Edonna
<div style="backgroundimage: url(https://redcdn.net/ihimizer/img6/2513/fontcadreconnection.png);">
Bienvenu sur Edonna cher invité !

Le forum est tout nouveau !
En effet, il a ouvert ses portes le 4 juin 2011
Nous somme à la recherche active de membres.

En résumé, Edonna - La guerre des clans s'est :
  • Un forum rpg fantastique heroïque proposant aux membres des intrigues pour avancer dans l'histoire.
  • Un bon niveau de RP : nous demandons 15 à 20 lignes minimum ! Ce forum n'est pas ouvert à tous, on y demande donc un très bon niveau de rp, mais aussi d'orthographe, d'expression et de compréhension écrite et du vocabulaire! Ce n'est pas un forum fait pour les débutants !
  • Les avatars doivent faire obligatoirement 200 x 400 et doivent être de type manga ou image de synthèse.
  • Nous demandons un âge minimum de 14 ans pour s’inscrire : et oui, car avant 14 ans, je ne vois pas quel est l’intérêt d’être sur internet !


Sur ce je vous laisse entrer sur le forum Edonna – La guerre des clans
et vous souhaite une bonne visite en espérant que vous vous y inscrirez !
</div>



 
AccueilS'enregistrerConnexion
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez|

Qui suis-je ? [Pv Amne Lyre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Julia Kyrae
avatar


Messages : 580
Date de naissance : 04/01/1994
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 24
MessageSujet: Qui suis-je ? [Pv Amne Lyre] Jeu 12 Jan - 21:42

Julia venait finalement après plusieurs semaines passés chez les nains à sortir de ce royaume d'ivrognes malhonnête et bruyant. Vêtue d'une longue cape bleue nuit à motifs et runes noirs, de longues bottes noirs à talons qui battaient le sol d'un "tap-tap" régulier et agaçant, les cheveux détachés, volant au bon grès du vent, une brise agréablement douce qui venait caresser la peau délicate de cette nouvelle femme. Sa démarche était sure et noble, les mollets de la femme donnaient du mouvement au long tissu qui couvrait son corps, volant en rythme avec les cheveux. L'humaine était seule au milieu d'une immense plaine, à sa droite il y avait une forêt relativement danse à l'air lugubre malgré que le soleil la frappait de son éclat radieux, à gauche, quelques huttes faites de peaux de bêtes cachées la vue d'un lac couleur azure ou barbotaient des Hommes, sans doute une tribu.. Ils avaient une apparence humaine, le corps tatoué de cicatrices et de longs cheveux attachés.

*Je dois être sur le royaume humain* se disait-elle en souriant de façon radieuse, enfin elle pourrait essayer de se souvenir d'elle-même grâce à sa race qui en savait certainement plus. La jeune femme continua de marcher sur les pierres plates qui formaient le chemin, les côtés de cette route était longés par de petits murs d'une cinquantaine de centimètres faits en roches plates. Elle voulait se rendre à la capitale pour être sur de trouver quelque chose, ces petites constructions ne pouvaient que la mener vers de la civilisation et donc vers la grande ville.. Julia suivit donc ce chemin sans réfléchir d'avantage.
Au loin une femme hurlait auprès d'un homme qui la brusquait, une femme qui devait avoir la trentaine et l'homme la quarantaine, s'approchant lentement, l'humaine bouscula l'homme en tenue de campagne qui sortit un couteau en même temps que la dame.

-Donnes nous ton or !

-Dépêches toi morveuse !

Julia fût pétrifiée un court instant, de peur ? Non.. Certainement d'avoir était assez bête pour se faire avoir, malheureusement pour elle, l'or était bien la seule chose qui lui manquait dans son équipement et elle s'en voulait un peu.

-Je n'ai rien à donner aux mendiants, excusez moi..

-Tu nous prends pour de piètres mendiants ?!

La femme à l'air pauvre tenta d'embrocher la jeune humaine, la vue de cette dernière se troubla, éblouie par le soleil alors qu'elle dégaina son sabre court sans y avoir vraiment consentie, un bruit de lame strident se fit entendre alors que l'éblouissement disparaissait petit à petit pour laisser place à une vue sombre... Tout était sombre, elle plissait doucement les yeux pour tenter d'y voir clair, puis après un vole de corbeaux qui la fit cligner des yeux, tout redevint à la norme.. La femme était couchée au sol, agonisant en se tenant le ventre couvert de sang, son homme à ses côtés.
Julia était paniquée, pétrifiée sur place, lâchant son sabre court en se reculant jusqu'à trébucher pour tomber sur les fesses dans une petite grimace de douleur, comment avait-elle fait ça.. ? Éblouie par le soleil.. Il fallait qu'elle sage qui elle était, c'était sa plus grande préoccupation. Deux choix s'offraient à elle, soit trouver cette mystérieuse femme qui a était la dernière a l'avoir vue, soit rechercher dans la capitale.. Et la capitale lui avait inspiré plus de réussite. Se relevant doucement en attrapant sa lame pour la ranger, elle se mit à courir le plus vite possible, continuant le chemin jusqu'à épuisement.

