusant de défier ma peur. Ça m'offre une vie palpitante et amusante. Qui ne se sent pas exciter de faire un combat, de combattre un dragon ou même de lui échapper quand il en a les pouvoirs? Ce n'est qu'aventure et merveille, et je trouve cela plutôt amusant de combattre cette peur de mourir ainsi que les autres difficultés physiques. Elle esquisse alors un sourire et ajouta d'un air ballot. Bon certes, sur l'instant, ce n'est pas vraiment amusant de se faire courser par un dragon mais ... mmh ... »

La jeune voyageuse ne finit pas sa phrase, ne voyant d'ailleurs pas vraiment comment la finir. Elle rit doucement à ses phrases avant de remarquer qu'ils s'étaient bien approcher du village. Encore quelques minutes. Patiente. La prêtresse, heureuse d'avoir trouvée Laugur et Baltore manifesta sa joie sur la jument en tapotant une nouvelle fois sur son encolure pour la féliciter tout en restant, bien entendu à son habitude, à l'écoute de son interlocuteur. Elle n'allait pas tout de suite lui proposer son aide. D'abord parce qu'elle voulait voir et entendre la réaction du mercenaire par rapport à son récit, et d'autre part parce qu'elle avait encore le temps. Tant que le mercenaire ne l'avait pas quitté, elle pouvait toujours se proposer pour l'aider.
Laugur Esylf
avatar
"Ami du vent"


Messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2011
Age du personnage : 24
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Dim 13 Nov - 0:39

Le village était devenu bien visible et le chemin devint une pente douce, les deux voyageurs étaient protégés des terribles vents des vallées par une sorte de bulle qui entourait sans cesse le mercenaire.

En écoutant la prêtresse il comprit alors sa dualité. Elle avait de lourde responsabilités et elle aussi avait peur, en réalité la question était plutôt idiote. Tout vivant avait peur de ne plus être. Que ce soit le bandit le villageois la grande prêtresse et le mercenaire. La seule différence était la manière d'affronter cette peur. Pour la jolie religieuse cela semblait être un jeu d'équilibre, comme si le prix des découvertes et merveilles de ce monde était le risque de la mort. Pour le mercenaire la peur était affrontée par l'accoutumance.

Les propos de la voyageuse démontrée aussi une certaine innocence mélangée à tous ses devoirs la rendant sans qu'elle ne le sache que plus agréable. Sa compagnie était douce et pouvait faire regretter la solitude aux marcheurs. Mais l'épéiste n'était pas seul, Baltore et le vent l'accompagnaient sur tous les chemins qui daignèrent se tracer en ce monde qui n'attend que d'être découvert. Théorie choquant peut être les elfes et leurs mystères... ce qui déclencha la guerre avec ce désir de posséder qui abâtardie les dragonniers et humains... Car oui si la prêtresse était neutre le mercenaire aussi... pour lui tout ce conflit vient de la stupidité des elfes et des humains... les premiers toujours méfiants et bien trop accroché a leurs bouts de cailloux qu'ils appelaient ruines ou temples... les rendant agressif dès qu'un étranger s'en approchait. Et pour les seconds se désire de posséder cette maudite relique sans même savoir de quoi il en retournait, alors que les nations auraient pu travailler de concert à cette découverte...

En bref le désir de protéger d'antiques possessions des elfes et le fonctionnement de conquérants des humains menèrent Edonna a la guerre...

Les paroles de la prêtresses réchauffaient le coeur du mercenaire elle lui rappelait que les voyages étaient découvertes doute et inconnu ce qui le poussa à entamer cette vie de nomade.
Une sacrée femme a l'opposé de ce que pouvait être les autres religieux parfois abusant de leurs pouvoirs, et voir que la plus haute fonction de cet ordre soit occupée par la Dame Evelynn était rassurant, celui ou celle qui mit en place cette fonction devait surement être un sage... déposséder la plus grande place de possession et de pouvoir pour lui permettre de rester en adéquation avec les écrits et les idéaux d'Eda...

Au moment où elle commença à parler de sa peur le mercenaire eu un petit sourire en l'écoutant. Et ses yeux recommencèrent à faire des vas et vient sur la personne de la grande prêtresse qui ne semblait plus du tout être une fragile femme surtout en montant Baltore qui n'avait rien d'un chevale de la noblesse.

Il rigola tout en baissant la tête


-Vous êtes fantastique Dame Evelynn... et a présent je sais que vous avez les épaules de celles qui peuvent changer le monde... si... hum... comment dire cela... si vous pouvez... euh....

Oui notre mercenaire rentrait dans une grande réflexion....

-Lorsque vous pourrez faire le bien... faites le un-peu en mon nom aussi... je ne sais pas si je suis vraiment claire et je vous demande pardon d'avance...

Mais malgré tous ses dire si la prêtresse avait affronté la peur pour survivre... lui le mercenaire avait fait de ce combat sa vie. Il se nourrissait de la mort qu'il semait et devait parfois tuer pour survivre aux conséquences de ses actes.

Soudain une chose lui vint en tête

- Excusez moi... si un jour vous avez besoin d'un mercenaire ou tout simplement de bras je serais à votre disposition... pour ceux qui me cherchent je ne suis pas bien dur à trouver....
Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Sam 19 Nov - 4:31

Après son petit rire, la jeune femme se rendit compte que le mercenaire la regardait encore une fois de haut en bas. Elle échappa un 'Hoho', fière de l'impression qu'elle donnait à l'homme et esquissa un petit sourire à la fois gêné et amusé. Si elle avait pu sourire pendant ce court instant, elle était maintenant entrer dans une grande réflexion à la suite des sages mots du mercenaire. Les compliments l'avaient touché et elle aurait bien eu envie de faire une tapote sur le dos de Laugur avec un beau sourire pour le remercier de tels mots sincères à son égard. Se disposant de le faire vu qu'elle n'était pas vraiment en position, elle médita plutôt sur les suivants :

- 'Changer le monde', en suis-je vraiment capable? - Pensa-t-elle.

-Lorsque vous pourrez faire le bien... faites le un peu en mon nom aussi... je ne sais pas si je suis vraiment clair et je vous demande pardon d'avance... Il marqua une pause et reprit comme s'il avait eu un tilt discret. Excusez moi... si un jour vous avez besoin d'un mercenaire ou tout simplement de bras je serais à votre disposition... pour ceux qui me cherchent je ne suis pas bien dur à trouver...

« Allons allons, ne soyez pas si sérieux d'un coup. Tant que des personnes ont besoin de vous, ne pensez pas comme si vous alliez mourir dans quelques minutes. Je suis sûr que certains villageois de ce village vous attendent pour que vous les délivriez de ses bandits. » Finit-elle par dire en regardant le sol.

Elle failli rajouter un 'j'espère en tout cas' à la fin de sa phrase, mais cela aurait coupé ses dires optimistes et n'aurait pas vraiment encourager Laugur à positiver. Elle reprit alors après un petit moment:

« Et bien, permettez moi d'abord de vous prêter main-forte durant votre mission et de dormir dans la même auberge, j'y réfléchirai ensuite. Qu'en pensez-vous? » Finit-elle par dire avec un petit sourire qui semblait amical.

