Edonna
<div style="backgroundimage: url(https://redcdn.net/ihimizer/img6/2513/fontcadreconnection.png);">
Bienvenu sur Edonna cher invité !

Le forum est tout nouveau !
En effet, il a ouvert ses portes le 4 juin 2011
Nous somme à la recherche active de membres.

En résumé, Edonna - La guerre des clans s'est :
  • Un forum rpg fantastique heroïque proposant aux membres des intrigues pour avancer dans l'histoire.
  • Un bon niveau de RP : nous demandons 15 à 20 lignes minimum ! Ce forum n'est pas ouvert à tous, on y demande donc un très bon niveau de rp, mais aussi d'orthographe, d'expression et de compréhension écrite et du vocabulaire! Ce n'est pas un forum fait pour les débutants !
  • Les avatars doivent faire obligatoirement 200 x 400 et doivent être de type manga ou image de synthèse.
  • Nous demandons un âge minimum de 14 ans pour s’inscrire : et oui, car avant 14 ans, je ne vois pas quel est l’intérêt d’être sur internet !


Sur ce je vous laisse entrer sur le forum Edonna – La guerre des clans
et vous souhaite une bonne visite en espérant que vous vous y inscrirez !
</div>



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez|

Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Abigaëlle Plume
avatar
~> Je suis une Plume couleur arc-en-ciel <~


Messages : 245
Date d'inscription : 08/08/2011
Age du personnage : 21 ans
MessageSujet: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Mar 9 Aoû - 23:29

La zone des grands lacs, j’y avait passé toute mon enfance avant que je ne déménage avec mes parents dans un autre village. Venir ici avant de partir à l’aventure était pour moi comme un nouveau rituel. C’était grand, vaste, de couleur vert pour l’herbe, et bleu pour les lacs. Ce paysage était vraiment très beau et le quitter me faisait tout de même un peu de peine. Je m’approchai alors au bord de l’eau et y entra, doucement. Elle était fraiche, cela me donna la chair de poule jusque sur les bras. J’avais sur moi une petite gourde en bandoulière. Je la retirai puis la plongea dans le liquide transparent pour la remplir. Je n’avais pris aucune munition chez moi, donc de l’eau était un minimum. Fin prête, je regardai alors tout autour de moi. Il n’y avait personne dans cette zone. A l’horizon, je pouvais voir les montagnes du royaume des dragonniers, la vaste forêt des elfes et de l’autre, en tout petit, la ville principale des humains. Du moins, c’est ce que je pensais. Je n’avais encore jamais quitté ma maison et je me basé alors sur ce que me raconté mon père avant que je ne parte. Non loin de moi, je remarquai alors quelqu’un, accroupi, les pieds dans l’eau. Il était pourtant très tôt, le soleil venait à peine de se lever, et voilà ma première rencontre, sans nul doute, un bestiaire. Pour s’aventurer ainsi sans protection, c’en était forcément un. Je décidai alors de m’approcher de l’inconnu, et d’arriver par surprise dans son dos. A pas de loup, j’avançai sans me faire remarquer, jusqu’à ce que je me retrouve à quelques pas de la jeune femme. Maintenant que j’étais prêt d’elle, j’en étais sûr, c’était bien une femme bestiaire. Je voyais bien dans son dos deux petites ailes roses, perdu dans sa longue chevelure blonde.
    « Tu devrais faire attention, sinon un crocodile va venir te manger les pieds. »

Je me laissais alors rire à ma petite blague de mauvais gout qui avait fait se retourner mon interlocutrice de surprise. Elle semblait très jeune pour se balader ainsi dans la nature, à une heure où le soleil n’était pas encore tout à fait levé. De plus, elle avait les pieds dans l’eau et n’avait pas bougé avant mon arrivé, de quoi attraper froid. Cette jeune demoiselle semblait elle aussi être comme moi, une bestiaire oiseau. Elle me rappela alors ma petite sœur. En y repensant, cela m’hérissa les poils des bras.
    « Est-ce raisonnable pour une jeune fille comme toi d’être dehors à cette heure-ci ? T’es parents doivent se faire du souci, tu ne penses pas ? »

Certes elle me rappelait ma sœur, mais je ne suis pas une fille désagréable au contraire, je préfère plutôt me venger de cette jeunesse encombrante en les taquinant, en les dupant, en leur racontant des bobards qu’ils vont aller croire sans difficulté. Cela me fait rire par la même occasion, donc pourquoi m’arrêter en si bon chemin ? Je m’approchai alors aux côtés de la bestiaire en face de moi. Je ne sentais aucune menace venant d’elle. Elle semblait bien timide en tout cas comparé à moi qui avais le contact facile avec les inconnus. Qui était-elle, et que faisait-elle ici ? De nouvelles questions se bousculaient alors dans ma tête alors que j’attendais une quelconque manifestation de la part du jeune oiseau aux ailes roses.


