Edonna
<div style="backgroundimage: url(http://img6.imageshack.us/img6/2513/fontcadreconnection.png);">
Bienvenu sur Edonna cher invité !

Le forum est tout nouveau !
En effet, il a ouvert ses portes le 4 juin 2011
Nous somme à la recherche active de membres.

En résumé, Edonna - La guerre des clans s'est :
  • Un forum rpg fantastique heroïque proposant aux membres des intrigues pour avancer dans l'histoire.
  • Un bon niveau de RP : nous demandons 15 à 20 lignes minimum ! Ce forum n'est pas ouvert à tous, on y demande donc un très bon niveau de rp, mais aussi d'orthographe, d'expression et de compréhension écrite et du vocabulaire! Ce n'est pas un forum fait pour les débutants !
  • Les avatars doivent faire obligatoirement 200 x 400 et doivent être de type manga ou image de synthèse.
  • Nous demandons un âge minimum de 14 ans pour s’inscrire : et oui, car avant 14 ans, je ne vois pas quel est l’intérêt d’être sur internet !


Sur ce je vous laisse entrer sur le forum Edonna – La guerre des clans
et vous souhaite une bonne visite en espérant que vous vous y inscrirez !
</div>



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez|

Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Kilÿos Daïlh'Ores
avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 10/10/2011
Age du personnage : 85 ans! Et autour de 25 d'apparence =)!
MessageSujet: Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon] Mar 29 Nov - 21:45

Aujourd’hui… Un jour quelconque, et qui s’annonçait tout à fait normal, comme les autres, pour le jeune Elfe Kilÿos. Il faisait beau, et le ciel était bleu azuré ce matin. Sur les feuilles des arbres, des buissons et sur l’herbes, des reflets, dû à la rosée de la nuit brillaient encore. Ce spectacle était toujours pour l’Elfe aussi merveilleux ! Vous allez me dire qu’il n’y a absolument pas de quoi s’émerveillé pour cela, mais lui, il aimait ça. C’était beau, et cela lui rappelait à quel point la nature était non seulement belle, mais aussi rayonnante.
Bref, il venait à peine d’ouvrir les yeux, suite à une goutte d’eau venu le chatouillé entre les deux yeux. Elle était sans doute tombée d’une des feuilles qui le surplombaient. Et après avoir vu ce petit spectacle, Kily se rappela alors qu’il était en plein milieu de la forêt. Oui, la veille au soir, il s’était endormi contre cet arbre imposant, qui semblait centenaire, et dominait cette petite clairière. C’était d’ailleurs dans ses habitudes de s’endormir dans la forêt, en pleine nature. Il se sentait si bien, ici. Et depuis qu’il avait quitté son chez lui et sa cité, il ne dormait que très rarement dans des auberges ou autres, préférant la nature aux villes en ce moment. Il allait profiter de son voyage en quête d’information et de paix pour se rapprocher de celle-ci. Oui, il est peut être un peut trop dans l’extrême, mais il est en train en fait de chercher ses repères et de trouver un nouveaux mode de vie, qui lui convienne parfaitement.

Il se frotta les yeux, et le chant des oiseaux non loin le fit sourire. Il adorait ce moment : le moment où la nature venait le réveillé, dans cette douceur extraordinaire. Il sifflota alors un petit air, sur la mélodie des oiseaux qui le guidaient. Ahh ! Quelle belle mâtinée qui s’annonçait !
Il se leva finalement au bout de quelques minutes, et se dirigea vers une petite rivière qui coulait non loin. D’ailleurs, le bruit de l’écoulement de l’eau était très agréable. Il plongea ses deux mains dans cette eau assez froide, puis les mena à son visage, pour faire sa petite toilette du matin. Il se mouilla ensuite rapidement ses longs cheveux noirs, et l’eau mis en valeur ses reflets bleutés.
Il ne tarda pas plus longtemps, car il savait qu’il avait déjà perdu pas mal de temps. Son but était de retrouver son père, de trouver une façon de ramener la paix voir de se battre conter les ennemis de la Nature. Or, pour cela, il n’avait pas de temps à perdre. C’était une vraie lutte pour lui. Il retourna à l’arbre centenaire, et pris son sac de voyage sur le dos. Et hop ! Il chantonna une rapide petite mélodie pour dire au revoir à ce lieu et à ses habitants, à savoir les oiseaux tout particulièrement.

Il avança sur un chemin, s’enfonçant dans la forêt. Le chant des oiseaux l’accompagnait toujours, mais ce n’était plus le même, bien que toujours aussi relaxant. Il marcha, marcha et marcha, toujours en souriant et en sifflotant de petits airs variés. C’était une sorte de motivation : si il ne fredonnait pas, il ne se sentait pas de marcher tout ce chemin, qui lui restait encore à faire. Puis, au bout d’une bonne heure de marche sans voir la moindre trace de village ou cité elfiques, il se sentit fatigué. Il s’autorisa à faire une pause. Il était endurant, oui, mais là, il avait un peu mal à sa cheville. En effet, il y a de cela trois jours, il se l’est foulé en ayant glissé d’une petite falaise. Oh, rien de bien grave, mais sa altérait sa marche quand même. Il se posa sur un gros rocher entre deux buissons, et mena sa gourde à ses lèvres.


« Gloups, gloups gloups… Ahh ! L’eau est définitivement revitalisante ! Merci ! »

Ne vous demandez pas pourquoi il remercie ainsi, pour lui tout ce qui est naturel est comme « sacré ». Il va un peu dans l’exagération de ce côté-là… Même moi, je ne saurais dire d’où cela lui vient !
Il reposa sa gourde dans son sac, et se massa la cheville. Il s’arrêta vivement, en remarquant la présence de quelqu’un, non loin d’ici. Il ne devait pas montrer qu’il était blessé ou fatigué, ça non. Il s’assit alors plus posément, et attendit de voir qui allait se présenter, alors qu’il se trouvait dans une partie de la forêt qui semblait totalement oublié, ou du moins, dépourvus de villes… Mais il faut préciser que Kilÿos s’était en fait perdu, et qu’il n’avait nulle idée d’où il se trouvait actuellement. Il visait à la base à se diriger vers le territoire des bestiaires, ou vers des camps, pour en apprendre plus. Mais… il s’était vraiment perdu en chemin…Pourtant, cela ne lui arriva jamais, en principe, ou très rarement. Voilà pourquoi il ne se l’avouera pas !


[HRp: Et voilà^^ J'espère que ça va comme introduction =) même si c'est un peu court...>< A toi ^^]
Kivaë Séregon
avatar


Messages : 43
Date de naissance : 01/12/1991
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 25
Age du personnage : 87 ans.
MessageSujet: Re: Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon] Jeu 2 Fév - 23:24

Mousses branches, feuillages, mousses, branches, feuillages voilà plusieurs heures que le jeune elfe vagabondait au sein de cette forêt et il l'avouait, le paysage devenait lassant à force. La nature restait une entité dans le monde des elfes offrant des paysages fabuleux allant des couleurs vermeilles de l'automne aux tapis blancs de l'hiver. Quand on pensait nature, on pensait vie: prairies, lits floraux, arbres avec toutes les espèces possibles et inimaginables qui pouvaient prospérer pour en finir aux êtres à conscience supérieure: humains, elfes, nains, etc. Mais déjà là, nous nous égarons, comme Kivaë d'ailleurs. Le garçon était dans ces bois depuis un temps déjà. Combien exactement, il n'en savait rien et l'importance était nulle. Pourtant, la vue des arbres à répétition baissait son moral au plus bas. Mauvaise humeur, fatigue, rupture, solitude, maladie, même le jeune elfe se demandait pourquoi cette vue le fatiguait. Il finit par inspirer puis expirer un bon coup. Il y avait des jours comme celui là.