Le crépuscule tombait, le soleil recouvrait de son voile orangé la faune et la flore du monde, éclairant une dernière fois la cité humaine qui se dressait enfin devant la jeune amnésique, toujours essoufflée de sa course qui lui épatée en découvrant une endurance étrangement développée. S'approchant de la grande porte de bois et métal, deux gardes barrèrent la route en croisant leurs longues lances, l'un d'eux s'avança et retira la capuche de la jeune femme.
-Julia Kyrae, savez-vous que nous avons ordre de vous exécuter si vous osez pénétrer la citadelle ?

-Vous me connaissez... ?

-Évidemment sombre idiote, tout le royaume vous connait désormais, maintenant déguerpissez et plus vite que ça

Julia observa l'homme d'un regard presque admiratif, tout le monde la connaissait ? Elle n'aurait donc pas à chercher longtemps pour savoir qui elle était.

-Je ne le redirez pas une fois de plus !

-Je..

La main de l'homme en armure vola contre la joue de la jeune femme qui tomba au sol faiblement, les regardant d'en bas, se tenant la joue avec sa main, la marque rouge de la main de l'homme dépassait celle de Julia. Ce dernier pointa sa lance vers l'humaine qui fronça les sourcils.


Dernière édition par Julia Kyrae le Mar 24 Jan - 19:52, édité 1 fois
Amne Lyre
avatar


Messages : 70
Date d'inscription : 22/09/2011
MessageSujet: Re: Qui suis-je ? [Pv Amne Lyre] Mar 24 Jan - 7:36

Le but d'une vie vous poussait parfois à faire de bien mauvaises choses. Hmmm quoique...rectification : des choses idiotes. En effet, s'enfuir telle une voleuse que le matin n'a pas réussi à abattre, sans même remercier l'homme qui vous avez, d'une certaine manière, permis de chaparder...qui donc oserait faire cela? Amne, assurément Amne.
Silencieuse, le visage méchamment pâle, elle zigzaguait au milieu des herbes hautes. Lörk ouvrait la marche dans le rôle du protecteur- ou de la sentinelle-, sur ses gardes, sursautant à chaque brise, tournant la tête dès qu'une alouette battait des ailes. Et pour cause puisque Amne était blessée.
Comment? Pourquoi ? Haha, cela serait tellement long à expliquer! Et puis, d'une certaine manière, il ne fallait pas oublier que Amne était douée pour s'attirer les foudres de ceux qui régissaient le monde, là haut, sur leurs gros, gras et capricieux nuages.
Au milieu de l'humidité tenace donc, Amne dût faire plusieurs haltes pour réussir à reprendre son souffle. Elle tentait d'ignorer la sensation de nausée, d'engourdissement; de passer outre la douleur -surtout la douleur- qui devenait difficile à gérer. Pouvait-on mourir de côtes cassées? Parce que là, pour le coup, elle en avait l'intime conviction..

Et c'était pitoyable de la voir ainsi trainer le pas sous un soleil de plomb, sans se reposer très longtemps de crainte que quelque chose ne lui tombe encore sur la figure. Ou pire, que le roi ne prenne la décision de la rechercher dans tout le royaume! (Mais pourquoi le ferait-il ? Non, vraiment, aucun doute que Amne commençait à délirer...)

Après trois heures de plus sous le joug de la marche, le soleil décida enfin de cacher son affreuse chaleur, ce dont Amne l'en remercia. Car, s'il y avait pire que marcher et d'avoir chaud , c'était bien de marcher et d'avoir chaud......et de souffrir le martyre!
Puis, d'abord résolue de continuer coûte que coûte, son visage éclairé par les lueurs oranges du crépuscule se targua subitement d'un profond soupir. Pour peu, elle se serait presque écroulée de bonheur comme victorieuse du plus long marathon qu'on ait connu de mémoire d'homme ; avec pour ligne d'arrivée, devant ses yeux -mais plus loin encore, devant ses tremblements, devant sa fièvre- la porte.
Pas une porte, non non, LA porte! Celle qui s'ouvrait sur le royaume des humains, sur la civilisation, et plus que tout sur des soins. Plus éveillée qu'il y avait quelques minutes, elle secoua sa main dans le vide, geste machinal censé lui donner un peu 'd’énergie', sans quitter des yeux une seule minute l'entrée gardée par deux hommes, ou deux macaques abonnés à leur servilité, de loin elle n'aurait su dire tant ils paraissent grands, forts, aussi larges d’épaules que petit de génie. (trop influencée par son ancienne bataille, sûrement, car voilà qu'elle classait tous les soldats comme idiots maintenant!)

"Lörk......Lörk!" murmura-t-elle entre ses dents. Dans sa joie elle n'avait pas remarqué que son fidèle compagnon n'était pas là. Agacée, elle fronça des sourcils, avançant doucement (de toute manière elle n'aurait pu avancer autrement) prenant gare de regarder où elle posait les pieds -on ne lui avait appris que trop de fois.


"Lörk c'est pas le moment, c'est pas le moment bordel de...." à deux doigts de finir son juron, elle le ravala vite lorsqu'elle vit le timide regard de Lörk clignoter en signe de ralliement....ou peut être d'excuse.
Tap tap tap, le petit dragon se dandina puis, pof pof pof, il s'enroula autour de sa jambe, de son bassin sans jamais poser une griffe sur ses côtes, question de prudence.
Il siffla contre son oreille et pointa son museau vers....