Dernière édition par Abigaëlle Plume le Mer 10 Aoû - 16:47, édité 2 fois
Noah O'Callaghan
avatar
Le Flamant Rose


Messages : 87
Date de naissance : 24/08/1994
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 24
MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Mer 10 Aoû - 16:36

*Qu’est-ce que les flamants rose trouve de si amusant à passer la journée les pieds dans l’eau?* C’était demander Noah le matin même ou elle avait décidé de tenter cette expérience. Étant elle-même de cette espèce, cette idée ne lui était jamais venue a l’esprit mais comme on dit, il y a un début a tout! C’est avec les deux pieds dans l’eau que la journée commença. Ne sachant pas trop quoi faire, elle se concentra sur le paysage des lieux. Un endroit qu’elle n’avait jamais exploré avant pourtant les herbes qu’on y trouve ici sont si spécial. La petite fille comptait bien y retourner une prochaine fois pour mieux les observer. Pour l’instant, l’activité du jour était resté les deux pieds dans l’eau exactement comme son oiseau consanguin adore faire. Il y a quelques jours, elle avait demandé a son père, qui est aussi a moitié flamant rose, Ce que ca faisait de rester dans l’eau et il lui avait répondu : c’est une expérience extraordinaire que tout animal de notre espèce doit vivre au moins une fois. Je crois qu’ils n’ont pas la même définition du mot extraordinaire puisque depuis qu’elle était la, Noah s’ennuyait a mourir. Jusqu'à ce que ses yeux atteignent une jolie petite fleur inconnue de l’oiseau. Elle ne pouvait plus la lâcher des yeux. Il fallait qu’elle ais la voir la tentation était trop forte mais on disait qu’il fallait rester dans l’eau au moins 24 heure pour voir la facette amusante des deux pieds dans l’eau. Cela faisait déjà 9 heures qu’elle y était plus que 15 a attendre mais la fleur l’appelait presque par la penser sa la rendait folle! Jusqu'à ce qu’une voie se fit entendre derrière elle. Une inconnue se trouvait juste la dans son dos. Il était rare de voir des voyageurs dans les environs. En plus, celle-ci lui avait parlé au lieu de l’attaquer comme dans toutes ses histoires imaginaires. O’Callaghan en déduisit automatiquement que cette personne était d’une très grande gentillesse. Mais la jeune bestiaire pris conscience de ce qu’elle lui avait que quelques secondes après l’avoir entendu.

Des cro… croc.. Des CROCODILES?! Neuf heures dans ce lac entourer de dizaine ou peut-être bien de CENTAINES de crocodile! Pourquoi ne l’avait-il pas attaquer? Il prépare surement la façon dont il allait l’attaquer ou même la dévorée! Ils pensent peut-être que je suis cette sorte d’oiseau qui leur nettoie les dents… Il était hors de question de leur laver les dents. C’est dégoutant et surtout très dangereux. Imaginer que je lui nettoie pour qu’il me laisse la vie sauve mais quand même temps il a une petite faim. C’est une très mauvaise idée. Attendez une minute! C’est les crocodiles ou les hippopotames qui aiment se faire laver la bouche par un oiseau? Vaut mieux ne pas prendre de chance. Son savoir en animaux était beaucoup trop faible. Tout ce qu’elle savait de cet animal c’est : crocodile = mort certaine. Elle se mit à penser que si elle ne bougeait plus, peut-être que celui-ci ne la verrais pas. Donc ses avec ses deux pieds dans l’eau, les yeux grand ouvert par la peur qu’elle resta immobile pas très longtemps puisqu’elle avait oublié son interlocutrice qui était dans son dos. Elle se retourna très vite vers elle. Toutes les couleurs que cette femme avait sur elle la fascinaient. L’inconnu était une personne bien jolie. L’image des crocodiles la dévorant lui parvint a l’esprit. Voyant que le flamant rose ne lui répondait pas, elle lui posa une autre question. Ces parents savent qu’elle tente l’expérience du flamant rose et étaient habituer que leur fille passe des heures dans la forêt il ne c’était jamais inquiété pour elle. Noah n’était plus une enfant. Mais la peur paralysait la bouche de l’adolescente. Les crocodiles l’avaient peut-être entendu parler! Ils devaient attendre le bon moment oui c’est ca!

-Chhhhhhhhhhhhut! Ils vont t’entendre, réussit-elle a articuler.

Le souvenir de sa mère lui apprenant les moyens de survies contre les prédateurs lui vint a l’esprit. *Dans les situations ou tu n’as plus d’autres solution ma fille, fais la morte!* Sans hésitation, elle se jeta sur le dos dans l’eau. Son corps tout mince flotta. Elle devait toucher a l’eau le moins possible. Si elle était restée debout l’animal lui aurait attaqué les jambes. Plus de jambes = incapable de courir, incapable de courir = proie facile pour les prédateurs et proie facile contre les prédateurs = mort assuré. Le peu de courant qu’il y avait fini par l’envoyer sur la rive. Contente d’être sauver de ses créatures un magnifique sourire de fierté c’était afficher sur son visage. Jusqu'à ce que la présence de la ravissante inconnu lui revint a l’esprit. Toujours dans l’eau.