Après s'être frayé un chemin parmi les obstacles, il s'arrêta un instant histoire de lire un peu son cahier. Ses oublis répétés l'obligeait à relire le but de son voyage. Il trouvait même sa situation pénible. Après tout, toute sa vie, tout ce qu'il faisait était dans son livret. Ses contacts, ses actions, ses buts. Lui dérober ferait de lui une personne perdue. Mais il ne pouvait pas en vouloir. Ce serait en vouloir à son moi du passé qui l'avait interdit de sauter son traitement. Et à la vue de la trentaine de page d'avertissement et sachant très bien qu'il est très dur avec lui même, il valait vraiment mieux pour lui ne pas s'auto désobéir. A ses risques et périls comme on dit souvent. Il feuilleta son livret pour y voir inscrit son prochain objectif: trouver du travail. En effet, il vivait trop par lui même, ne se nourrissant que de plantes et parfois d'un peu de viande. Avec de l'argent, il n'aurait plus ce problème. Il s'imagina riche un court moment. Le rêve! Mais cette pensée fut éphémère, avoir de l'argent ne lui garantissait pas le bonheur. Tout comme continuer à avancer en suivant les ordres de son moi du passé. Kivaë n'était pourtant pas malheureux et une personne à plaindre. Son mode de vie était juste bizarre et pas forcément cohérent. Lui même doutait parfois de ce qu'il entreprenait.

Puis il reprit sa route, repoussant quelques branches qui, laissées tel quel lui aurait griffé le visage. Il en profita d'ailleurs pour remettre son bandeau. Ne jamais laissé ses oreilles d'elfes visibles. Précaution éventuelle si il croisait un ennemi. Et puis, ce n'était pas vraiment lui.

Un bruit se fit entendre pas loin. La curiosité du jeune homme l'obligea donc à chercher d'où il venait. Ce n'était pas un animal, il avait comme entendu un gémissement. Un voyageur qui chantonnait peut-être ou qui avait fait une chute. A moins qu'il l'avait repéré. Kivaë se devait d'être sur ses gardes.

* Quoi que …*


Après avoir tourner un rien autour de quelques arbres, il aperçut une silhouette. Pas de doutes la dessus, les oreilles visibles de la personne démontrait la présence d'un elfe. Quoi de plus normal au sein d'une forêt. Ce n'était pas les nains, adeptes des endroits sombres et des filons à miner qui viendrait cueillir des champignons. Trêve de plaisanterie, cette pensée était fortement stéréotypée et dire qu'aucun nain n'allait en forêt était une croyance. Mais un elfe en forêt était plus que probable. Autant l'accoster, le jeune homme avait faim et n'était pas contre une petite discussion. Et puis, peut-être que parler lui offrirait un chemin à suivre.

Après s'être avancé, montré sans montrer le moindre signe d'agressivité, il parla d'un ton calme mais distinct.

« Bonjour voyageur, vous-êtes en voyage aux côtés de vos amis les arbres? »

Phrase d'accroche bizarre qui ne faisait que l'éloigner de sa nature. C'est d'ailleurs après réflexion qu'il se demanda si se comporter comme un humain n'était pas préjudiciable. Il pourrait s'attirer des ennuis.

« Inutile de me prendre pour un ennemi, la guerre ce n'est pas mes affaires »

Avec une épée au fourreau, l'argument passerait peut-être mal. Après, il préférait être pris pour un humain qu'être reconnu comme un elfe.

[Ne t'en fais pas, court ou long, du moment que c'est agréable à lire. Moi même je ne suis pas un as du français (voire pas du tout). Note: mon perso renie sa nature d'elfe, porte un bandeau pour cacher ses oreilles sous ses longs cheveux châtains]
Kilÿos Daïlh'Ores
avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 10/10/2011
Age du personnage : 85 ans! Et autour de 25 d'apparence =)!
MessageSujet: Re: Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon] Ven 3 Fév - 22:37

Kilyös commençait à ressentir une sorte de stress. Il savait que quelqu’un l’épiait, et ses sens étaient en alerte. Il ne le montrait pas, extérieurement, car se serait un signe de faiblesse. Du moins, pour lui. Et si c’était un ennemi… Il devait agir prudemment. Mais dans sa gentillesse et naïveté excessive, il serait bien capable, sous certaines condition bien entendu, de réussir à s’entendre avec ses ennemis. Enfin, par s’entendre, je veux dire essayer de trouver un compromis et de discuter pour faire cesser cette guerre incessante, et cette maltraitance de la mère Nature. Kily n’étant pas trop un combatif dans l’âme, c’est le chemin qu’il privilégie, il est vrai, mais bien qu’étant naïf, il sait aussi les limites de ces idéaux.

Un bruit dans les fourrées, à peine plus loin que son rocher, se fit entendre. Ahh… la personne en question allait-elle se montrer ? Dans sa tête, le jeune elfe ne pensait qu’a une chose : que ce ne soit pas un ennemi ! Non pas qu’il les redoutait à un tel point, mais il ne voulait pas avoir de problème. Surtout que… nous étions en territoire elfique ! Kilyös, qui n’en a pas l’air et qui ne s’en ventera pas, pourrait finir par s’attaquer sérieusement à quiconque ne respecterait pas la Nature ! Et par là, dans ce cas-ci, il pensait plus précisément à la forêt. Il la protégerait de sa vie s’il le fallait !

La personne, comme il le redoutait, sortit. Elle avança vers lui. L’elfe ne fit aucun geste brusque, choisissant de rester calme, et de ne pas montrer que l’une de ses chevilles le faisait souffrir. Il ne savait à quoi s’attendre de la part de cet étranger. Un étranger d’ailleurs pour le moins… étrange. Kilyös pencha sa tête sur le côté, comme un chien le ferait par exemple lorsqu’il est curieux ou dubitatif. Il chercha à savoir si cet individu était dangereux ou non. En le détaillant, la première chose qu’il vit fut sa lame ! Oui… cette personne était armée ! Il porta sa main à sa lame, par prudence. Son expression faciale ne montrait pas l’offensive, mais juste une sorte de prévention du style : « Attention à toi, je sais me battre si tu me cherche » C’était en gros le rendu de son regard, et il espérait que le mot passerait. Il remarqua cependant juste après que cette personne ne semblait pas montrer de signe d’hostilité, malgré la tenue étrange dans laquelle l’étranger était vêtit. Il avait même cet étrange bandeau autour de sa tête, passant sur ses cheveux long châtains. Etait-il blessé ? Avait-il froid ? Un quelconque problème ? Là n’était pas la question de toute manière…
L’homme -car c’était semblait-il un homme- l’aborda d’une façon peu commune, ou qu’en tout cas Kilyös n’avait pas l’habitude d’entendre :

« Bonjour voyageur, vous-êtes en voyage aux côtés de vos amis les arbres? »

Ce genre de phrase était peu commune. Il ne cacha pas sa surprise à cet homme d’ailleurs. Mais il semblait être polis et courtois. Kilyös se sentit moins inquiet, mais pas pour autant rassurer de tout éloignement d’un potentiel danger. Il le regarda de ses yeux bleus, et jugea qu’il pouvait au moins lui répondre. Il avait toujours été élevé dans cet esprit de politesse et de respect. Cet homme ne lui ayant –pour le moment- rien fait, il ne pouvait se permettre de se comporter hostilement envers lui. Laissons la conversation s’engager, puis voyons après : tel fut son raisonnement final. Il sourit alors, mais sa main était toujours au niveau de sa garde :

« Bien le bonjour à vous aussi, étranger ! Vous avez une déduction redoutable, je suis bien un voyageur, mais je suis pour l’instant encore sur mes Terres natales. »

Il avait répondu calmement, et presque avec une pointe de joie. Après tout, cela faisait un moment qu’il n’avait plus parler à un étranger non ? Il jugea que cet homme était un humain, d’après sa tenue, ses précédentes paroles et ses gestes. Un humain… Il restait toujours méfiant, notre jeune elfe. Il avait un but à accomplir, et ne voulait pas finir ici, bêtement !

« Mais dite moi plutôt… qu’est ce qu’un humain comme vous viens donc faire sur les Terres Elfiques ? Etre ainsi en territoire ennemi n’est pas un avantage pour vous… Les elfes sont ici chez eux. »

Il cherchait à déterminer le but de cet homme, restant encore méfiant vis-à-vis de cet arrivant. Recueillir des informations, quelconque. Elles lui serviraient dans sa quête impossible !
L’homme lui parla alors à nouveaux, disant :

« Inutile de me prendre pour un ennemi, la guerre ce n'est pas mes affaires »

L’elfe aux cheveux noirs ne repéra aucune hostilité dans ces propos, ni un ton mensonger. Il pouvait se tromper bien sûr, mais ses propos rassurèrent un peu plus Kilyös et le confortèrent dans l’idée que cet homme ne semblait pas aussi mauvais du moins que ses autres confrères humains. Du moins, il y avait une chance. L’elfe savait que tous n’était pas ses ennemis, que certains humains étaient encore « purs » et non engagé dans ce conflit terrible. La guerre, ça ne sert à rien: juste à mener de smorts et des morts, des blessé, et ammenre la tristesse, la destruction. lui, il allait pour la paix, et la fin de cette guerre! Pourquoi les différents peuples ne se respectaient tout bonnement pas l'un l'autre?!? eétait-ce trop demandé? Trop difficile?