En écoutant son compagnon, la jeune femme ressentit maintenant la fraîcheur qui s'installait de plus en plus, et elle le sentit surtout au niveau de ses mains qui commençait vraiment à s'engourdir à cause du froid. Apparemment, ils entraient dans une zone où la température baissait rapidement, preuve qu'il s'approchait du village, mais surtout de la froideur du centre du territoire des dragonniers. Elle les frotta entre elle et souffla dessus de manière à ce que son souffle soit chaud avant de ressentir des picotements dans son nez. Elle éternua en tournant la tête à l'opposé de l'homme par réflexe de politesse avec un 'Atchaa' féminin et renifla discrètement les joues toutes roses en frottant délicatement le bas de son nez. Victime du changement de température?


Dernière édition par Anne Evelynn le Dim 20 Nov - 18:57, édité 1 fois
Laugur Esylf
avatar
"Ami du vent"


Messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2011
Age du personnage : 24
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Dim 20 Nov - 13:49

Si la prêtresse avait pour but de surprendre le mercenaire, elle avait réussi et cela à plus d'une reprise. Mais le plus surprenant était encore à venir, l'étonnante religieuse était pleine de vie et d'espoirs, en tout cas c'est ce qu'elle montrait au mercenaire, elle semblait vouloir ne prendre que les bons côtés de la vie et cela aiguilla le mercenaire vers des pensées plus radieuses, même s'il était le genre de personne à voir le monde avec une neutralité et un équilibre écrasant.

-Vous avez surement raison... ils me payent pour cela à dire vrai.

Il reprit sa contenance et son attitude teinté d'insolence innocente, mais une fois encore cela ne dura que peu de temps, car la proposition d'Evelynn avait tout ce qu'il fallait pour déraciner la plus solide montagne.

Le mercenaire tourna la tête vers la cavalière, l'air perplexe et commença à ce caresser le menton la regardant droit dans les yeux, que lui passait-il dans le crane ? Avait elle comprit que cela n'était pas un pique-nique entre amis ? Surement mais, alors pourquoi vouloir venir aider un tueur à faire son travail ? Pour aider les villageois de Timbolt ? Peut être était-ce autre chose ? Protéger le mercenaire peut être ?

Laugur était à priori contre, il travaillait seul depuis longtemps et ce genre de massacres étaient courants et choses naturelles pour lui, il n'avait pas besoin d'aide et ne voulait pas entrainer cette merveilleuse femme vers le conflit et le sang. Pendant son premier combat au sein des Renards Sanglants il était resté planté sur place, à cet instant son esprit c'était embrasé et l'enfant qui était resté en lui avait disparu, depuis ce jour Laugur prenait le monde dans son intégralité le mal et le bien et trouvait presque normale de tuer pour sauver... depuis ce jour l'innocence du mercenaire c'était envolée et l'insolence de ceux pouvant tuer en une fraction de seconde naquit...

Et c'est bien cela que l'épéiste redoutait de voir naître en cette être si pur et lumineux... bien-sure la soeur Evelynn n'était pas aussi innocente que l'enfant qui était resté s'entraîner dans les montagnes... mais cette peur l'étreignait, il ne pourrait pas lui refuser son aide, elle était en âge de choisir ce qui serait le mieux pour elle... et il n'avait rien à dire contre cela il n'avait pas à la proteger. Mais il fallait qu'il voit sa détermination avant de lui confier une tâche dans cette péripétie. Pour cela le mercenaire savait déjà ce qu'elle pourrait faire...

-Hum... avez-vous bien réfléchi ou serait-ce l'appelle de l'aventure qui vous guide en cette voie ?

Il fit une petite pause et reprit

-Ce genre de boulots sont risqués et sombres, il faut admettre son propre vice si on veut tuer et je ne pense pas que vous le possédiez... je préférerais que vous restiez bien sagement a Timbolt... Car on ne sort jamais indemne de ses combats à mort... et je ne parle pas de la chaire...

Un silence s'installa et même l'ami du combattant ne put les protéger de la température des vallées brumeuses et emplies de villages et ruines. Aussi l'absence de sons fut de courte durée, la prêtresse semblait souffrir du froid Laugur eut un petit sourire et ralentit le pas pour se faire légèrement dépasser par Baltore et sa cavalière afin d'arriver au niveau de sa cape de voyage placé sur sur l'arrière de la scelle, cette vieille cape était raccommodé de toute part et à dire vrai elle avait tenu chaud au jeune homme depuis qu'il quitta ses premiers tuteurs il y a 16 ans... inutile de vous dire alors que le tissus bien que robuste soit bien usé et couturé

Il saisit le vieux vêtement et le tendit à la prêtresse

-Tennez elle vous tiendra chaud.


Mais il n'en avait pas fini...
Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Dim 20 Nov - 21:35

Le mercenaire observa Anne à nouveau, mais cette fois d'un œil perplexe à cause de la proposition de cette dernière. Elle fit de même, en prenant un air sérieux, le laissant pleinement réfléchir.

-Hum... avez-vous bien réfléchi ou serait-ce l'appelle de l'aventure qui vous guide en cette voie ? Ce genre de boulots sont risqués et sombres, il faut admettre son propre vice si on veut tuer et je ne pense pas que vous le possédiez... je préférerais que vous restiez bien sagement a Timbolt... Car on ne sort jamais indemne de ses combats à mort... et je ne parle pas de la chaire...

La prêtresse esquissa un sourire du coin de ses lèvres, mais son nez lui piqua à nouveau et elle éternua de nouveau, coupant l'ambiance sérieuse. Elle échappa un juron le plus discrètement possible, insultant gentiment la nature humaine de couper une telle ambiance. La jeune femme observa Laugur ralentir petit à petit, qui lui tendit après quelques pas une cape.

« Merci. » Dit-elle, simplement, d'une petite voix reconnaissante.

Redressant son corps vers l'avant, elle baissa la tête pour observer le grand bout de tissu. D'un geste délicat, elle caressa le vêtement avec son pouce. Peut-être était-ce un sentiment de nostalgie, mais elle ressentait quelque chose d'agréable. Elle s'enroula dans la cape comme dans une couverture, et plaça ses mains à l'intérieur. La chaleur ... La jeune femme avait eu envie de fermer les yeux pour profiter de l'instant, mais ne le fit que brièvement pour enfin donner sa réponse à l'homme :

« Je comprend ce sentiment. Celui qui fait que vous vous excusez intérieurement avec un goût amer à chaque meurtre de devoir ôter la vie à une personne qui pouvait encore se racheter si on lui faisait entendre raison. Celui où l'on se dit aussi qu'il était devenu bandit pour protéger sa famille et leur donner de quoi vivre. Celui qui a juré loyauté à son roi. Je le comprend, ce sentiment. Elle marqua un silence avant de reprendre en levant sa tête d'un air sûr, regardant Laugur d'un regard vaillant. Mais même, je n'ai pas besoin de vice pour faire ce qu'y me semble bon de faire pour la paix. Je n'ai pas besoin de tué pour régler mes problèmes ou celui des autres! Il existe d'autre solution que la mort de celui qui pourtant le mérite. Elle se relâcha et reprit d'un air plus doux et triste. Ceux que j'ai déjà tué sont ceux qui n'ont pas entendu la voix de la raison. Ils étaient trop attachés à leur objectif et n'arrivaient pas à prendre le recul qui leur permettraient de survivre. Elle marqua une nouvelle pause et regarda à nouveau l'homme d'un air sincère avec une once inquiète. J'aimerai vous prouver ma force, une chance de vous montrer ce que je vaux vraiment. Je ne vous supplierai pas comme une enfant le ferait, même je trouverai frustrant d'être laisser en arrière sans prouver ma valeur. Je ne suis pas devenu 'Grande Prêtresse' pour seulement regarder Sire Laugur. Je veux agir sur ce que j'ai envie d'agir. Je veux vous protéger, vous et les villageois qui le méritent. Ce n'est pas une question d'aventure ... » Finit-elle par dire d'une voix qui faiblit de plus en plus.