"Le chemin...de dalles?" demanda-t-elle, lassée. Lörk battit des ailes tandis qu'un grillon, puis deux, puis trop se mirent à pousser la chansonnette. Amne avait évité jusque là d'emprunter le sentier de pierres censé désigner le bon chemin à suivre jusqu'à la capitale. Elle trouvait que ce choix la mettait trop à découvert, et puis, dans son état actuel, les herbes valaient bien mieux. (En cas de chute la réception s'avérait plus...moelleuse. Parce qu'il fallait penser à tout, hé!)
Mais pas le choix, l'entrée était belle et bien là dorénavant, et le soleil serait bientôt couché alors..



"D'accord....d'accord." chuchota-t-elle, déplorée.

Avez-vous déjà rêvé d'un endroit lugubre et pesant où, tout au bout d'un sentier vraiment effrayant, se trouvait une sortie lumineuse ?(un tunnel blanc pour ceux ayant sombré trop longtemps, hélas.) Il y a toujours cette irrépressible envie d'y arriver, et de tout faire pour, d'ailleurs! Evidemment, vos jambes vous semblaient lourdes, votre angoisse augmentait aussi mais ce qui n'était qu'un chaste espoir de croire qu'une décision aussi immature que Amne pouvait se solder par un aboutissement tout à fait sécuritaire, devenait une réalité, un 'je l'avais bien dit!" Eh bien, cela, Amne le ressentait vraiment comme un rêve. Sans doute car elle était brûlante , éreintée, affamée...sans doute oui. Oui, oui MAIS voilà, il y a un moment où le rêve se finit par un réveil, ici brutal.
Une silhouette féminine était arrivée bien avant elle. Et le mirage formé par son délire (parce la satisfaction du moment veut que seule la porte et les gardes comptent, et que tout le reste n'existe pas...que tout le reste disparaisse dans la fumée de l'agitation, de la fièvre, et des hallucinations très réussies) se scinda en deux à la manière d'un papier officiel que l'on déchire en des parts égales qui ne veulent plus rien dire.
Bien sûr, cette dame aurait pu la devancer et ne pas l'interpeller. Mais elle s'était arrêtée aux portes de la capitale. Elle s'était arrêtée, et cela voulait tout dire.
Malgré son état, Amne tendait l'oreille à mesure qu'elle avançait, dans l'espoir de pouvoir écouter ce qu'ils se baragouinaient. Et cela marcha.


-Julia Kyrae, savez-vous que nous avons ordre de vous exécuter si vous osez pénétrer la citadelle ?

Et l'autre de répondre

-Vous me connaissez... ?

Le ton admiratif à la fin de sa question laissa Amne interdite. Chacun ses aspirations, après tout si elle rêvait de se faire pourchasser toute sa vie jusqu'à finir cette dernière la tête au bout d'une pique, eh bien...

-Évidemment sombre idiote, tout le royaume vous connait désormais, maintenant déguerpissez et plus vite que ça


Puis, elle n'eut plus besoin de se forcer pour entendre. Amne venait d'arriver aux côtés de ce raffut, au moment même où la jeune fille aussi belle que Amne était moisie à regarder se reçut une trempe en pleine figure. Lörk grogna, Amne passa à côté. Après tout ce n'était pas ses oignons. Elle ne rêvait que d'un peu de repos ..et qu'importe si son dragon n'était pas satisfait de la situation, Amne n'était pas satisfaite de sa situation corporelle non plus pourtant.

Elle pouvait voir la bannière des magasins, les balcons, au delà de ces deux portes ouvertes, prêtes à l'accueillir. Récompense, enfin, récompense et....



"Eh EH! VOUS là!"

Elle s'arrêta, se figea. D'abord, elle se retourna lentement, l'oeil vitreux, le teint d'une pâleur presque irréelle, certaine d'avoir mal entendu. (parce que cette maudite fièvre, vraiment, elle était prête à tout hein?) Mais voyant que le plus idiot des deux la regardait (oui, oui, c'était le plus idiot, point!), elle ramena sa main vers sa poitrine, comme pour mieux se désigner, elle, ou plutôt le reflet d'elle même, totalement éberluée de s'entendre hâlée.

"Oui oui toi! Qui es-tu?"

Bon d'accord, c'était une blague, et de très mauvais goût. Tandis qu'elle essayait de réfléchir à une réponse entre "Je suis une bordel de passante que tu n'as jamais entraperçue de ta pauvre vie auparavant, et qui s'est tapée des kilomètres à pieds jusqu'à s'en foutre une nuée de cloques, une fièvre de cheval, et des côtes presque trop cassées pour pouvoir se ressouder, tandis qu'un pauvre abruti dans ton genre me pose une question aussi dénuée de sens que l'est celle de ta logistique" et "qu'est-ce que tu ne comprends pas dans l'optique de faire correctement ton travail, mon joli?" elle opta pour..

"Je vous laisse en....comité restreint d'accord?"