Cependant, il savait aussi qu’ils n’étaient, tristement, qu’une petite minorité. Celui-ci en faisait-il vraiment partit, ou était-ce un piège ? il avait quand même une épée ranger dans son fourreau, attaché à sa taille !
Après avoir déplacé sa tête dans la direction de sa propre lame, il souria, pensant que lui aussi, pourtant non hostile maintenant, était armée de la même façon. Il fixa l’homme en face de lui, et toujours posément assis sur sa pierre lui dit gentiment :

« Uhm… je veux bien vous croire. Je sais aussi qu’une minorité d’entre vous, humains, reste non engagé dans ce conflit. Enfin, tant que vous ne créez pas de remue ménage sur nos Terres, et que vous ne me cherchez pas, je ne serait point hostile envers vous, monsieur. »

Il pensait réellement ce qu’il disait. Il était sincère, comme il l’était toujours. Il lui souriait toujours, de son petit sourire éclaireur, et lui fit une petite révérence de la tête. Oh non; il ne s'inclinait pas: c'était juste une marque de respect -pour le moment. Puis, soudainement sa cheville lui fit à nouveau mal. Une douleur, comme une sorte de petit éclair, rapide et douloureux sur le moment, puis, plus rien pendant un moment. Il fit une petite grimace malgré lui, qu’il n’arriva pas à retenir. Il ne tendit pas ses main à sa cheville pourtant : ceci serait trop risqué dans cette situation.

« Mais au moindre signe d’agression, mes confrères et peut être moi-même si j’en suis, ne vous laisserons pas vous en sortir indemne… »

Il préférait l’avertir,et le mettre en garde, des fois que. Non pas pour lui paraitre hostile! Et il se doutait pertinemment bien que l’homme était sans doute au courant déjà ! cependant, Kily avait comme l’impression d’être renfermé dans une sorte de piège : d’un côté il était « bloqué » à cause de sa cheville, et de l’autre, il ne pouvait vraiment agir. On remarquait qu'il avait totalement changer son attitude depuis cette intervention inattendue. Voyons comment allait tourner la situation…
Kivaë Séregon
avatar


Messages : 43
Date de naissance : 01/12/1991
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 25
Age du personnage : 87 ans.
MessageSujet: Re: Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon] Dim 5 Fév - 22:32

L'homme en face de lui était bien un elfe, longs cheveux couleur bleuté qui, de par les rayons du soleil renvoyaient différentes teintes de bleu. Typique des elfes me direz-vous! Kivaë était bien heureux d'avoir hériter de cheveux châtains, au moins son physique collait un peu à son caractère. L'homme était assis sur un rocher et prenait probablement sa pause. Marcher dans des bois inhabité n'était pas de tout repos. Trouver une ressource de la nature pour faire escale non plus. Excepté si s'asseoir sur un sol humide ne dérangeait pas la personne. Kivaë ne se posait pas trop souvent la question même si il préférait comme beaucoup être assis plutôt que debout.

« Bien le bonjour à vous aussi, étranger ! Vous avez une déduction redoutable, je suis bien un voyageur, mais je suis pour l’instant encore sur mes Terres natales. »

Ainsi le jeune homme avait vu juste. Il se l'avouait, il avait employé le terme de voyageur sans trop réfléchir à la pertinence. Mais les probabilités étaient en sa faveur et .. bingo! Lui même était un voyageur.

]« Mais dite moi plutôt… qu’est ce qu’un humain comme vous viens donc faire sur les Terres Elfiques ? Etre ainsi en territoire ennemi n’est pas un avantage pour vous… Les elfes sont ici chez eux. »

Pour cette fois, réponse du tac au tac. Encore un cliché.

« Ohla! Ne soyez pas si restrictif dans vos propos. Sur une population totale, quelle proportion se bat réellement contre l'ennemi? Dix pourcent? N'oubliez pas les femmes, les enfants et tous ceux qui ne sont pas partisans de la guerre. Si certains veulent se battre pour des rumeurs, qu'ils le fassent, pour ma part, la cause ne m'est perçue comme futile. »

Kivaë n'avait entendu que des ragots et rumeurs concernant cette guerre. D'après ce qu'il savait, ce que recherchaient les peuples n'étaient que richesse. Des artefacts inconnus. Se battre pour de l'or. Voilà un comportement totalement enfantin.

*L'herbe est toujours plus verte ailleurs … bin voyons!*


Il se demanda alors quel parti pouvait prendre l'homme en face de lui. Il était parfois bon de cerner un minimum les personnes qu'il rencontrait.

« Et vous, que pensez-vous de cette guerre? Justifiée? Gloire, fortune, pouvoir? Que pensez-vous de son expansion? Que pensez-vous des décisions des peuples? »

Kivaë aimait encore bien la politique. Plus en tant que spectateur qu'en tant qu'acteur. Quoi que cela contredisait un peu ce qu'il pensait. Si cette guerre ne lui plaisait pas, il n'avait qu'à se montrer, exposer son avis et … et se faire tuer. Restons réaliste, le jeune elfe n'était pas fait pour les batailles à grandes ampleurs. Se débrouiller avec une épée; il pouvait le faire. Endurer un champ de bataille: impossible, il n'avait jamais demandé une formation pour ce but.

« Bon c'est pas tout mais j'ai faim »


Au final, il s'assit sur une branche d'un arbre au moins centenaire, à une dizaine de mètres de son interlocuteur. La pause manger était aussi une mascarade. Manger n'était pas le mot. Pause curative l'était plutôt. Il chercha dans son sac une racine de Mekna préalablement lavée, coupa un morceau avec un couteau prévu pour l'occasion et mangea le morceau.

« Tiens, vous avez mal? »

Il n'aurait pas pu manquer le gémissement de son interlocuteur. Cela expliquait sa pause sur ce rocher. Kivaë chercha dans son sac si il avait de quoi aider l'elfe. Il restait solidaire avec son peuple. Il finit par lancer un flacon.

« Attrapez-ça! Il s'agit d'un mélange d'eau douce et de plantes. Ça calmera peut-être un peu la plaie. »

Après tout, Kivaë restait un addict de l'herboristerie. Ça par contre, l'elfe en face de lui l'ignorait.
Kilÿos Daïlh'Ores
avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 10/10/2011
Age du personnage : 85 ans! Et autour de 25 d'apparence =)!
MessageSujet: Re: Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon] Mar 7 Fév - 22:36

La situation ne semblait pas être dangereuse. L’elfe aux cheveux bleuté s’en était rendu compte, après avoir fait ses « mises en gardes » : l’atmosphère était devenue normale. Enfin, je veux dire par là que peu avant, l’elfe se sentait sur ses gardes, surtout au vu de sa position, mais qu’il pouvait maintenant ressentir que la situation ne recelait plus rien qui pourrait vraiment lui nuire. Du moins, pas directement. Cet homme lui semblait sincère, et les paroles qu’il prononça à la suite le prouvèrent encore à Kilyös.
Son interlocuteur répondit alors rapidement, et de manière très engagé :

« Ohla! Ne soyez pas si restrictif dans vos propos. Sur une population totale, quelle proportion se bat réellement contre l'ennemi? Dix pourcent? N'oubliez pas les femmes, les enfants et tous ceux qui ne sont pas partisans de la guerre. Si certains veulent se battre pour des rumeurs, qu'ils le fassent, pour ma part, la cause ne m'est perçue comme futile. »

Tient ? L’avait-il un peu blessé, par ses précédents dires et affirmations ? Si tel était le cas, il s’en sentait désolé. C’est vrai qu’il avait déboulé ses mises en gardes, par prudence, ne connaissant pourtant pas la personne… Mais il n’y avait rien de méchant, du moins, si méchant il y avait, ce n’était que purement involontaire de sa part. Il aurait bien voulut s’excuser auprès de cette homme qui, il le voyait maintenant, ne semblait pas du tout voir un intérêt dans cette guerre. Un point commun avec lui ? Cependant, cet étranger avait bien raison, et Kilyos approuva de la tête à plusieurs reprises durant ce petit discours. Cet avis était fort intéressant, et très juste.
En effet, la plupart de son peuple –et certainement que les autres peuples faisait de même- ne se mêlait en rien à cette guerre, si ce n’est que d’en parler ou de narrer les fait ! La majorité des elfes étaient encore chez eux, et non sur le front. Des gens étaient encore contre, oui, et cet homme disait très justement que les femmes et enfant n’allait évidement pas participer à ce massacre barbare et inutile.