La jeune femme baissa la tête, gênée d'avoir autant parlée ainsi. Elle avait un peu honte d'avoir parlé comme un héros le ferait dans une histoire d'un livre. Quoiqu'il en soit, elle se demandait si elle l'avait convaincu avec ses mots, même s'ils étaient maladroits et dit d'un air qu'elle ne voulait pas vraiment, étaient sincères. La jeune femme baissa ses yeux rubis sur la cape et enroula ses bras à l'intérieur comme pour se réconforter avec la chaleur.
Laugur Esylf
avatar
"Ami du vent"


Messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2011
Age du personnage : 24
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Ven 25 Nov - 9:20

Face à la grande prêtresse plus d une personne dont les penseurs et philosophes en auraient perdu leur latin. Après s'être réfugiée dans la cape et un éternuement la dame en blanc eut des propos qui n'avaient certainement pas leur place dans la bouche d'une religieuse, mais étrangement le mercenaire avait oublié qu'elle était la grande prêtresse, elle était « Dame Evelynn » tout simplement, une personne merveilleuse au caractère agréable mais à la grande détermination.
Laugur focalisa ça pensé fondamentalement sur ce propos : « ...Ceux que j'ai déjà tué... »

Ainsi cette douce dame avait déjà tué? Laugur compri à cet instant qu'elle savait de quoi elle parlait et qu'il ne pouvait donc pas la protéger de ce qui l'avait déjà mordu. Le reste de ses propos étaient sensés et sa détermination et vision du monde était bien assez mature pour qu'elle puisse être une bonne partenaire.

Le mercenaire regardait, attentif et pensif à la fois la religieuse. Dont la voix faiblissait progressivement comme celle d'un enfant qui soutiendrait à ses parents un mensonge, mais en elle aucun mensonge ne semblait vouloir se tapir.

-Vous n'avez pas à me supplier dame Evelynn, je ne peux choisir pour vous.

Les deux émeraudes scintillantes de malices revinrent défier les calmes et douces braises de son regard, il se frotta la nuque et capitula complètement avant d'ajouter.

-Je connais quelques astuces pour réaliser une bonne offensive pour deux partenaires, inutile de vous dire que cela sera risqué.

L'épéiste fixa alors l'entrée du village, ils y étaient, Timbolt semblait dans une sombre torpeur, il n'y avait personne dans les rues et que très peu de bruits, schéma classique des villes coupées du monde, sans ravitaillements, elle fonctionnait sur ses resserves, ralentissant à son maximum ses activités, seul un peu de bruit émanait de l'auberge réel point centrale et de ralliement, les villageois devaient s'y retrouver pour discuter et faire le point et peut être avec un peu de chance et d'alcool oublier leurs peurs.

-Nous y voici « Partenaire », nous logerons demain dans cette auberge, car je veux m'occuper de mon contrat dès que possible....

Dit il sur un ton solennel, en effet agir au plus vite était la meilleure solution et la plus sûre, si un bandit le remarquait ils se méfieraient, il fallait donc frapper cette nuit à la faveur des ombres et de l'assoupissement des ennemis.

-nous paierons une chambre où nous déposerons nos affaires et ne prenons que le strict nécessaire. Une heure après cela, retrouvez moi à la sortie ouest du village.

Il regardait en direction de la petite colonne de fumée, là-bas était le combat, là-bas il espérait que tout se passerait bien, il avait déjà un plan d'attaque et bien que la posture que devra adopter la prêtresse était acrobatique elle était la plus sûre et aussi la plus mobile, après cette épreuve ils pourront savourer un petit matin de sommeil, car une fois le boulot terminer il y aura surement de sacrées réjouissances tardant longtemps à la faveur des étoiles.

Il lui fit un petit sourire

-Détendez vous nous allons rester longtemps allonger le nez dans l'humus
Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Dim 27 Nov - 6:34

Quand elle avait fini de baisser les yeux, elle avait cru que l'homme mettrait un moment à répondre. Que le son des mots ne sortiraient pas avant un moment. Pour cent mètres peut-être. Mais non, elle fut surprise et leva la tête doucement pour regarder le mercenaire. Des mots sages, encore. Elle appréciait ses mots. Puis il reprit en se grattant le cou ou la nuque tandis qu'elle le regardait curieusement.

- Je connais quelques astuces pour réaliser une bonne offensive pour deux partenaires, inutile de vous dire que cela sera risqué. 

Elle esquisse un sourire, pensant comprendre le sous-entendu. Les portes de la ville sont proches, et la prêtresse accorde un dernier regard vers la montagne avant de fixer les maisons devant elle. Un air triste et nostalgique apparu sur son visage. Il avait changé. Le village avait changé. Elle se souvint du marché avec sa petite ambiance. Les petits enfants qui courent bruyamment partout ont disparus, aucun accueil. Malgré ça, cela ne ressemblait pas à une ville fantôme non plus. Le vent frais apportait des bruits et des paroles dans l'oreille de la voyageuse et cela la rassura un minimum. Elle vit aussi une personne au loin, à l'autre bout d'une ruelle. Certes les habitants ne se promenaient plus sereinement, ils avaient peurs, mais ne coupaient pas de ses voisins et de sa population. Ils ne se barricadaient pas. Manquerait plus que ça remarquez. Qu'ils ne soient plus solidaires entre eux. Par contre, solidaires dans le bon sens, elle en doutait, ni en bien ni en mal, mais elle en doutait.

- Nous y voici « Partenaire », nous logerons demain dans cette auberge, car je veux m'occuper de mon contrat dès que possible.... 

La jolie voyageuse hocha la tête silencieusement tout en échappant un sourire au mot 'partenaire'. Il expliqua par la suite ce que le duo devait faire avant de partir. Ce qu'elle ne comprit pas vraiment. Devait-ils se séparaient après avoir posées ses affaires? Elle descendit de Baltore, remit correctement la cape pour s'enrouler avec en s'enlaçant à l'intérieur puis posa sa question après une information donnait par son camarade :

- Détendez vous nous allons rester longtemps allonger le nez dans l'humus.