Elle fit un pas, mais la lance d'un des fameux guignols lui barra la route...et ce n'était pas l'envie de casser son fichu bâton pointu qui lui manquait. Pendant ce temps, Lörk décida de quitter les épaules de Amne pour s'approcher de la jeune humaine toujours à terre. Il se plaça entre elle et le garde responsable de sa joue en feu, dans le rôle du protecteur. Pour Amne, tout cela était merveilleux.
Comment le dire avec plus de lyrisme encore : extatique, voilà, tout à fait... Non mais vraiment, VRAIMENT?


"Qui nous dit que toi, dragonnière, tu n'es pas avec 'elle'" Et par elle il désigna la soit dite renommée 'Julia Kyrae' du menton.

Oui, vraiment.
Julia Kyrae
avatar


Messages : 580
Date de naissance : 04/01/1994
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 24
MessageSujet: Re: Qui suis-je ? [Pv Amne Lyre] Mar 24 Jan - 19:51

Le corps de la jeune femme était toujours à terre, l'horizon avalait doucement les derniers rayons de lumières que le soleil arrivait encore à nos projeter, et plus la vue devenait sombre, plus la vue de Julia s'améliorait, son cœur battait plus vite et un instinct étrange envie son corps. Une femme, fine et à l'air agile tenta de se faufiler par la porte, ce qui attira le regard naïf de l'humaine qui dévoila la position de l'inconnue aux gardes, qui, immédiatement l'interpelèrent d'un ton rauque et sévère.

L'un des gardes, celui qui était le plus massif et visiblement le plus nerveux pointa la femme blessée de sa lance, tendis que le second gardait Julia à porté de son minable pique d'acier, une étrange bestiole vint grimper sur la rôdeuse, un dragon ? Il devait certainement être à cette inconnue. Au moment présent, Julia ne se souvenait absolument pas d'une quelque qu'on que manière de se défendre n'y de s'échapper, la ruse était bien le seul moyen envisageable alors que les protecteurs de la cité commençait à soupçonnait la nouvelle arrivante d'être avec la meurtrière.

-Rappelez moi donc, pourquoi suis-je à ce point recherché ?

-Tu te fous de nous en plus ?! Oh, simplement pour avoir commit un nombre de meurtre aussi bien dans votre nation que les autres qui dépasse de loin la plus part des ennemies, et aussi car vous avez menez un bataillon entier de soldat à une mort certaine ?!

-Ah.. Julia regarda ses mains un moment, couvertes de cicatrices plus ou moins importantes, fronçant les sourcils, ce garde devait certainement exagérer, il faudrait être bien plus recherché que cela pour avoir causé tant de fraude. Et vous osez m'interdire l'accès ? Souhaitez-vous mourir ?

Une hilarité agaçante se déclencha chez les deux hommes, leurs rires gras résonnaient dans les immenses pleines obscure du pays, le garde qui pointait l'inconnue de sa lance se tourna et s'adressa à Julia d'un air moqueur et joyeux

-Cette femme est une véritable ombre, je ne pense pas qu'elle viendrait demander d'ouvrir la porte, la rumeur court qu'elle ne demande rien, mais prend ce qu'elle désire après votre vie.

Un vent froid se leva soudainement, faisant voler les cheveux de Julia au simple grès de cette brise qui la faisait frissonner, le second garde, plus frêle et plus jeune pointa sec cette inconnue en prenant une mine fière, lui ordonnant de ne pas faire un pas sous peine d'être attaquée. La rôdeuse poussa doucement le dragon sur le côté, et se redressa en souriant gaiement, le garde plus robuste frôla de la pointe de sa lance la joue de Julia, un filet de sang se mit à couler le long de cette joue, telle une larme, le soldat, étonné se recula et fronça les sourcils en affirmant que la meurtrière recherchée n'a jamais laissée son sang couler bêtement, rabattant leurs armes, ils se placèrent sur le côté en menaçant les deux filles de meurtre si elles provoquaient quoi que ce soit dans le royaume. L'humaine trouvait cette façon d'agir étrange, une simple goute de sang pourrait changer toute sa vie ?
Passant devant les deux gardes, elle les interpela, l'air un peu plaintif

-Ou puis-je trouver de quoi guérir cette femme ?

Le garde indiqua non loin de là un petit village ou une femme guérissait les personnes suite à des remèdes inconnus, pas très rassurée, la rôdeuse regarda l'inconnue qui semblait souffrir atrocement au point de vaciller dangereusement. Julia s'approcha et prit le bras de la femme dragonnier qu'elle posa sur ses épaules pour l'aider à marcher, l'inconnue pouvait râler autant qu'elle le voudrait, rien ne changerait à cette prise en main.
Marchant donc à pas lent sur le chemin de dalle, on pouvait voir au loin les personnes les fixer, les pointer du doigt, ou encore parler à voix basse dans l'oreille de l'autre, qu'importe, l'heure n'était pas à comprendre quoi que ce soit, mais à soigner cette femme que Julia avait mit en danger sans le vouloir. La brise fraiche les suivaient en même temps que le petit dragon, s'écartant du chemin de dalles pour emprunter un sentier de terre plat qui menait dans une forêt sombre. Déposant la blessée contre un arbre dans un tas d'herbe grasse, l'humaine s'agenouilla devant elle en soupirant.

-Marcher en forêt de pleine nuit n'est pas très envisageable dans ton état, je préférerais attendre le lendemain pour nous remettre en marche... Que dirais-tu de faire connaissance ? Tu as faim ?