Cette petite discussion, à peine ouverte, incita pourtant déjà chez le jeune elfe de la forêt un flot d’idée, de débats, dans sa tête. Il se sentait d’envie de poser lui aussi son point de vue, de crier peut être même son mécontentement, son désaccord total avec ces pratiques contre nature. Il se sentait d’envie d’expliciter clairement son but, ce en quoi il croyait fermement et ce pour quoi il entreprenait son voyage : l’unicité des peuple, la paix entre tous, et l’oubli de ses « foutus » trésors qui ruine l’ordre naturel des choses.
L’homme lui demanda alors son avis sur tous les phénomènes liés à cette guerre qui déchirait Edonna, cette terre pourtant si belle et où il faisait si bon d’y vivre autrefois. Il souri, et lui répondit, de manière très engagé lui aussi :

« Vous savez, si je devais me prononcer, je dirais simplement que cette guerre est inutile et stupide. Se battre pour des soi-disant objets symbolisant le pouvoir vaut-il vraiment la peine de créer une déchirure si profonde entre les différents peuples ? Non, je suis bien entendu contre tout cela, comme pas mal d’autre personne d’ailleurs. La raison de mon voyage est à vrai dire en grande partie pour tenter d’amener une autre vision sur les choses, sur la vie elle-même. Pas besoin de pouvoir ou de gloire, selon moi, pour être heureux. Je veux faire comprendre aux peuples qu’il serait dans l’intérêt de tous de faire enfin la paix, et d’arrêter ce combat pour des raisons si stupides ! Nos peuples ne sont pas si différents les uns des autres : c’est la mère Nature qui nous a prêté ses Terres, et voilà dans quel état nous les mettons, saccageant tout pour ses objets glorifiques, et oubliant le respect… »

Il s’arrêta finalement. Il commençait à vraiment se sentir d’envie de tout narrer ; de crier ici même à cet instant et devant cet homme toute la fureur qu’il éprouvait face à la guerre. Tant de mort pour rien ! Tant de blessé, de dévastation ! Il s’était même un peu emporter dans son petit discours, mais il avait ce but de ramener la paix tant à cœur qu’il ne pouvait se retenir par moment. Eh oui, parfois, ça doit exploser !
Il rajouta cependant deux mots :

« Si tout ceux qui étaient contre cette guerre se levaient et venaient s’exprimer, je suis sûr que la paix serait revenue ! Tant de gens, même caché au fond d’eux, ne souhaite que la fin de cette guerre inutile. »

Finalement, il avait bien parlé. Un peu trop même. Il ne s’agissait pas d’ennuyer l’homme en face de lui ! Car oui, il aurait pu tenir ainsi et débattre sur ce sujet fort intéressant pendant des heures encore ! Et non, je n’exagère pas : cela était si important pour lui.
Puis il vit l’homme aller finalement s’asseoir sur une branche, non loin de là. C’est vrai que, rester debout ne devait pas forcément être confortable, et lassant au bout d’un moment. A cette pensée, il rigola légèrement, dans sa manche. L’étranger semblait manger. Pause casse-croute ? Après tout, lui, il avait mangé il y a peu de cela. Et puis, sur les chemins du voyage, il n’y a pas d’heure pour manger ! Il farfouilla dans son sac, et repris sa gourde d’eau, qu’il porta à sa bouche. Oui, cette prise de parole, engagée, lui avait donnée soif ! L’eau était bien fraiche ; cela faisait vraiment du bien. Oui oui, je sais, il avait bu il y a peu, mais cette fois, il ne fit pas son ‘rite’, de peur de paraitre trop suspect.

« Tiens, vous avez mal? »

Surpris par cette phrase, à laquelle il ne s’attendait pas bien que sachant qu’il avait du mal à rester discret –bien malgré lui- avec sa cheville, Kily se lève de sursaut, et trébucha légèrement. Il regarda dans la direction de l’homme, qui fouillait dans son sac, semblait-il. Il se rassit rapidement, la douleur le faisait un peu souffrir. Il avait vraiment du se fouler la cheville… Et il n’avait rien pour y remédier, là maintenant. C’est alors que

« Attrapez-ça! Il s'agit d'un mélange d'eau douce et de plantes. Ça calmera peut-être un peu la plaie. »

Encore pris de surprise. Son visage ne le cachait d’ailleurs absolument pas : il dévisageait l’homme, avec ce regard interrogateur. Pourquoi un humain était-il à aider un elfe ? Oui… c’est vrai, celui-ci semblait différent de ceux qu’il connaissait… Il n’était pas dévastateur et contre la nature –du moins, de ce qu’il en voyait là et de ce qu’il pouvait ressentir. Sinon, il n’aurait jamais été capable de lui parler si librement.Très agile qu’il était il attrapa le flacon alors qu’il arrivait droit sur lui.
* Quel bon viseur !*
Il analysa le contenu du flacon. Un mélange d’eau et de plantes ? Il ne pouvait s’y résoudre directement à l’utiliser. Il se tourna d’abord vers l’habile lanceur, et le remercia gentiment :

« Eh bien… Merci de votre attention. C’est un geste très aimable. Ce mélange me rappelle ceux de la guérisseuse de mon village. »

Oui, l’aspect y ressemblait. Il ouvrit le flacon, et par prudence rapprocha son nez de l’orifice, et sentit. Rien d’anormal. Une odeur de plante. Ce n’était pas la même que les médicaments semblables prescrits chez lui. Mais en même temps, en herboristerie, il n’y connaissait que les bases des bases. Il était incapable de vraiment faire un remède ainsi. Ne doutant plus trop, il en appliqua sur sa cheville, un peu seulement. On ne sait jamais tout de même. En tout cas, il remarqua que les remèdes humains étaient eux aussi fait à bases de plantes. Alors certains d’entre eux respectaient encore la nature ! Cela confirmait ses pensées. Tous n’étaient pas contre Elle.

Curieux comme le jeune elfe l’était, et en espérant ne pas embêter son interlocuteur, il ne put s’empêcher de demander au jeune homme d’en face :

« Vous vous y connaissez en médecine herboriste? Vous souciez vous de la nature ? »


Oui, il avait finalement déraillé sur un autre sujet: celui qui lui tenait tant à cœur : la nature. Il allait finir par ennuyer cet homme s’il continuait ! Il essaya de se rattraper :

« Pardonnez moi, j’ai tendance à être trop curieux. Et d’ailleurs, vous, quel est votre point de vue par rapport à cet affrontement des peuples ? »

P
uis, l’elfe se rappela les paroles de sa mère : "quand tu rencontre un inconnu, si tu le juge être un être avec le quel une discussion ou un simple lien peut se créer, alors fait preuve de politesse, et présente toi au minimum, mon garçon ! "
Mais oui ! Il ne s’était même pas présenté… Bon, certes oui, il savait que la rencontre n’allait pas s’éterniser, et qu’il ne reverrait peut être jamais cet homme. Mais cet homme l’intriguait de plus en plu : sa philosophie apparente, son geste d’aide. Il voulait au moins savoir le nom de cet homme, et il serait impoli de ne pas se présenter.