« Nous nous séparons? Je veux dire. Je n'ai pas grand chose à faire pendant cette heure-là. Alors, si je peux vous accompagner pour l'auberge et vos destinations ... Ça m'occupera. Je resterais silencieuse, comme un garde du corps. Elle réfléchit un court instant. J'aurai seulement besoin de me changer en trouvant des habits qui seront plus accordés pour ce soir. Des plus souples. Un magasin d'alchimie aussi, je me souviens qu'il y en avait un l'année dernière, le gérant a promis qu'il serait une de mes relations de voyage. Elle échappa un petit et doux rire pour se moquer d'elle-même en cachant ses dents derrière le dos de sa main. Ah si, finalement, il semble que j'ai à faire, désolée. Vous savez, les femmes et la préparation ... Je vous rejoindrai alors à la sortie Ouest. Je passerai à l'auberge plus tard, histoire de poser mes vêtements, me changer et d'emporter comme vous le disiez, le strict minimum pour combattre. Et comme un tilt dans sa tête. Ah, mais du coup, il me faut la clef, héhé. Sire Laugur, puis-je vous accompagnez au moins pour la chambre dans ce cas? » Proposa-t-elle finalement en posant une main délicatement sur l'encolure de Baltore tout en regardant Laugur avec un petit sourire.

La jeune femme se sentit vraiment à l'aise. Malgré le vouvoiement, elle parlait avec un grand naturel et cela la libérée. Elle en avait marre de toujours parler en faisant attention à chaque mot. Marre de se rectifier lors d'une pauvre impolitesse. Elle était heureuse d'avoir fait cette rencontre, même si dans quelques heures, ils seront tous les deux en train de se charger d'un groupe de bandit. Comment cela allait-il se passer ...
Laugur Esylf
avatar
"Ami du vent"


Messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2011
Age du personnage : 24
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Mer 30 Nov - 21:11

Le village bien que peu actif semblait frissonner quand les deux voyageurs entrèrent, quelques personnes les épiaient aux fenêtres et les quelques ballots encore dans les rues les observaient du coin de l'oeil, ce village n'était pas mort... mais seulement assoupit, attendant des jours plus heureux pour se réveiller.

La belle Dame descendit de sa monture avant de s'enrouler avec plus de conviction dans la vieille cape et étrangement cela réchauffait le coeur du mercenaire de savoir qu'il avait pu apporter un peu de chaleur à une personne si douce et agréable, il avait presque l'impression de la serrer dans ses bras... mais il effaça rapidement son doux sourire étrangement rêveur et se re-concentra sur les mots de la prêtresse. Elle avait déjà commençait à parler depuis un petit moment et il avait raté quelques informations aussi il acquiesça d'un geste de la tête sans même relever ce petit moment purement naturel

Elle se mit à sourire laissant le mercenaire dans l'embarra qui à peine eut il finit de sourire béatement se sentit appelé à de nouveau sourire en réponse.

-Comme bon vous semble Dame Evelynn... qui eut crut qu'en une demi-heure vous seriez passée de grande prêtresse a belle mercenaire préparant la libération de Timbolt...

Il médita quelques secondes a ces mots, en effets ils sonnaient étrangement, la demoiselle en blanc était tellement contradictoire la rendant si humaine, peut être que sa force était en réalité cette humanité la rendant si apte à son rôle d'espoirs pour les vivants. Depuis cette rencontre le mercenaire penserait à elle quand il entendra parler d'Humanité et ne supportera plus les propos médisant a l'encontre de cette merveilleuse nature qui donna naissance à des gens comme Atylé Evelynn Marie et Lynx, oui il y avait des personnes qui faisaient honneurs à la nature humaine et c'était cela qu'il fallait protéger et aimer en soit.

Mais s'emballait sur la beauté de la nature des bipèdes intelligents ne servirait à rien contre les renégats, entraînés et organisés, le mercenaire avait pour projet de déposer rapidement ses affaires et d'observer depuis les entrées du village comment le camp était protégé, le tout déguisé en barde, avec sa lyre et son talent de musicien la première supercherie sera facile, ensuite il devra rassembler un peu de matériel par-ci par-là pour sa partenaire qui risquait de frôler des lances de très près.

Puis il se mit à marcher vers l'auberge ses belles pensées réchauffant son âme, son ami le vent soufflait avec douceur et bien qu'il faisait froid il était caressant et presque enthousiaste, si l'on perdait ici le fil du récit tout annoncé le bonheur et l'allégresse.

Le mercenaire prit les rêne de Baltore et les attacha à l'abreuvoir près de l'auberge.
Il regardait le cadre de la porte puis fit un petit signe à la prêtresse avec un grand sourire pour l'inviter à entrer

-Après vous noble Dame

Le village bien que peu actif semblait frissonner quand les deux voyageurs entrèrent, quelques personnes les épiaient aux fenêtres et les quelques ballots encore dans les rues les observaient du coin de l'oeil, ce village n'était pas mort... mais seulement assoupit, attendant des jours plus heureux pour se réveiller.

La belle Dame descendit de sa monture avant de s'enrouler avec plus de conviction dans la vieille cape et étrangement cela réchauffait le coeur du mercenaire de savoir qu'il avait pu apporter un peu de chaleur à une personne si douce et agréable, il avait presque l'impression de la serrer dans ses bras... mais il effaça rapidement son doux sourire étrangement rêveur et se re-concentra sur les mots de la prêtresse. Elle avait déjà commençait à parler depuis un petit moment et il avait raté quelques informations aussi il acquiesça d'un geste de la tête sans même relever ce petit moment purement naturel

Elle se mit à sourire laissant le mercenaire dans l'embarra qui à peine eut il finit de sourire béatement se sentit appelé à de nouveau sourire en réponse.

-Comme bon vous semble Dame Evelynn... qui eut crut qu'en une demi-heure vous seriez passée de grande prêtresse a belle mercenaire préparant la libération de Timbolt...

Il médita quelques secondes a ces mots, en effets ils sonnaient étrangement, la demoiselle en blanc était tellement contradictoire la rendant si humaine, peut être que sa force était en réalité cette humanité la rendant si apte à son rôle d'espoirs pour les vivants. Depuis cette rencontre le mercenaire penserait à elle quand il entendra parler d'Humanité et ne supportera plus les propos médisant a l'encontre de cette merveilleuse nature qui donna naissance à des gens comme Atylé Evelynn Marie et Lynx, oui il y avait des personnes qui faisaient honneurs à la nature humaine et c'était cela qu'il fallait protéger et aimer en soit.

Mais s'emballait sur la beauté de la nature des bipèdes intelligents ne servirait à rien contre les renégats, entraînés et organisés, le mercenaire avait pour projet de déposer rapidement ses affaires et d'observer depuis les entrées du village comment le camp était protégé, le tout déguisé en barde, avec sa lyre et son talent de musicien la première supercherie sera facile, ensuite il devra rassembler un peu de matériel par-ci par-là pour sa partenaire qui risquait de frôler des lances de très près.

Puis il se mit à marcher vers l'auberge ses belles pensées réchauffant son âme, son ami le vent soufflait avec douceur et bien qu'il faisait froid il était caressant et presque enthousiaste, si l'on perdait ici le fil du récit tout annoncé le bonheur et l'allégresse.