La jeune rôdeuse semblait tellement niaise et bête, alors qu'en elle se cachait un prédateur dès plus hostiles, mais cette apparence de fille idiote et naïve lui avait relativement bien réussis pour le moment, non ?
Maître du Destin
avatar
Je suis votre élément perturbateur !


Messages : 12
Date d'inscription : 26/07/2011
MessageSujet: Re: Qui suis-je ? [Pv Amne Lyre] Dim 12 Fév - 16:38

Le monde tourne. Les gens discutent, passent, rient, s'énervent pour des histoires de coeur ou de nourriture pour les plus pouilleux. Les oiseaux volent, chantent, les antilopes broutent, tout se passe dans l'innocence la plus totale de chacun de ces êtres. Et puis, lentement, sans que rien ni personne n'y prête particulièrement attention, l'espace temps ralentit, tout se condense, chaque être vivant ressent la désagréable sensation de s'évanouir. Les paupières s'alourdissent, la tête se met brutalement à tourner, les bipèdes choient doucement sur les genoux, s'allongeant dans la tranquillité la plus absolue qui soit. Les fleurs se mettent à simuler le processus inverse de l'eclosion, se renfermant sur elle-même. Tout, absolument tout se fige. Le monde semble fatigué, ou, alors, quelque chose d'important doit se produire. Les âmes endormies se mettent soudain à percevoir quelques images que voici...

Dans ces décors sombres, un être entièrement dissimulé sous un long capuchon brun et aux mains vêtues de gants de velours noir, griffonnait quelques lignes aux symboles pour le moment indescriptibles. Vous êtes bien là, mais en tant que fantôme. Personne ne vous voit, vous assistez à la scène et vous avez beau crier, votre voix est comme happée par le vide. Les seuls sens en état de marche sont vos yeux et... Possiblement votre cerveau, pour vous remémorer de ces runes une fois avoir suffisamment approché votre tête par dessus l'épaule de cet être mystérieux :

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir.)
Spoiler:
 

L'être sembla ensuite éloigner une bougie de son espace de travail. Les inscriptions, qui alors étaient bel et bien présentes, disparaissaient peu à peu... Et l'individu refermait fièrement un ouvrage de fortune qu'il semblait avoir intégralement rédigé de ses propres mains. Heureusement pour vous, les informations sont encore fraîches dans votre mémoire alors que vous vous réveilliez... Et si par mégarde vous ne seriez capable de reproduire ces symboles ultérieurement pour les analyser, vous avez deviné qu'ils se trouvaient à la bibliothèque des mages.

Quand cela a-t-il été rédigé ?
Quels sont les enjeux et les possibles impacts sur l'avenir du monde ?

Ah ! Vous êtes finalement transportés, le décor se dissipent à une vitesse folle et vous voilà dans la peau d'un oiseau, observant un individu, chevauchant seul, sur son noble destrié. Les plus dévoués et les plus informés d'entre vous reconnaîtront Gil Rosario. Mais que diable fait-il seul, probablement en dehors de ses terres ? Et qu'adviennent les quatre autres chefs de clans dont personne ne semble avoir de nouvelles depuis moult semaines dès à présent...? Le monde court-il à sa perte alors que chacun réalise que l'anarchie et le chaos risquent de s'instaurer à une vitesse vertigineuse, malgré la guerre qui est belle et bien présente ?

Les plus vaillants d'entre vous s'intéresseront sans nul doute à ce mystère qui vous laisse sur votre faim, tandis que les gens normaux - et parce qu'ils sont normaux - chercheront à s'enrichir, à écraser leur prochain et à prendre la place de leur chef respectif. Tous les coups sont permis. Qu'importe les mœurs et coutumes de chaque clan, il existe toujours un vilan petit canard quelque part si bien qu'ils soient plus nombreux par endroits...

Prouvez votre valeur, votre réputation si chèrement acquise ou quelque autre composant de votre infâme orgueil en ramenant le monde à l'équilibre qu'il vient de perdre. Car bientôt il basculera et peut-être jamais ne se relèvera...

(Hrp : votre objectif est de comprendre ce qui a été griffonné en "runique". Du moins réussir à obtenir quelque chose de Français. Vos personnages vont se réveiller, possiblement s'excuser mutuellement sans comprendre ce qui s'est passé ou... Parler du rêve qu'ils viennent de faire. A vous de voir !)
Amne Lyre
avatar


Messages : 70
Date d'inscription : 22/09/2011
MessageSujet: Re: Qui suis-je ? [Pv Amne Lyre] Lun 13 Fév - 19:42

Cette espèce de macaque, tendu comme une arbalète, agitait sa lance sous le nez de Amne, histoire de forcer notre protagoniste à lever ses mains en l'air. Il craignait peut être que Amne lui fasse le coup de 'la-sortie-de-couteau-de-sous-la-poche-de-sa-cape', ni vu ni connu, et hop, blousé! ; malheureusement elle n'avait pas de couteau....et à bien y réfléchir, pas de poche non plus. Elle se tenait donc debout du mieux qu'elle le pouvait, piquée par un sentiment d’ennui général. Elle n'avait plus aucune envie de comprendre la logique de ce que beaucoup nommaient la 'destinée'
Et puis, au fond, elle aurait du s'en douter. Jusqu'ici tout avait été trop facile : la bataille, la blessure, la journée de marche sous le soleil brûlant, il fallait donc que cela finisse en apothéose !