« Au fait, je me nomme Kilyös. Puis-je savoir votre nom ? »

Kivaë Séregon
avatar


Messages : 43
Date de naissance : 01/12/1991
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 25
Age du personnage : 87 ans.
MessageSujet: Re: Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon] Mer 8 Fév - 0:12

Kivaë n'était pas déçu. Son voyage le fatiguait peut-être mais l'homme qu'il avait rencontré montrait un certain intérêt à ses propos. Et c'était tant mieux! Kivaë préférait une personne avec un avis plutôt que sans. L'indifférence était une faiblesse, un manque de curiosité envers les choses extérieures. Les connaissances du monde sont infinies mais toute personne se devait d'être un minimum cultivé. Kivaë ne sous-entendait tout de même pas d'être un recueil de connaissances, lui-même ignorait énormément de matières telle que l'art de la forge ou l'étude d'un sol. Mais il était conscient de ce qu'il ne maitrisait pas et ne les ignorait pas. Peut-être qu'un jour, une occasion se présenterait où il apprendrait à forger. Et peut-être qu'un an plus tard, il forgerait une épée à un inconnu dans le besoin et gagnerait un bonus. Qui vivra verra, Kivaë regardait devant lui.

« Vous savez, si je devais me prononcer, je dirais simplement que cette guerre est inutile et stupide. Se battre pour des soi-disant objets symbolisant le pouvoir vaut-il vraiment la peine de créer une déchirure si profonde entre les différents peuples ? Non, je suis bien entendu contre tout cela, comme pas mal d’autre personne d’ailleurs. La raison de mon voyage est à vrai dire en grande partie pour tenter d’amener une autre vision sur les choses, sur la vie elle-même. Pas besoin de pouvoir ou de gloire, selon moi, pour être heureux. Je veux faire comprendre aux peuples qu’il serait dans l’intérêt de tous de faire enfin la paix, et d’arrêter ce combat pour des raisons si stupides ! Nos peuples ne sont pas si différents les uns des autres : c’est la mère Nature qui nous a prêté ses Terres, et voilà dans quel état nous les mettons, saccageant tout pour ses objets glorifiques, et oubliant le respect… »


L'elfe écoutait ce récit avec intérêt. Il aimait bien débattre avec quelqu'un pour le plaisir de l'échange, de confronter des points de vue. Par confrontation, Kivaë entendait un échange d'avis pas nécessairement opposés. En général, les avis étaient tranchés, manichéens. Ne penser que blanc ou noir dans une discussion, seule une poignée d'élus l'étaient.

Aussi, au fur et à mesure que la conversation s'avançait. L'elfe ne montrait que plus d'envie. Il donnait vie à ses propos et sous un ton vif, il exprimait son ressenti. Fin de discussion théâtrale ou presque. Kivaë lâcha un sourire, satisfait par une réponse en force. Assez forte qu'il en reçut quelques frissons. Il finit par lâcher un compliment, une espèce de marque de respect.

« … Epatant! »

Il aimait beaucoup. Kivaë pensa un instant à son voyage en solitude. Cette dernière n'était absolument pas faite pour lui, il était un jeune homme sociable qui, sans les échecs de son passé vivrait une vie bien différente. Herboriste à plein temps ou chercheur de nouveaux remèdes. Son bon fond aurait fait de lui un homme bénéfique à la société. Hélas, le chemin parcouru était irréversible et tentait un retour provoquerait un tas d'ennuis qui le mènerait à la mort. Mais puisqu'il ignorait, il pouvait sourire.

« Pardonnez moi, j’ai tendance à être trop curieux. Et d’ailleurs, vous, quel est votre point de vue par rapport à cet affrontement des peuples ? »

« Difficile à dire. Je ne suis en aucun cas partisan de violences. Mais j'accepte que les nations se battent pour une raison de pouvoir. Je penche d'ailleurs plus que si nous nous battons, il s'agit pour une raison de peur plutôt que de recherche de pouvoir. Le motif de la guerre est-il d'obtenir le pouvoir entre ses mains ou d'empêcher que le voisin ne l'ait entre les mains? Les humains ne sont pas des êtres barbares envahissant plaines et forêts. Pareil pour les elfes ou les bestiaires. Si le pouvoir était déterré, il ne s'agirait en aucun cas d'une bataille entre nations mais une bataille contre l'individu mal intentionné. Nous naissons différents avec notre propre caractère, notre propre physique. Une identité unique. Au final, la guerre n'est que de la philosophie. Des notions de bien et de mal. Si un homme avec de mauvaises intentions obtient le pouvoir, la véritable guerre débutera. Et qu'on ne me dise pas qu'une nation est coupable. Imaginez que votre voisin commet les pires atrocités, qu'il bat sa femme, travaille dans l'illégalité, vous sentirez-vous coupables de par ses actes? Je suppose que non. Peut-être penseriez-vous: il fait honte aux elfes mais à moins de prouver le contraire, il est le seul maître de ses actes. La personnalité est un plus grand mal qu'une offre de pouvoir. Le pouvoir seul ne nuit à personne mais le pouvoir aux mains de quelqu'un l'est. Nous verrons bien!»

Il regarda l'elfe qui devait être abasourdi. Kivaë aimait les mises en situation, des messages parlant et courts plutôt que des longs discours. Mais ses dialogues en devenait alors agressifs.

« Pardonnez la forme de mes propos qui est parlante mais j'avoue qu'elle se fait au détriment d'une réponse plus calme et posée. Mais sinon, si la guerre vous dérange, peut-être devriez-vous tenter de vous faire entendre. Une personne ne change pas le monde, mais tout a un début. »

Kivaë sentait la question retour du: « et pourquoi pas vous ». Mais trop de raisons personnelles le bloquerait dans cette tâche à haute responsabilité.

Après avoir lancé le flacon, Kivaë examina l'elfe. Le jeune homme prit d'abord une manière défensive et méfiante. Il croyait Kivaë humain. Méfiance compréhensive. Mais il finit par s'y risquer. L'instinct elfe ou des sens affutés?

« Vous vous y connaissez en médecine herboriste? Vous souciez vous de la nature ? »

Touché. Kivaë, elfe, 87 printemps et herboriste accompli. Une passion: l'alchimie. La magie qu'apporte un mélange entre deux plantes de natures différentes: non descriptible. Des propriétés parfois inimaginables. Le suspense, le côté mystérieux. Potion mortelle ou curative? Si il y avait un sujet auquel il pouvait parler un long moment, l'herboristerie remportait la médaille d'or. Il espérait que l'elfe avait un peu de temps devant lui. Auquel cas, tant pis pour lui.

« Peut-être est-ce le fruit du hasard mais l'herboristerie est la science qui me fascine le plus. Les mélanges, les tests, le facteur probabiliste du produit et le fait que les combinaisons sont infinies. Il est même parfois étonnant de découvrir des synergies que beaucoup penseraient invraisemblables. »

Il allait rendre la conversation très vivante quitte à faire fuir les animaux des environs.

« Oh mais excusez moi je ne me suis pas présenté plus tôt. Kivaë enchanté. »

Kilÿos Daïlh'Ores
avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 10/10/2011
Age du personnage : 85 ans! Et autour de 25 d'apparence =)!
MessageSujet: Re: Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon] Ven 10 Fév - 21:30

[Je suis désolé, je ne fait pas vraiment avancé les chose >< je me rattrape au prochain post!]

Kilyös remarqua que l’homme l’écoutait. Oui, il avait écouté tout son mini discours. Il devait être patient, et surtout, il devait être une personne intéressé par la politique d’Edonna actuellement ! De plus, à la fin, alors qu’il reprenait son souffle si l’on peut dire, il remarqua le sourire de l’humain. Ce dernier avait d’ailleurs, semblait-il, complimenter son explication. Kil’ lui souria aussi en retour.

En demandant son avis à cet homme, il ne fut pas déçu de la réponse. Oui, cet homme était définitivement différents de ceux qu’il avait déjà rencontré précédemment, ou de ceux qui allaient contre la nature. Son discours à lui le prouva au jeune elfe :

« Difficile à dire. Je ne suis en aucun cas partisan de violences. Mais j'accepte que les nations se battent pour une raison de pouvoir. Je penche d'ailleurs plus que si nous nous battons, il s'agit pour une raison de peur plutôt que de recherche de pouvoir. Le motif de la guerre est-il d'obtenir le pouvoir entre ses mains ou d'empêcher que le voisin ne l'ait entre les mains? Les humains ne sont pas des êtres barbares envahissant plaines et forêts. Pareil pour les elfes ou les bestiaires. Si le pouvoir était déterré, il ne s'agirait en aucun cas d'une bataille entre nations mais une bataille contre l'individu mal intentionné. Nous naissons différents avec notre propre caractère, notre propre physique. Une identité unique. Au final, la guerre n'est que de la philosophie. Des notions de bien et de mal. Si un homme avec de mauvaises intentions obtient le pouvoir, la véritable guerre débutera. Et qu'on ne me dise pas qu'une nation est coupable. Imaginez que votre voisin commet les pires atrocités, qu'il bat sa femme, travaille dans l'illégalité, vous sentirez-vous coupables de par ses actes? Je suppose que non. Peut-être penseriez-vous: il fait honte aux elfes mais à moins de prouver le contraire, il est le seul maître de ses actes. La personnalité est un plus grand mal qu'une offre de pouvoir. Le pouvoir seul ne nuit à personne mais le pouvoir aux mains de quelqu'un l'est. Nous verrons bien!»