Le mercenaire prit les rêne de Baltore et les attacha à l'abreuvoir près de l'auberge.
Il regardait le cadre de la porte puis fit un petit signe à la prêtresse avec un grand sourire pour l'inviter à entrer

-Après vous noble Dame

La journée était bien entamée et le soleil était bas, la lumière oblique et froide poussez les vivants à regagner leurs tanières ou au moins un lieu ou le feu crépité dans une cheminée, le moment idéal, là où les sens ce troublent et l'attention se relâche, le moment propice à une première observation grossière, le mercenaire voulait se dépêcher quelque peu, après que la belle voyageuse eut franchi la porte il s'engouffra et dans son impolitesse de nomade la dépassa pour atteindre l'aubergiste, un individu maigrelet et grand, aux cheveux grisonnants, il se dégageait de cet homme une simplicité et un calme rassurant. Il observait son domaine avec la sérénité d'un roi sur son trône, la salle était baignée d'une lumière chaude et un feu crépité dans l'âtre, les quelques personnes assises sur des chaises autour de tables, chuchotaient dans un calme et une torpeur reposante.

Le mercenaire engagea donc le contact:

-Bonsoir L'ami, avez-vous une chambre avec deux lits ?

L'épéiste regarda la prêtresse rapidement et presque nerveusement avant de revenir à son interlocuteur qui répondit alors avec un sourire amère:

-Ouais toutes nos chambres sont vides l'homme

Ses mots n'étaient pas agressifs ni colériques, mais simplement las de cette situation d'immobilité, le voyageur acquiesça légèrement de la tête comme pour partager cette peine, puis il se tourna vers la prêtresse souriant

- Nous sommes là pour ça....
Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Ven 9 Déc - 4:26

La prêtresse eu une petite réaction de fierté et à la fois touchée par les mots du mercenaire. Elle fut trahie par des rougissements, mais heureusement pour elle, ils étaient cachés par le froid qui rendaient ses joues déjà bien rouges. 'Belle mercenaire'. 'Belle', 'Belle'. Elle était contente par ce simple compliment qui était sorti différemment des autres bouches. Ces bouches pleines de formalité et pas forcément de sincérité. Celle de Laugur était attirante, et surtout, elle sortait des mots naturels et sincères qui sifflaient comme le vent, ou coulaient comme de l'eau de source, chacun sa vision. Elle se contenta d'élargir son sourire pour faire signe d'une réponse et de le suivre tranquillement, en restant proche des pas du mercenaire qui s'incruster dans l'herbe et la terre verglacées. Il prit soin de Baltore puis invita la jolie prêtresse à entrer dans l'auberge en lui tenant la porte. Elle n'aimait pas vraiment ce genre de courtoisie et romantisme, mais dans l'attitude du jeune homme, on voyait que ce n'était qu'une parodie, une imitation, pour faire rire ou amusée la femme. Du moins, c'est comme ça qu'elle le voyait et elle avança devant lui d'un air indifférent et avec un mi-sourire qu'elle voulut cachée. Ça aurait été trop facile s'il savait que ces petites détails l'amusaient beaucoup.
Elle observa l'intérieur de l'auberge qui semblait très accueillante, probablement grâce à l'ambiance générale de la pièce. Le feu qui crépite, sa lumière orangée, la petite discussion entre un groupe de voyageur, des murmures agréables et des petits rires discrets. Quelle ambiance relaxante.
La jeune femme sentit le mercenaire passer derrière elle où elle se contenta simplement de tourner la tête pour l'apercevoir avant de reporter son attention sur les bibelots sur une armoire. Elle entendit commencer la courte discussion entre le mercenaire et le propriétaire, qui semblait l'être d'apparence, et se décida à les rejoindre.

- Nous sommes là pour ça....  Dit-il à Anne en souriant.

La jolie femme pencha légèrement la tête, n'ayant pas tout à fait compris vu qu'elle avait ratée une partie, du moins, elle n'avait pas fait assez attention. Elle retint par contre que toutes les chambres étaient vides. Toutes? Qui sont les personnes assises alors?

- Peut-être suis-je trop paranoïaque et imaginaire. Il voulait sûrement dire qu'il y en avait 'trop' de vide. -

Quand le mercenaire reçu la clef après avoir payer, la prêtresse tapota son épaule délicatement pour lui faire signe d'avancer vers les chambres, au fond à gauche du couloir d'après l'homme. Le duo posa rapidement ses affaires en faisant un bref tour dans la chambre : Pas très spacieux, des lits acceptables, une armoire pour décorer rapidement la pièce. Bref, rien d'exceptionnel, mais ça restait chaleureux et les draps tiendraient chaud à n'importe qui dans une grotte. Autant dire que le prix y était. La prêtresse sortit en première puis attendit que Laugur sorte à son tour. Il semblait partir léger, qu'en à la prêtresse, elle avait seulement son bâton, ses vêtements bien entendu, mais aussi une bourse bien remplit, caché dedans.

« Attendez un instant, ne bougez pas. Chuchota-t-elle dans le dos de Laugur. Toujours caché dans son dos, elle ferma la porte de la chambre puis testa une autre serrure. Elle se rassura en voyant que la clef n'allait pas dans une autre serrure puis la mit dans ses vêtements avant de tapoter à nouveau l'épaule de son compagnon. Désolé, je voulais être sûre. »

- Qu'elle idiote, j'ai l'air d'une voleuse. – Pensa-t-elle en regardant ailleurs, un peu gênée sur le moment.

En sortant, rien n'avait changé, le groupe parlait toujours, le propriétaire sur son trône, le coucher du soleil, l'ambiance à l'extérieure. Elle se demandait pourquoi mais elle pensait que quelque chose allait changer. Elle avait une impression étrange. Elle ferma la porte de l'auberge puis posa la cape sur les épaules de Laugur.

« Je vous la rend, merci. Elle marqua une pause pour se placer devant l'homme. Soit, rendez-vous sortie Ouest d'accord? A plus tard Laugur. » Lui dit-elle avec un petit geste de la main en se reculant.

Elle fit volte-face et marcha devant elle, vers l'Est, sachant à peu près où elle devait aller. Elle détourna la tête pour regarder le mercenaire partir lui aussi vers sa destination. Elle esquisse un sourire puis continue à marcher tranquillement en se frottant les bras, un peu déçue de ne plus avoir la cape de Laugur ; Mais il le fallait, puisqu'elle allait se préparer, et puis le jeune homme doit être assez content de retrouver la chaleur de sa cape.
Quelques mètres et des changements de directions plus loin, Anne entra dans une maison où la cheminée fumée plus que les autres.

« Émilie? »

------------------
Une demi-heure plus tard, la prêtresse se dirigeait vers Laugur, qu'elle voyait au loin, sur le chemin de la sortie Ouest, habillée avec un uniforme d'hiver des alchimistes de guerre ( Short en cuir résistant, longues bottes de cuir raffiné et souple, sans-culotte sombre, une double-ceinture porte-fioles avec un petit sac, un simple haut sombre qui cachait une cotte de maille puis un manteau blanc dont la ressemblance est proche du manteau de Grande Prêtresse, mais ouvert et sans les décorations, et des gants de la même matière que les bottes, plus connue sous le nom de 'mitaine de guerre' ). Apparemment, il parlait ou écoutait un groupe de personne, mais il avait été accosté par deux femmes qui, malgré leur vêtement, parlaient comme des bourgeoises et avaient les gestes. Elle accéléra sa marche et vint se blottir contre Laugur tout en l'enlaçant autour du cou. Elle cacha cependant son visage en regardant le torse de l'homme. Elle comprit rapidement qu'elle avait fait fuir les deux femmes. Elle se décolla du jeune homme et fit quelques pas en arrière avec le sourire :

« Héhé, désolé de vous avoir surpris. Je suis un peu en avance. On dira que cela compensera mon geste. Ne m'en voulez pas trop, héhé. Elle alla se poser à côté de Laugur pour observer la foule puis lui demande, le regard rivé sur les gens et d'un ton sérieux. Eh bien, que se passe-t-il ? »

"HRP":
 
Laugur Esylf
avatar
"Ami du vent"


Messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2011
Age du personnage : 24
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Lun 19 Déc - 19:31

Au moment où les deux aventuriers entrèrent dans le couloir le mercenaire devint silencieux il commençait déjà à se mettre en condition et à tenter d'organiser ses pensées.