Elle soupira, prenant soin de garder ses mains bien en évidence.




-Rappelez moi donc, pourquoi suis-je à ce point recherché ? demanda la femme.

Amne la regarda attentivement. Elle était belle, très belle même mais elle paraissait aussi être un peu à côté de la plaque . Peut être sa manière naïve de poser les questions comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes et qu'ils partageaient ensemble un thé au coin d'un bon feu de cheminée. Bref, comme elle n'avait rien de mieux à faire que de se tenir immobile avec la sensation de mourir de douleur, elle fit mine de s’intéresser à la réponse.


-Tu te fous de nous en plus ?! Oh, simplement pour avoir commis un nombre de meurtres aussi bien dans votre nation que les autres qui dépassent de loin la plupart des ennemies, et aussi car vous avez mené un bataillon entier de soldats à une mort certaine ?!



Le visage blême, les mains toujours levées en l'air, Amne ricana doucement tout en lançant un coup d'oeil en direction du soldat qui avait parlé, comme s'il venait de sortir une excellente blague. Cette femme ? Commettre un nombre incalculables de meurtres? Hahaha...ha! Il ne pouvait pas être sérieux.
.... il ne le pouvait pas, hein?
Mais l'expression grave sur le visage de cet imbécile en cuirasse fit lentement couler son euphorie pour laisser petit à petit place à de l'incrédulité. Elle regarda le garde numéro un, le garde numéro deux, la nommée Julia Kyrae et finalement Lörk. Est-ce que....est-ce qu'elle était la seule à trouver que quelque chose clochait dans ce tableau? Pourquoi diable est-ce que Lörk protégeait une tueuse sanguinaire à l'apparence cruche? Et pourquoi cette dernière n'était pas capable de se défendre en deux, trois coup d'escrocs et d’acrobaties? Et pourquoi Amne était-elle soupçonnée de conspiration?
Et.....et, oh! Voilà que les gardes abaissèrent leur lance, après que l'un deux ait judicieusement conclus que, peut être, il avait fait erreur sur la marchandise.
Alors voilà ? C'était tout? On vous menaçait au point même que bouger d'un cil puisse vous être fatal et puis on vous laissait repartir en vous prévenant de ne pas faire de bêtises dans la capitale? Comme si ce n'était pas évident, de la part de gardes, d'éviter le chaos dans la ville qu'ils protégeaient. Néanmoins, ce n'était pas Amne qui irait s'en plaindre..tant qu'elle pouvait s'éclipser d'ici au plus vite!
Elle rêvait déjà d'oublier cette journée, tout comme celle d'hier, entre les couvertures d'un bon lit d'auberge, après avoir pris une douche chau.....


-Ou puis-je trouver de quoi guérir cette femme ?

...
..Qu...quequoi? Oh non non non non, temps mort, temps mort! Amne regarda autour d'elle. Avec un peu d'espoir peut être que part 'cette femme', elle désignait quelqu'un d'autre? Mais il n'y avait personne d'autre capable de correspondre à ce terme, futile en tant normal certes! mais qui prenait ici une connotation beaucoup plus lourde de sens .Elle fit un pas en arrière et se surprit à vaciller. Amne ne s'était pas doutée être aussi faible. Elle envoya un brusque regard à Lörk, sorte d'appel à l'aide, et ce dernier la rejoignit derechef. Mais il ne fut, hélas, pas le seul.
Avant même que Amne puisse percuter, l'inconnue l'épaulait déjà.

Elle voulut se dégager mais elle dût se rendre à l'évidence : son corps avait fini par puiser dans ses dernières ressources. C'était bête de se rendre vulnérable en pareil instant. Pas qu'avoir son bras autour de la nuque d'une étrangère soupçonnée de plusieurs meurtres la dérange mais......oui, nan, au temps pour elle, cela LA dérangeait.
Incroyable, au passage, de constater comme les gens qu'elles rencontraient avaient la fâcheuse manie de toujours vouloir l'aider....à moins que cette inconnue l'ait choisie en tant que proie. C'est ce que faisait les tueurs fous, non?
Elle boitilla, les dents serrées, quelques mèches éparses collées sur son front en sueur, tristement résignée à se laisser conduire elle ne savait trop où. Après être passées par la porte en abandonnant enfin les deux mastodontes de soldats, Amne remarqua que, au fur et à mesure qu'elles suivaient le chemin censé les conduire vers le point central de la capitale, certains villageois postés à quelques mètres de là les montraient du doigt d'une façon qu'elle jugeait très puritaine. C'était comme si le fait de les désigner franchement les mettrait eux-même dans une conspiration qu'ils ignoraient et dont ils ne voulaient surtout pas entendre parler.Amne devinait qu'elle ne devait pas paraître très reluisante, même de loin. Oh, à moins qu'il ne s'agisse de cette Julia Kyrae si célèbre aux alentours ? Oui vraiment, cela faisait tâche de se balader, bras dessus, bras dessous avec une possible psychopathe...Enfin, après tout ce n'était pas comme si elle était trop faible pour se défendre..
haha..
....
Elle grimaça au moment de sourire. Puis la jeune fille s'arrêta soudain, et décida de déposer Amne contre un tronc d'arbre. Pour le coup, Amne se sentit très apparentée à une sorte de poupée de chiffon que l'on balade. Les yeux ronds, elle regarda cette joyeuse 'Julia' s'agenouiller devant elle, tandis que Lörk les regardait à tour de rôle, curieux.