Kilyös ne put que retenir son souffle durant toute l’explication. Cet homme parlait si bien ! C’était.. c’était… juste magistral ! Il était même convainquant. On aurait dit un orateur, un vrai. Il en était vraiment, comment dire, presque ébloui. Oui, c’est le mot. Il avait rencontré pas mal de personnes au cours de son voyage, mais jamais une qui parle si bien ! Cet s’y connaissait, ou du moins, devait tant s’intéresser au sujet qu’il lui en était donné des ailes. Des ailes… Oui, Kily aurait pu penser que cet homme en avait, tant ses propos étaient intéressants, et vrai. L’exemple pris sur un elfe était bon aussi. Cela, Kilyös ne l’avais pas vraiment réalisé et n’y avait jamais non plus réellement pensé à vrai dire. Mais en entendant cet homme, il se rendit compte qu’il était dans le vrai. Ce discours prouvait encore une fois à Kilyös que cet homme était contre la violence, tout en restant nuancé et ouvert.

Alors que, pour l’elfe de la forêt, la guerre était comme le mal incarné ; ravageuse et destructrice autant pour la nature que pour le cœur des personnes impliqués. Il savait qu’il avait un point de vue extrémiste, et qu’il devrait s’ouvrir un peu plus de ce côté-là… mais il n’y arriverait sans doute jamais. Pas avec le souvenir qu’il en a. C’est pourquoi il ressentit comme une petite flamme d’admiration pour cet homme. Oui, en admiration devant un humain me diriez-vous ? Celui-là était différent, et cela faisait toute la différence. Et d’ailleurs, grâce à cet humain, Kilyös était comme en train de s’ouvrit sur ce peuple, laissant ses préjugé de coté pour une fois, content que sa théorie se valide un peu plus : il y a finalement du bon chez tous.

Finalement « remis » de ses émotions, il souria et en regardant vers l’homme lui dit, en faisant signe de la tête qu’il était époustouflé :

« Epoustouflant… Vraiment, je ne sais quoi y redire. »

« Pardonnez la forme de mes propos qui est parlante mais j'avoue qu'elle se fait au détriment d'une réponse plus calme et posée. Mais sinon, si la guerre vous dérange, peut-être devriez-vous tenter de vous faire entendre. Une personne ne change pas le monde, mais tout a un début. »

Oui, il avait raison. Il devrait tenter de se faire entendre. Mais, il ne se sentait pas encore assez fort pour le faire. Il savait qu’il ne pouvait pour l’instant qu’essayer de prêcher ses dires dans des villages elfiques. Il n’avait pas encore quitté ses terres depuis son départ, bien qu’il se rapprochait de la frontière. La prochaine étape serait peut être de tomber nez à nez avec un soldat ennemis et d’essayer d’avoir une conversation avec lui, de régler les différent par les paroles, de le joindre à sa cause. Enfin, il n’en était pas encore là : tout n’était que rêve pour le moment. Et bien que la guerre le dérange, il s’y était habitué, depuis le temps qu’elle durait ! Il était né dedans qui plus est ! Il était difficile pour lui d’imaginer un monde sans cette guerre, mais il pensait que ce monde serait meilleur. Le serait-il ? Tel est la question. Rien ne pouvait le lui dire.

« Oui vous avez bien raison, mais… je ne me sens pas encore assez fort pour cela. Je n’ai pas encore assez d’expérience, et pour l’instant, allez de village en village me suffit. De plus, je ne sais pas si la fin de cette guerre amènerait réellement la paix. Je suis né dans ce monde, en guerre. Comment pourrais-je être sûr que le monde irait mieux sans ? je me fais mon idéal, mais s’il est réaliste ou non, je n’en ais rien. C’est pourquoi il me fait du temps encore. Voir les réactions des gens autour de moi, et tenter ce que je peux, sans toutefois aller trop loin. Je ne veux en aucun cas déstabiliser l’ordre des choses plus qu’il ne l’est parfois. Mais je prend en note votre conseil. »

Il fit un clin d’œil à son interlocuteur, qui semblait de plus en plus mystérieux pour l’elfe. L’homme répondit alors à sa question précédente :

« Peut-être est-ce le fruit du hasard mais l'herboristerie est la science qui me fascine le plus. Les mélanges, les tests, le facteur probabiliste du produit et le fait que les combinaisons sont infinies. Il est même parfois étonnant de découvrir des synergies que beaucoup penseraient invraisemblables. »

Il avait donc vu juste. Enfin, plus ou moins. Il faut dire que depuis quelque temps, son sens de l’intuition n’était pas trop mauvais. Il l’avais même tiré de situation peu avantageuse, ou aidé à certaine reprise lors de choix assez difficile vous savez, le genre de choix où vous misez tout sur l’instinct ? Cet homme n’était définitivement pas comme les autres. Il intriguait vraiment de plus en plus l’elfe. Amis pourquoi exactement ? Il semblait vraiment s’y connaitre en tout cas, et se sujet paraissait lui être une véritable passion si ce n’est plus, à voir la manière dont il ne parle. Cela donnait presque envie au jeune homme aux oreilles pointue de s’y mettre. Amis il n’a jamais été très doué pour cela, ne semblant avoir aucune vraie intuition par rapport à ce domaine, pourtant intéressant. Mais même le plus optimiste, à force de voir échec sur échec s’en lasse et finit par abandonner… Il n’aurait peut être pas du en fin de compte. Mais laissons le passé où il est. Et d’ailleurs, il n’avait pas tout compris à ce que l’homme lui avait dit. Les synergies… c’était quoi ça déjà ? Il arqua un sourcil, essayant de s’en rappeler, mais n’y parvenant pas.

« Oh mais excusez moi je ne me suis pas présenté plus tôt. Kivaë enchanté. »



Alors comme ça, il s’appelait Kivaë. Un nom bien étrange, qu’il n’avait jamais entendu auparavant. Les sonorités sonnaient bien pourtant. Une feuille d’arbre vint chatouiller le nez de l’elfe, toujours assis sur son rocher. Le vent était levé. Léger, comme une douce petite brise. Les cheveux de Kily flottèrent alors au gré du petit courant aérien, libre. L’elfe adorait cette sensation : c’était si naturel, il avait l’impression d’être encore plus proche de ce qui aimait appeler la Mère Nature. Enfant, il avait essayé plusieurs fois de se rapprocher de cet élément, qu’il trouvait fascinant, mais sans réel succès. Il allait pourtant toujours aussi souvent en lieux venté, dans son enfance, et dans sa forêt.

Puis, il sentit que sa cheville ne lui faisait plus mal. Tient ? Le remède envoyé par Kivaë avait fonctionné ? Il faisait vraiment effet rapidement ! En effet, la douleur était soulagée. Il se leva alors, doucement. Il n’allait quand même pas passer la nuit ici ou bien !? Il fit un pas, délicatement. Déjà, il avait horreur de ne pas pouvoir bouger : il était bien trop impulsif et dynamique ! Rester à ne rien faire plus d’une vingtaine de minutes l’énervait déjà plus qu’autre chose. Il avait tant besoin de gambader, limite comme un petit enfant à la découverte du monde ! sa cheville ne lui faisait plus mal. Il en fit un second, puis un troisième, plus sûr. Ça y était, son assurance était revenue. Il n’allait tout de même pas forcé, se serait trop bête. Surtout qu’il ne savait connaissait pas la durée de soulagement de ce remède. Il se tourna vers l’homme, assis plus loin. Il le rejoignit à une dizaine de pas de séparation. Il lui souria, et d’un geste de la main, lui montra sa reconnaissance :

" Le remède que vous m’avez donné semble faire effet : je ne ressens quasiment plus la douleur de ma cheville. Je vous dois une fière chandelle ! Je ne suis plus obligé de rester là, à attendre que la douleur passe."