Quand il entra dans la chambre il eut un léger soupir, cette sensation de déjà-vu qui vous prend à la gorge, le combattant y était très sensible, il observait la prêtresse déposer ses quelques affaires d'un coup d'épaule il fit tomber a même le sol son sac, avec sur lui seulement sa lyre et son épée, quand ils sortirent de la chambre, la dame de blanc vêtu lui fit signe de ne pas bouger, dans un réflexe un peu paranoïaque mais naturel elle testa la clés, en effet pourquoi avoir pleinement confiance en un aubergiste, les voles dans les auberges étaient monnaies courante. Elle s'excusa pour son comportement, mais le mercenaire ne répondit que d'un haussement d'épaule pour témoigner du peu de gravité de cet acte. Ils descendirent les escaliers dans le calme et le silence, allez savoir pourquoi le fait de travailler avec quelqu'un lui rappelait ses années passées dans le légendaire groupe de mercenaire nommés « Les renards sanglants » et aussi hélas les quelques semaines passées auprès de Atylé...

Dans l'auberge les gens avaient repris leurs discutions comme si rien ne c'était passé. Et en effet rien ne c'était réellement passé. Ils franchissaient le pas de la porte quand la prêtresse la referma derrière elle avant de poser la cape de voyage sur les épaules de l'épéiste. Elle le remercia il lui fit un petit sourire, elle passa devant l'Homme pour récapituler le programme et le saluer, ce dernier lui tapota l'épaule et répondit :

-Oui à dans une heure Dame Evelynn

Puis elle partie, le mercenaire se mit en marche sans se détourner tenant sa cape à la main avant de s'y enrouler à son tour et cachant ainsi ses protections et son épée.

Le projet était assez simple, une observation, il se plaça à la sortie Ouest où il s'asseya sur un rocher, il prit sa Lyre et commença à en jouer en fixant le petit bosquet placé en face de lui, sur une hauteur il surplombait le village et le camps des Renégats, c'était le point idéal pour y placer des guetteurs, cachaient, ils pouvaient prévenir leurs alliés plus bas, qui pouvaient alors se préparer.
Le Musicien soupira et commença à jouer la berceuse à la Lune, un chant mélodieux et doux qui avait pour effet de bien souvent apaiser la colère et endormir la méfiance, dissimulé comme ill'était il ressemblait à un barde errant, quelques notes suffirent pour emplir l'espace et commençait à se répandre sur le village et le camp, à ce moment le vent soufflait avec calme dans un sens puis dans un autre lentement et de manière lancinante, le combattant ne détournait pas les yeux du bosquet et le musicien continuait à jouer, arrosant les environs de sa paisible mélodie, quelques personnes commençaient à sortir de chez eux pour observer l'étranger et profiter de sa musique, mais si les villageois sortirent de leurs masures, ceux qui se placèrent a la lisière des arbres n'échapérent pas au regard attentif du chasseur, qui savait maintenant que la première frappe se passerait dans ses petits bois.

Il continua de jouer cette fois pour son petit public et pour lui-même, une bonne dizaine de minutes,
avant d'écarter les doigts de l'instrument, le vent s'essouffla et le charme fut rompu, quelques personnes vinrent saluer l'artiste sans se rendre compte qu'il était le mercenaire qu'ils avaient fait venir, il répondait sourire aux lèvres aux usuels questions, tout en réfléchissant à sa stratégie qui prenait peu à peu forme. Progressivement la petite foule se dissipa, resta deux femmes, deux filles de notable du village, excessivement maquillée et le regard emplit d'insolence et de désir de jeux malsains, s'en suivi ensuite une banale discutions cachant une terrible joute entre les deux jeunes femmes qui voulaient se prouver leurs supériorités, à travers leurs atouts et surtout qui possèderait comme bon toutou musicale le mercenaire qui feignait de les écouter attentif.

Bien heureusement, Eda voyant la scène et comprenant surement la souffrance de L'ami du vent face à un tel spectacle envoyant sa dévouée et merveilleuse servante qui adopta parfaitement le bon comportement pour faire fuir les deux commères. La prêtresse se jeta au cou du combattant las de ses futilités, lui rappelant sa discution avec un soldat refusant de le laisser passer il y a trois jours par une route dite dangereuse à cause de loup... bref elle sauva notre pauvre épéiste.

« Héhé, désolé de vous avoir surpris. Je suis un peu en avance. On dira que cela compensera mon geste. Ne m'en voulez pas trop, héhé.

Malgré son calme l'homme ne put que rougir à son contact trop présent pour un célibataire de longue date. Heuresement le malaise ne subsista que peu de temps elle se décolla du guerrier, ce qui lui permit de voir son accoutrement, qui révéla une personne bien différente, mais qui semblait déjà plus apte à un combat, même si le doux visage contrastait avec le tout, le mercenaire n'ut qu'un léger pincement au coeur, en la voyant ainsi habillée et préparée au combat, allait-il vraiment guider cette femme au combat ? Nulle doute qu'elle serait à la hauteur... mais... il ne savait pas pourquoi quelque chose le chagrinait...

-Ne vous excusez pas, vous venez de me tirer de bien infernales griffes...

Il revint s'asseoir sur son rocher avant d'ajouter à voix basse...

-Veuillez rester dos au bosquet nous dominant , votre veste ressemble encore à c'elle d'une simple prêtresse, mais votre tenue risque de les mettre en alerte...

Il passa sa main dans ses longs cheveux, avant de placer celle si sur l'encolure de sa cape pour la refermer légèrement

-Enfin si cela n'est pas trop impolie je dois en premier lieu connaître l'étendue de votre pouvoir défensif et curatif.

En effet ils en étaient au stade des derniers préparatifs avant le combat et le mercenaire devait savoir et connaître exactement ce qui pouvait réaliser sa partenaire avant de lui révéler son plan qui pouvait encore changer celons les réponses de la jolie religieuse.
Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Dim 8 Jan - 20:55

Le mercenaire remercie sincèrement et se rassit simplement sur son rocher et chuchota à la prêtresse :

-Veuillez rester dos au bosquet nous dominant , votre veste ressemble encore à celle d'une simple prêtresse, mais votre tenue risque de les mettre en alerte...

« Oh ... » Échappa-t-elle sous les remarques de l'homme. La précaution était de mise et heureusement que le mercenaire était présent. Sur l'instant, elle s'en voulait un minimum et laissa glisser un : 'Désolé', tout en refermant sa veste autour d'elle et en s'enlaçant dans ses propres bras. Elle savait que ce n'était pas si grave, mais l'impression d'avoir fait une gaffe était là.