-Marcher en forêt de pleine nuit n'est pas très envisageable dans ton état, je préférerais attendre le lendemain pour nous remettre en marche... Que dirais-tu de faire connaissance ? Tu as faim ?

Amne ouvrit sa bouche, s'apprêta à dire quelque chose mais, finalement...la referma. Elle était trop circonspecte par le comportement de Julia pour réussir à lui répondre. Au final, elle jugea préférable de poser une main contre ses côtés avant d'appuyer sa tête contre l'écorce de l'arbre, la mâchoire crispée, le nez levé vers le ciel gris perle. Elle avait mal. Vraiment. Elle ne s'imaginait pas passer une nuit de plus dans le potage, à attendre que cette torture physique finisse par la dévorer.
Pourquoi est-ce que personne n'était capable de comprendre que son unique but était d'atterrir, enfin, au milieu du monde bruyant, des marchés couverts et des pintes de bières fracassées contre les murs?! Là bas, elle connaissait certaines personnes capables de la comprendre, de l'aider. Et ce n'était pas cette vieille dans ce village paumé au fin fond de cette pseudo lisière de la capitale que Amne voulait voir. Non.

Lörk trottina jusqu'à Amne et se blottit contre elle, malheureux que cette expédition soit si longue à entreprendre. Et Amne ne put que l'approuver. Elle inspira profondément. Elle se sentait exténuée, et c'était sûrement la raison pour laquelle elle s'assoupit si brusquement.

A moins que...

Avez-vous déjà su que vous rêviez ? Disons, pour exemple, ne s'est-il pas passé une fois où vous êtiez posté au milieu d'une pièce, d'un paysage, d'un quelque part un peu loufoque tout en sachant que cela n'était pas réel et que vous étiez, sans doute possible, juste en train de rêver ?
Sur le moment, Amne crut presque s'être téléportée. Si seulement l'homme qu'elle regardait lire et écrire ne semblait pas si indifférent à sa présence; mais surtout -oui, surtout cela- si seulement elle s'était sentie habitée par sa douleur! Rien, néanmoins. Comme si ses côtes venaient de s'être ressoudées comme par magie. Enfin, au fond, elle ne sentait pas grand chose, physiquement parlant.

Cet inconnu en capuche, donc, écrivait une longue série de cryptogrammes qui étaient totalement inconnus à Amne. Elle tenta vainement de toucher la page, mais le brusque mouvement de l'homme lui en ravit l'opportunité. Il éloigna la bougie qui éclairait les inscriptions et....le décor changeant, une fois de plus. Cette fois-ci, Amne était au second plan. Son corps avait disparu, ne laissant à son esprit que le loisir de regarder le monde à travers celui d'un oiseau de proie. Elle aperçut, à sa propre surprise, Gil galopant sur son cheval à vive allure. Il semblait déterminé, habité par une envie un peu folle...ou peut être que sa fougue n'avait rien à voir avec cela.

Et puis, plus rien. Juste....rien. Elle se réveilla avec l'impression de sortir sa tête hors de l'eau après avoir été tenue en apnée contre son grès. La grande bouffée d'air qu'elle inspira emmena avec elle la douleur et son injuste part de réalité. Les yeux humides sous le joug de l'élancement de ses côtes si vite revenu, son premier coup d'oeil alla pour Lörk. Il semblait s'être, lui aussi, assoupi une minute plus tôt. En alerte et déboussolé, il lança un regard grave à Amne. Un regard qui voulait dire : toi aussi, tu as vu?
Puis ce fut au tour de Julia de se redresser. Là vraiment, Amne ne comprenait plus du tout. Peut être que la fièvre lui jouait un sacré tour, car sinon comment expliquer que tous trois s'étaient ainsi littéralement écroulés de fatigue? Et quelque chose lui disait qu'ils avaient partagés le même rêve. Disons, celui des inscriptions runiques sur ce livre ; car concernant Gil... son inconscience l'avait sûrement poussée à rêver de lui.

Amne se sentit de plus en plus mal à l'aise. Cette situation semblait la désavantager à mesure que les minutes passaient. Elle lorgna Julia avec réticence, vraiment au bout du rouleau. Amne ne voulait pas rester là, vraiment pas.
Elle déglutit, visiblement exténuée.


"J'ai besoin...d'atteindre la capitale. Je ne peux pas..rester ici, d'accord?"

Et inutile de parler du rêve. Trop de choses étranges venaient de se passer dans un laps de temps si court que Amne n'était même pas certaine de leur véracité. Mais en reparler, c'était un peu comme appuyer là où ça faisait mal. Et elle souffrait suffisamment pour le moment.