Il fit une courte pause, pour ne pas paraitre pour un hystérique, puis reprit:

"Merci, l’ami ! Si je peux vous être d’une quelconque utilité, n’hésitez pas à me demander ! "

Il était heureux. Tant qu'il n'avait plus trop fait attention aux formules de politesse... Oups.. Oui, il était revenu sur un langage un peu familier, ou du moins, utiliser entre personnes se connaissant déjà bien, ce qui n'était pas le cas. il se sentit un peu mal à l'aise soudain. Cette rencontre imprévue était plutôt une bonne chose. Au début, il faut l’avouer il avait été stressé quelque peu de sa présence. Et maintenant, il était redevable à cet homme. Il n’aimait pas avoir de dette. Aussi, il ferait son possible pour lui rendre la pareille.


Kivaë Séregon
avatar


Messages : 43
Date de naissance : 01/12/1991
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 25
Age du personnage : 87 ans.
MessageSujet: Re: Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon] Sam 11 Fév - 23:45

['inquiète, je suis encore moins motivé que toi ^^']

Le jeune elfe se demandait au fur et à mesure de son opinion si il allait rester cohérent. Il avait les traits humains d'un homme de la vingtaine et son avis était peut-être un peu trop réfléchi pour un humain de vingt ans. Il en avait quatre fois plus après tout. Mais ce n'était qu'un détail, Edonna comptait beaucoup de personnes et il devait bien exister une poignée d'humains jeunes mais nuancés pour donner un avis comme il l'avait fait. Kivaë était vraiment trop sur ses gardes.

« Epoustouflant… Vraiment, je ne sais quoi y redire. »

Réaction qui confirma un peu ses doutes mais il n'était pas grillé pour autant.

“Haha, je me suis un peu emporté on dirait. Mais je suppose que ma position a été bien décrite.”

Kivaë chercha dans son sac de quoi se rafraichir, il ne s'était pas arrêter lors de son discours et avait bien besoin d'un peu d'eau pour sa gorge sèche. Il soupesa sa gourde avant de montrer une expression faciale ennuyée: la gourde était pratiquement vide. Il finit le contenu d'un seul coup avant de ranger la gourde dans son sac. Nouveau projet: trouver un coin d'eau potable dans le coin. Il n'était pas rare de trouver des sources d'eau en forêt elfique, il s'agissait souvent de petits bassins naturels où allaient s'abreuvaient les animaux.

« Oui vous avez bien raison, mais… je ne me sens pas encore assez fort pour cela. Je n’ai pas encore assez d’expérience, et pour l’instant, allez de village en village me suffit. De plus, je ne sais pas si la fin de cette guerre amènerait réellement la paix. Je suis né dans ce monde, en guerre. Comment pourrais-je être sûr que le monde irait mieux sans ? je me fais mon idéal, mais s’il est réaliste ou non, je n’en ais rien. C’est pourquoi il me fait du temps encore. Voir les réactions des gens autour de moi, et tenter ce que je peux, sans toutefois aller trop loin. Je ne veux en aucun cas déstabiliser l’ordre des choses plus qu’il ne l’est parfois. Mais je prend en note votre conseil. »


Voilà qui faisait un point commun entre cet homme et Kivaë, ils avaient tous les deux toujours connus la guerre et ils n'étaient pas vraiment forts pour affronter le monde et se montrer à la lumière . A moins que cet homme bluffait? Si tel était le cas, il jouait alors extrêmement bien son jeu car depuis le début de la conversation, l'elfe faisait ressortir de l'honnêteté. Une première impression perçue par cette rencontre.

" Le remède que vous m’avez donné semble faire effet : je ne ressens quasiment plus la douleur de ma cheville. Je vous dois une fière chandelle ! Je ne suis plus obligé de rester là, à attendre que la douleur passe."

« A base d'Aloés, utile pour contre les brulures notamment. Bon après il y a d'autres plantes pour donner un aspect homogène et activer plus vite le produit au contact de la peau. »

Kivaë se sentait fier que son remède fonctionne pleinement. A quand le jour où il ouvrirait boutique dans une grande ville et serait connu du monde entier? Il aurait ainsi des clients de partout et permettrait à de nombreuses personnes dans le besoin de se sentir mieux. Il aurait pu commencer à fantasmer sur cet avenir mais avec la guerre, il ne pourrait pas ouvrir un commerce stable. Et puis il devrait bouger sans cesse pour chercher des matières premières puis retourner à son attirail pour créer ses potions. Sans grands contacts ni main d'œuvre, l'idée serait un échec.

« Je ne sais pas si vous êtes pressé ou non mais ma gourde est vide et je vais avoir besoin de chercher de l'eau pour la remplir avant le coucher du soleil. Si vous avez encore du temps, vous pouvez toujours m'accompagner à la recherche d'un coin d'eau. Personnellement je ne connais pas cette forêt. Si pas, alors je vous quitterais »

Il ne savait pas l'heure exacte mais à regarder le ciel et la mousse sur les arbres, la fin de journée approchait. Dans deux heures le soleil perdrait sa place au profit de madame la lune.
Maître du Destin
avatar
Je suis votre élément perturbateur !


Messages : 12
Date d'inscription : 26/07/2011
MessageSujet: Re: Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon] Dim 12 Fév - 16:32

Le monde tourne. Les gens discutent, passent, rient, s'énervent pour des histoires de coeur ou de nourriture pour les plus pouilleux. Les oiseaux volent, chantent, les antilopes broutent, tout se passe dans l'innocence la plus totale de chacun de ces êtres. Et puis, lentement, sans que rien ni personne n'y prête particulièrement attention, l'espace temps ralentit, tout se condense, chaque être vivant ressent la désagréable sensation de s'évanouir. Les paupières s'alourdissent, la tête se met brutalement à tourner, les bipèdes choient doucement sur les genoux, s'allongeant dans la tranquillité la plus absolue qui soit. Les fleurs se mettent à simuler le processus inverse de l'eclosion, se renfermant sur elle-même. Tout, absolument tout se fige. Le monde semble fatigué, ou, alors, quelque chose d'important doit se produire. Les âmes endormies se mettent soudain à percevoir quelques images que voici...

Dans ces décors sombres, un être entièrement dissimulé sous un long capuchon brun et aux mains vêtues de gants de velours noir, griffonnait quelques lignes aux symboles pour le moment indescriptibles. Vous êtes bien là, mais en tant que fantôme. Personne ne vous voit, vous assistez à la scène et vous avez beau crier, votre voix est comme happée par le vide. Les seuls sens en état de marche sont vos yeux et... Possiblement votre cerveau, pour vous remémorer de ces runes une fois avoir suffisamment approché votre tête par dessus l'épaule de cet être mystérieux :

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir.)
Spoiler:
 

L'être sembla ensuite éloigner une bougie de son espace de travail. Les inscriptions, qui alors étaient bel et bien présentes, disparaissaient peu à peu... Et l'individu refermait fièrement un ouvrage de fortune qu'il semblait avoir intégralement rédigé de ses propres mains. Heureusement pour vous, les informations sont encore fraîches dans votre mémoire alors que vous vous réveilliez... Et si par mégarde vous ne seriez capable de reproduire ces symboles ultérieurement pour les analyser, vous avez deviné qu'ils se trouvaient à la bibliothèque des mages.

Quand cela a-t-il été rédigé ?
Quels sont les enjeux et les possibles impacts sur l'avenir du monde ?

Ah ! Vous êtes finalement transportés, le décor se dissipent à une vitesse folle et vous voilà dans la peau d'un oiseau, observant un individu, chevauchant seul, sur son noble destrié. Les plus dévoués et les plus informés d'entre vous reconnaîtront Gil Rosario. Mais que diable fait-il seul, probablement en dehors de ses terres ? Et qu'adviennent les quatre autres chefs de clans dont personne ne semble avoir de nouvelles depuis moult semaines dès à présent...? Le monde court-il à sa perte alors que chacun réalise que l'anarchie et le chaos risquent de s'instaurer à une vitesse vertigineuse, malgré la guerre qui est belle et bien présente ?