La jeune femme baissa donc rapidement la tête mais la releva en destination de Laugur pour faire signe de présence sous les paroles de l'homme. Ce petit moment qu'elle redoutait été arrivé, et il fallait maintenant qu'elle prouve ce qu'elle vallait avant même la mission. Elle y avait déjà réfléchit sur le chemin mais ne voyait pas vraiment de solution. Du moins, pas si discrète. Elle posa délicatement ses fesses sur le rocher pour se stabiliser et répondit.

« Mmh. Mes sorts ne sont pas vraiment discrets dans un village où nous sommes censés être discrets. Je pense qu'il va falloir me faire confiance jusqu'à ce soir. À moins bien sûr que vous avez une idée ou un endroit discret. Elle vérifia d'un coup d'oeil s'il n'y avait personne et continua. Mais ici, impossible, ça éveilleraient trop les soupçons de mauvaises personnes qui pourraient nous observer. »

En effet, si elle devait faire un tour de passe-passe, un sort curatif, ou même un sort défensif de protection ou de force de projection, une lumière sortirait de son bâton, et si elle doit réellement prouver sa valeur, elle est obligée de passer par là. En tout cas, pour le moment, la jeune femme attendait simplement la réponse de Laugur, son compagnon. Elle ne pouvait rien faire de plus mise à part regarder les environs maintenant qu'elle avait répondu et qu'elle attendait les ordres ou les demandes.
Laugur Esylf
avatar
"Ami du vent"


Messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2011
Age du personnage : 24
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Mer 11 Jan - 20:13

La jeune femme semblait quelques peu confuse, mais comment aurait-elle pu savoir que des observateurs étaient placés dans les bois ? Elle n'avait pas l'expérience du métier et bien des professionnels se faisaient encore surprendre. Qui plus est étant donné la distance, elle n'avait pas eut le temps d'attirer l'attention sur elle.

Aussi idiot que cela puisse paraître le fait d'avoir mit en gêne la Prêtresse déplaisait au mercenaire, qui avait l'impression d'être un peu abrupte, ce qui dans la situation présente était normal.

Il lui fit un petit sourire :

-Ne soyez pas désolé Dame Evelynn

Le mercenaire leva les yeux pour observer le ciel qui se voilait, déjà les sommets des cimes se peignaient lentement d'orange et de rose, leur donnant cette dimension surréaliste et ces teintes sorties de rêves, pour contraste les vallées se nappaient de brouillards et l'obscurité lentement y étendaient son impénétrable manteau de mystère.

Après que la voyageuse se soit assise en face de lui elle déclara :

« Mmh. Mes sorts ne sont pas vraiment discrets dans un village où nous sommes censés être discrets. Je pense qu'il va falloir me faire confiance jusqu'à ce soir. À moins bien sûr que vous avez une idée ou un endroit discret. . Mais ici, impossible, ça éveilleraient trop les soupçons de mauvaises personnes qui pourraient nous observer. »

A ces mots le mercenaire se mit a jubiler, il y avait erreurs, il lui faisait déjà confiance et ne voulait connaître seulement les étendues de ses pouvoir, il faisait confiance en ces mots, la prêtresse était aux yeux du mercenaire incapable de mentir.

-Excusez-moi, mes propos n'étaient pas bien claires. Votre seule parole me suffit.

Il marqua une pause souriant, bien qu'un léger début d'anxiété se profilait au plus profond de lui, la crainte d'être la cause de la disparition d'une personne aussi lumineuse lui serait insupportable et plus le temps du combat approchait, plus il remettait en doute sa propre stratégie et capacité à la protéger.

-Ah je voulais aussi savoir si vous étiez capable de monter Baltore votre bâton à la main et les rênes dans l'autre. Vous serez le point mobile de mon plan d'assaut.

Après ces formalités expédiaient il pourra révéler a « cette ange de bataille » son plan et ils pourront dans les minutes qui suivent le mettre en oeuvre, il était à présent question de minutes.
Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Ven 13 Jan - 23:32

Le mercenaire se mit à rire après l'explication de la jeune femme. Quand à elle, elle se posait bien la question du pourquoi. C'était elle trompée de question? Avait-elle mal compris la question? Ou alors simplement dit une bêtise? La prêtresse se mit à sourire elle aussi, se demandant bien ce qu'elle avait dit pour faire rire Laugur. Elle regarda alors le mercenaire avec un air mi-étonné mi-amusé.

- Excusez-moi, mes propos n'étaient pas bien claires. Votre seule parole me suffit. 

- Oups – Pensa-t-elle simplement tout en commençant à rire discrètement.

Laugur sourit un moment. La prêtresse, à la fois gênée et amusée, tapota son avant-pied droit sur le sol tout en regardant simplement le rocher pour esquiver le regard de l'homme. Tic qu'elle avait et qui commençait à lui manquer. Depuis quand n'avait-elle pas fait cela? Depuis quand n'avait-elle pas été aussi libre quand elle parlait avec quelqu'un? Rien que ce réflexe insignifiant qui frapper délicatement le sol à présent lui faisait se sentir bien, lui faisant oublier les formalités ou habitudes qu'elle avait avec les personnes non dignes de vraie confiance.

-Ah je voulais aussi savoir si vous étiez capable de monter Baltore votre bâton à la main et les rênes dans l'autre. Vous serez le point mobile de mon plan d'assaut. 

Les mots de son camarade lui fit sortir de sa, dira-t-on, nostalgie et elle reporta alors son attention vers lui. Etait-ce possible? Probablement pas. Certes elle avait été entraînée pour survivre dans la nature, les combats contre des bandits ou des soldats de guerre ; Mais les combats à cheval était réservé surtout pour les clercs de guerre. Dans un léger instant de réflexion, elle se dit que c'était inutile de mentir à Laugur de toute manière. C'est alors qu'elle s'exprima :

« Malheureusement, je n'ai jamais essayé. Je pense pouvoir apprendre rapidement mais en aussi peu de temps ... Pardonnez-moi, je ne sais pas. » Finit-elle par dire d'un air désolé.

Monter à cheval, ça à l'air simple d'un point de vue, mais tenir en selle alors que le cheval est en mouvement en plus de le tenir avec qu'une seule main et de se battre à côté, cela semble vraiment trop difficile même si ça à l'air d'être l'inverse. Bref, la jeune femme se demandait qu'est ce que Laugur avait en tête. Personnellement, elle ne pensait pas forcément avoir vraiment besoin de Baltore, mais peut-être que dans la tête du mercenaire si ... Elle aurait bien voulu savoir le plan, mais s'y résolut à demander, peur de faire une nouvelle erreur ou de trop en demander maintenant. Pour l'instant, elle pensait seulement à suivre le mercenaire sans le déranger, que ça soit diplomatiquement que dans un autre contexte.
Laugur Esylf
avatar
"Ami du vent"


Messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2011
Age du personnage : 24
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Mer 18 Jan - 10:24

Le vent soufflait doucement et de temps a autres sursauté dans une petite bourrasque, reflet des pensées de l'épéiste qui bien que présentement était calme et ne craignait pas pour sa vie, était quelque peu sensible quand il s'agissait de la vie d'une personne qu'il respectait déjà avec force.
Il l'observait, les manières de la dame bien que toujours charmantes étaient bien plus naturelles, elle ne semblait pas s'inquiéter pour leur combat à venir, cette insouciance forçait le respect et certain aurait même trouvés ce comportement insolent, quand on avait connaissance du danger dans lequel ils allaient s'engouffrer.