Elle tenta de se relever, sans succès. Ses jambes refusaient de faire le plus petit effort. Elle se maudissait, elle et son foutu corps trop fragile. Et Lörk de ne pas bouger d'un iota, plus bouleversé par le rêve que Amne ne l'était. Si seulement elle avait été capable de marcher encore un peu...au lieu de moisir contre le tronc d'un arbre qui devait en avoir ras-le feuillage de servir d'appuie-tête, elle aurait pu comprendre ce que signifiait cet univers de fou..

Elle massa son front brûlant, excédée.


"Je préfère encore aller voir cette vieille...celle censée guérir..ou qu'importe. Si seulement on pouvait..continuer?" et son regard piqué par des étoiles un peu folles, cela dû, entre autre, à la fièvre, de regarder Julia avec sincérité, pour la toute première fois.

"S'il vous plaît.'

Qu'est-ce qu'il ne fallait pas faire, parfois...
Julia Kyrae
avatar


Messages : 580
Date de naissance : 04/01/1994
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 24
MessageSujet: Re: Qui suis-je ? [Pv Amne Lyre] Mer 15 Fév - 15:17

La nuit se faisait de plus en plus calme, la femme dragonnier c'était endormit assez rapidement devant la danse des flammes qui jaillissait du petit bois qui brulait, la chaleur du feu de camp réchauffait à peine les mains de Julia qui les tendait au dessus. Zyeutant chaque minutes qui passait, cette étrange femme qui semblait mal en point, elle s'était endormie en se tenant les côtés, sans doute qu'elle se les étaient cassés, aucune tache de sang n'était visible. Assise, elle décida finalement de se reposer après les heures passés à surveiller l'inconnue, les lames qu'elle posa au sol s'entre-choqua, provoquant un léger bruit strident qui fit paniquer la rôdeuse, sa vue devenait à nouveau bien plus net qu'en plein jour, elle semblait voir plus loin, la noirceurs devenait comme clair, et seul une tache éblouissante lui gâchait la vue, c'était le feu, aussi éblouissant que le soleil lui-même, fermant les yeux en détournant la tête par réflexe. Ses paupières s'ouvrirent à nouveau, et tout était à nouveau sombre, c'était la seconde fois que ça lui arrivait, et elle était de plus en plus effrayée d'elle-même.

Finalement, le sommeil la prit au bord du feu, et rêva d'une chose, qui, n'avait aucun sens et encore moins d'importance, pour le moment. Elle se retrouva ici, ici ? Oui, car elle n'en avait absolument aucune idée, sa vision était troublée, et s'éclaircissait au fur à et mesure, un homme, vêtue tel un moine encapuchonné, griffonnait des inscriptions incompréhensibles sur une page de manuscrit, mais, bien qu'elle semblait ne pas s'en soucier, un sentiment étrange la poussa à retenir ces symboles avant que l'homme ne tourne la page, d'un coup, ce sentiment s'en alla, mais les symboles étaient bien gravés, comme si elle en aurait un besoin vitale plus tard.. Et puis, elle se retrouva finalement dans les airs, en voyait en bas, chevauchant au galop, Gil Rosario, le seigneur humain, elle ne l'avait pas oublier, lui, et avait comme une poussé de son esprit qui l'incitait à la vengeance.

Finalement, elle ouvrit les paupières pour la seconde fois cette nuit, elle ne se souvenait plus du rêve, néanmoins des symboles étranges étaient restés gravés dans sa mémoire, se frottant doucement le front, elle finit par se redresser en apercevant l'inconnue et sa créature, ils semblaient tout deux étonnés, puis la jeune femme regarda la seconde et s'exprima :

"J'ai besoin...d'atteindre la capitale. Je ne peux pas..rester ici, d'accord?"

Julia comprenait bien son choix, cependant, après l'avoir vue essayer de se redresser lamentablement, elle sourit légèrement en voyant qu'elle aurait encore certainement, même tout simplement besoin d'aide.

"Je préfère encore aller voir cette vieille...celle censée guérir..ou qu'importe. Si seulement on pouvait..continuer?"

Son sourire disparut, soudainement, son esprit semblait refuser, au point d'en avoir mal à la tête, ses mains lui brulèrent, les cicatrices semblaient se ré-ouvrir, puis un mot, un simple mot calma toutes ses douleurs.

"S'il vous plaît."

relevant la tête pour croiser son regard, elle avait un regard sincère, qui d'un certain côté lui demandé de l'aide, et a qui elle ne pouvait pas refuser. Lui tendant sa main, elle passa un bras derrière son dos et la releva, plaçant le bras de cette femme sur ses épaules. Son intention était maintenant de mieux connaitre l'inconnue.

-Quel est ton prénom ?

Julia commença à traverser la forêt, elle était prête à défendre et à aider cette inconnue jusqu'au bout. Des bruits d'animaux étranges raisonnaient en échos à travers les arbres, la lumière avait du mal à passer dans ce lieux qui semblait de plus en plus inquiétant au fil du temps, cet endroit était si sombre, que cela aurait été de nuit.. ?
[je te laisse le choix pour la suite]
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Qui suis-je ? [Pv Amne Lyre]

Qui suis-je ? [Pv Amne Lyre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Edonna :: La guerre des Clans RPG :: Royaume des Humains :: Autres lieux