Les plus vaillants d'entre vous s'intéresseront sans nul doute à ce mystère qui vous laisse sur votre faim, tandis que les gens normaux - et parce qu'ils sont normaux - chercheront à s'enrichir, à écraser leur prochain et à prendre la place de leur chef respectif. Tous les coups sont permis. Qu'importe les mœurs et coutumes de chaque clan, il existe toujours un vilan petit canard quelque part si bien qu'ils soient plus nombreux par endroits...

Prouvez votre valeur, votre réputation si chèrement acquise ou quelque autre composant de votre infâme orgueil en ramenant le monde à l'équilibre qu'il vient de perdre. Car bientôt il basculera et peut-être jamais ne se relèvera...

(Hrp : votre objectif est de comprendre ce qui a été griffonné en "runique". Du moins réussir à obtenir quelque chose de Français. Vos personnages vont se réveiller, possiblement s'excuser mutuellement sans comprendre ce qui s'est passé ou... Parler du rêve qu'ils viennent de faire. A vous de voir !)
Kilÿos Daïlh'Ores
avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 10/10/2011
Age du personnage : 85 ans! Et autour de 25 d'apparence =)!
MessageSujet: Re: Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon] Dim 19 Fév - 16:56

Kilyos faisait bouger sa cheville, en lui faisant faire des ronds au sol. L’homme lui décrit alors la composition de ce remède, plus qu’efficace semblait-il. Il lui expliqua ainsi, lui qui était quasi néophyte en la matière, que ce remède était à base d’Aloés. Et bien que Kivaë lui dise que ce soit notamment pour les brulures, cela marchait aussi dans son cas. Les autres plantes dont il faisait mention ? Cependant, Kilyös commençait à se dire que, pour un humain, il s’y connaissait rudement bien en plantes ; même un peu trop…
Kivaë lui expliqua alors :

« Je ne sais pas si vous êtes pressé ou non mais ma gourde est vide et je vais avoir besoin de chercher de l'eau pour la remplir avant le coucher du soleil. Si vous avez encore du temps, vous pouvez toujours m'accompagner à la recherche d'un coin d'eau. Personnellement je ne connais pas cette forêt. Si pas, alors je vous quitterais »

Oui. En parlant de ça, la sienne aussi l’était. Il jeta un coup d’œil en direction de ses affaires, laissé près du rocher. Il avait bu quasiment toute sa gourde avant que cette personne n’arrive, et il lui faudrait vite se réapprovisionner : l’eau est source de vie. Il regarda vers le ciel. Le soleil ne tarderait pas à se coucher dans quelques petites heures. Mais, il n’avait pas de temps à perdre en réalité. Il aurait pourtant accompagné cet homme avec joie, mais il ne pouvait pas se le permettre. Il devait rejoindre un certain endroit, a la frontière de cette forêt. Là bas, l’attendait un obstacle, qu’il était fermement décidé à relevé ! Il se faisait déjà tard. Il allait ouvrir la bouche pour expliquer à l’homme son incapacité à l’accompagner, quand il fut prit d’un malaise. Un malaise ? Oui, sa tête lui devint lourde, intenable. Il allait s’écrouler. Sa vue se troublait légèrement aussi. Il porta une main à sa tête, et tomba à genoux au sol. Il regarda rapidement autour de lui : le monde était comme… ralentit. Une déformation de l’espace temps ? Impossible… les feuilles des rabres, les fleurs alentours, tout reculait et se repliait. Et puis, plus rien. Le trou noir. Il venait de tomber dans les limbes du sommeil.

Avant même de s’en rendre conte il se retrouvait dans un endroit sombre. Il se sentait léger. Il vit une silhouette un peu plus loin. Un homme capuchonné. Tient ? Un peu comme cet homme qu’il venait de rencontré… Il voulut appeler, mais il ne se fit pas entendre. Il se rapprocha, fit des gestes tout en l’interpelant, croyant que c’était Kivaë. Mais non, rien aucune réaction. Il était comme…invisible ? Il ne se força pas plus, et rapprocha sa tête. L’homme tenait un papier, avec des runes écrites dessus. Tient ? Intriguant… mais, incompréhensible !
L’être éloigna une bougie, les runes disparurent petit à petit devant les yeux ébahit de Kilyös complètement perdu, intrigué et ne sachant que penser. Il était impuissant, comme une entité dans l’espace. C’était vraiment une sensation désagréable. L’ouvrage, gros, se referma alors.

Puis, le néant à nouveau. Tout bougea, se dissipa, et Kilyös se retrouva dans le ciel. Mais… il ne tombait pas ? Il planait ! Un oiseau ! il était dans la peau d’un oiseau ! Et devant lui, un homme chevauchait un dragon…

Brusquement, il reprit conscience. Il ouvrit les yeux, en sursaut. Il était assit sur le même sol qui lui avait parut se désintégré peu avant. Et il avait un terrible mal de tête. Que venait-il de se passer ? Il se sentait étrange. Quelque chose venait de se passer, mais quoi ?Il n'avait aucun souvenir, comme si il venait tout juste de débarquer...
Il regarda les alentours, et son regard se fixa sur une petite fleur rose non loin de lui. Ahh ! Le flash ! Peu avant, cette fleur s’était refermée non ? Un rêve ? Un rêve ! Mais oui il était tombé au sol et avait été transporté dans des contrées imaginaire. Peu être pas d’ailleurs… Il regarda de côté, cherchant cet humain nommé Kivaë, qui était avec lui peu avant. Il le vit un peu plus loin. Et en le voyant, un autre flash : ne l’avait-il pas vu quelque part ailleurs ? Ah ! le rêve ! Un homme encapuchonné griffonnant des runes incompréhensible ! Des runes...Ce rêve, ou du moins, ce « voyage », car il sentait que ce n’était pas un simple rêve : c’était plus que ça… Il ne s’était pas endormis comme ça tout de même, au beau milieu de cette place ! Ce n’était pas lui. Il ne comprenait pas ce qu’il venait de se passé. Mais une certitude : c’était un mystère ! Or, il aimait bien ce genre de chose. Mais celui-ci semblait inexorablement irésolvable…
Il murmura soudain :

« Ces images… elles ne viennent pas de moi… je dois trouver leur source. Qu’est-ce qu’elles veulent dire ? Ces runes... je n'ai pas pu les inventer...»

Il se tortura l’esprit mais c’était impossible de trouver une simple explication à cette sorte de vision. Tout était si compliqué ! Et sans sens à ses yeux…

Il avança vers Kivaë, après s’être relevé avec un peu de peine et ce mal de crane tappant, pour aller s’excuser de sa faiblesse passagère :

« Ah… je suis désolé de m’être ainsi évanoui ! Je ne sais pas ce que j’ai eu… j’ai eu ce mal de tête, puis ces images étranges… ce rêve… Enfin, bref, je ne pourrais pas vous accompagner, vous m’en voyez désolé. Je doit rejoindre la lisière de la forêt au plus vite, vers le nord. Pour un point d’eau, vous en trouverez un à quelques encablures d’ici, vers le sud. Suivez ce chemin si vous le souhaitez, il vous mènera à une source d’eau avec une cascade sortant de la paroi rocheuse. C’est un très bel endroit. Je m’y suis rafraichit à ma dernière halte. Bref, je vous la conseille »

Expliqua-t-il et le conseilla, en pointant de son doigt la direction. Un petit passage dans les fourrée.
Il marqua une pause, puis en reprenant son sac sur le dos, il lui dit alors :

« De plus de mon but, ce rêve qui m’a prit me titille. Je n’aime pas ne pas comprendre. Je vais donc mener une petite quête dans les moyens qui sont à ma porté. »

Il se doutait surement que l’homme en face de lui ne comprendrait rien à ce qu’il venait de raconter, car pour Kilyös, la même chose ne lui était pas arriver.
De plus, une idée lui avait germé dans la tête, en se rappelant de ce que Kivaë lui avait dit plus tôt : bâtir une association avec tout les volontaire de tout les peuples pour promouvoir la paix !


[Hrp: Je suis vraiment désolé pour le retard ><]
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon]

Une rencontre innatendue en pleine forêt? Mais qui est-ce ? [PV: Kivaë Séregon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Edonna :: La guerre des Clans RPG :: Royaume des Elfes :: La fôret