Après lui avoir révélé son plan la prêtresse ne se jugea pas apte à le concrétiser, le Mercenaire s'étira en entendant ses mots puis se remit à sourire, cette réponse était quelque peu attendue, le fait qu'elle puisse monter au combat n'était pas réellement capitale, cela aurait était une posture bien plus sûre pour la prêtresse, heureusement dans cette éventualité qui était fort probable le combattant avait un plan de rechange, une technique utilisée par « Les Renards Sanglants » : « Les Mâchoires de Flammes » une technique assez simple et très efficace qui permettait de fortement limiter les pertes de combattants pendant l'assaut et qui dans ce cas précis faciliterait leurs manoeuvres et permettrait au mercenaire de veiller sur la prêtresse pendant les combats.
Aussi il déclara avec un ton qui se voulait rassurant:

-Ce n'est pas bien grave.

Il fit une pause et se remit à regarder en direction des bois sur la bute qui lui faisait face et qui par logique étaient dans le dos de la prêtresse.

-Notre premier objectif est le bois, là haut se terrent leurs observateurs, 5 à 6 archers. Vous les attirerez a l'aide de lumière, quand ils se seront regroupé vers ce qui semblerait être la raison de ce trouble, je les attaquerais, vous vous posterez à la lisière qui fait face au village, cachée derrière un arbre, quand ils viendront vers vous je les assaillirais par surprise.

Il fit une nouvelle pause et soutint le regard de la grande prêtresse, avec son calme et cette étrange douceur qui le caractérisé, heureux de pouvoir contempler de si beaux yeux si pures et si puissants sans que cela ne soit un crime, où que cela soit prit pour de l'insolence. Il entrouvrit sa cape pour y dévoiler deux torches attachées.

-Ces torches sont nos outils pour la seconde attaque, nous approcherons le camps sans se faire remarquer, nous nous séparerons et nous enflammerons leurs tentes sur lesdeux extrémités de leurs camps sur la longueur, nous nous placerons ensuite sur les deux extrémités qui pourraient leurs permettrent de sortir de cette fournaise et nous les y terrasserons.

Laugur regarda droit dans les yeux la prêtresse, attendant une réponse.

Le combattant savait déjà comment leurs adversaires allaient réagir : poussés par la peur et l'affolement ils se rueront sur la religieuse, pensant y voir la sortie la plus simple, mais c'était sans compter sur les grands pouvoirs défensif de la dame en blanc, qui serait face à tous ses adversaires, car si les combattant aux lueurs d'Eda étaient relativement fragiles, il était quasiment impossible de les frapper de face, leurs lumières et projections leurs donnaient un très grand pouvoir de survie. Utilisant ce fait, le mercenaire les assaillirait au moment où ils rencontreraient la jolie voyageuse leurs barrant la route et coupant leur élan.

Le mercenaire posa sa main sur l'épaule de la religieuse avec un grand sourire et d'en une vantardise qui semblait étrangement vrai il déclara sûr de lui :

-Ils n'auront pas le temps de briser vos barrières où de vous épuiser croyez moi.
Anne Evelynn
avatar
| « Simple Femme Mature. » |


Messages : 36
Date de naissance : 21/04/1992
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 25
Age du personnage : 24 années.
MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ] Lun 23 Jan - 6:27

Les mots rassurants du mercenaire fit relever le fier visage de la prêtresse et lui fit décliner un sourire, heureuse qu'elle ne soit pas un poids juste parce qu'elle ne sait pas monter à cheval. Ça aurait été trop bête de gêner Laugur alors que c'est elle-même qui avait proposée son aide. Vit ensuite le mercenaire lui délivrant son plan ; La jeune femme écouta silencieusement et sérieusement l'homme tandis qu'elle remarqua que Laugur porta son regard vers les bois. Elle se retourna doucement pour fixer le même paysage. Intérieurement, elle faisait tout un schéma à travers les arbres, elle imaginait les scènes, les différentes possibilités ainsi que d'autre vision qui ne prouvait que sa concentration envers son rôle. L'erreur n'était pas de mise si elle voulait vraiment soutenir le mercenaire. Quand elle sentit la fin d'une phrase arrivée, Anne entreprit de se retourner pour regarder le barbe assis sur son rocher.

Un sang-froid inébranlable, un calme inhumain, c'est souvent de ses mots que les héros sages et légendaires étaient décrits. La mère de ce petit bout de femme était souvent décrite ainsi, elle aussi, à l'époque où elle faisait la guerre en tant que Haut-Clerc de bataille. Est-ce qu'Anne avait ce regard? Elle-même n'en savait rien, mais ce qui était sûr, c'est qu'elle trouvait que Laugur avait l'air d'un professeur particulier attachant. Un professeur sincère, intelligent et attentionné. Cette pensée l'a fit sourire légèrement.

Elle écouta la suite du programme tout en regardant le jeune homme. Le plan s'annonçait parfait, il n'y avait aucune faille. Cependant, elle resta perplexe vers la fin qui semblait être la partie la plus risquée malgré les nombreux avantages. Optimiste et jugeant les avantages nombreux, elle pensa qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter ; Et même s'il devait arriver malheur dans le plan, Laugur semble plus que débrouillard. Quand à elle, ses pouvoirs étaient sans conteste une énorme aide. Et puis, elle en avait dans la tête. Non, il n'y avait pas lieu de s'inquièter.

Elle se mit au garde à vous, les pieds joints, les bras le longs du corps, elle tapa un coup le sol avec son pied droit et affirma d'un ton militaire tout en évitant de crier :

« Oui chef! »

La jeune femme esquissa un sourire et reprit une position plus décontractée. Elle laissa le mercenaire posait sa main sur son épaule, écouta sa vantardise confiante puis imita le mercenaire en posant à son tour sa main sur l'épaule de l'homme et rit doucement tout en échappant :

« Et j'en ferais de même pour votre cas Sîre Laugur. »

Après ce petit moment amusant et plein de confiance, elle lâcha le mercenaire des yeux et s'accroupit en voyant un chien près d'eux à quelques pas. Elle le fixa silencieusement avec un grand sourire et les yeux émerveillés et perçants à la fois. Le chien semblait perplexe, il s'assit doucement et regarde à tour de rôle les deux compagnons. Le soleil se couche de plus en plus ; Le village baigne maintenant dans un orange qui s’éteint complètement. Les habitants commencent à allumer le peu de torche et les bougies extérieurs. La température baisse de plus en plus. La nuit arrive, simplement et silencieusement tandis que l'heure de la mission approche.

« Quand partons-nous? » Demanda la prêtresse accroupie d'un ton faible, féminin et sérieux tout en fixant le chien assis en face d'elle.

Un petit enfant vint chercher le chien. Cet enfant fit un petit signe de la main avec un sourire puis repart avec le chien, simplement. La jeune femme ferma les yeux tout en se relevant puis les rouvrit avant de se tourner vers Laugur.
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ]

Marchons vers le repos. [ Pv Laugur Esylf ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Edonna :: La guerre des Clans RPG :: Royaume des Dragonniers :: Les falaises