-HEEEEEY! SORT DE LA ET VIIIIITE! LES CROCODILES VONT TE DEVORÉ

*Wow elle est très courageuse de rester la avec tout ce danger!* pensa Noah remplis d’admiration.
Tinyndel Séregon
avatar


Messages : 165
Date de naissance : 02/10/1989
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 28
Age du personnage : 85 automnes
MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Ven 12 Aoû - 14:27

Le soleil se montrait timidement derrière les montagnes au loin. Une douce lumière jaune éclairait progressivement le vaste paysage et ce grand lac vers lequel s'était posé un être de chair. Plus précisément, il était perché sur un arbre parmi d'autres, au tronc plutôt imposant et aux branches suffisamment larges pour s'asseoir dos contre le tronc, les jambes étendues sur la branche. On voyait des oreilles pointues émergées d'une longue touffe blanche comme la neige. La tête, légèrement penchée sur l'avant, entraînait foule de mèches dissimulant le visage de l'être, plongé dans un sommeil profond. Sans doute la journée de la veille avait encore été très fatigante. Et il était tellement fatigué qu'on aurait dit un cadavre en inertie sur sa branche, laissé pour mort. On ne le voyait presque pas bougé malgré sa respiration. Certains oiseaux se posaient non loin pour l'observer. Quelques-uns pour commencer, puis par dizaines, puis par centaines. Parmi eux, certains contemplaient l'être comme une poule contemplait un couteau planté dans la terre ; d'autres approchaient timidement, batifolant prêt des membres postérieurs. Certains avaient même l'audace de donner des coups de bec pour s'assurer que ce mammifère présumé n'était pas sans vie. Il vibra, donnant comme un coup de pied sur la jambe titillée, laissant s'échapper un gémissement plaintif. L'être redressa quelque peu sa tête, toujours endormi. On pouvait voir un visage fin et finalement deviner qu'il s'agissait d'un elfe... Aux cheveux blancs. Tinyndel, pour être plus précis. Il se mit à croiser les bras, toujours autant plongé dans ses rêves, l'expression faciale un peu renfrognée comme pour exprimer qu'il voulait se reposer encore un peu. La lumière du soleil, qui devenait de plus en plus intense au fil des minutes, ne semblait pas l'atteindre.

Non loin, deux curieux personnages chahutaient quelque peu. A leur manière. La nature entendait tout. Aussi un oiseau s'envola, parcourant une cinquantaine de pieds pour batifoler devant Tinyndel à se plaindre via des "cui-cui!" répétitifs, très rapide. Tinyndel, toujours les yeux fermés, agitait légèrement sa main gauche comme pour éloigner gentiment son ami présumé. Lui ne ressentait aucun danger. Dame Nature en elle-même ne le mettait pas en garde. Il se dit que c'étaient des individus passant un peu de bon temps, et voilà tout. Mais ce petit être volant était bien pugnace, aussi appela-t-il l'aide de ses camarades tout proche pour saisir Tinyndel par ses habits et le soulever. Les paupières de l'elfe étaient trop lourdes pour que celui-ci ne se mette à se défendre. Il ne sentit d'ailleurs même pas qu'il était soulevé. Les oiseaux s'y prenaient en effet à plusieurs et ce n'est pas comme si cet individu avait un poids conséquent.


« HEEEEEY ! SORS DE LA ET VIIIIITE ! LES CROCODILES VONT TE DEVORER ! »

Quelqu'un. Quelqu'un avait crié. Pire. Quelqu'un avait hurlé. Les êtres de plumes prirent peur et s'envolèrent se cacher, laissant Tinyndel... en chute libre. Celui-ci se réveilla alors avec de grands yeux et, réalisant, cria, surpris par cette agitation soudaine. Lorsqu'il chut sur le sol, il explosa littéralement telle une bombe à eau. Ce qui ne fut pas moins discret, à vrai dire. Quelques instants plus tard, alors que les deux êtres semblaient s'être approchés de l'endroit où il y avait eu détonation, De l'eau se mettait à se mouvoir sur le sol, dessinant progressivement des pieds fins, puis des jambes, puis un torse et enfin un visage. Le tout reprit peu à peu ses couleurs, Tinyndel était de nouveau matérialisé, l'air perplexe, contemplant son corps de toute part, se touchant même.

* Tiens... J'ignorais pleinement que j'étais capable d'un tel exploit. Moi qui croyais me briser quelque os. *


Il dévisagea rapidement ses deux interlocu...trices. Il affichait un air fâché, impartial. Mais il comprit tout de même qu'il n'était pas en danger. Il ne ressentait pas cette agitation habituelle, provenant de la nature, pour le prévenir d'une quelconque menace. Parmi ces deux êtres, l'un d'eux ressemblait à une jeune fille blonde, affichait un regard plein d'innocence, le tout sous une silhouette fine, gracieuse, dénuée de toute méchanceté. Sa camarade ressemblait davantage à un être humain. Toutefois, la grande variété de couleurs ne permettait plus le doute. Il s'agissait tous deux de bestiaires consanguins, seulement Tinyndel n'avait encore aperçu les deux ailes. Sur le moment, il n'y prêta guerre attention. Il se concentrait sur l'expression faciale de ces deux créatures-là.

« A en juger votre quelconque étonnement... Non seulement il n'y a pas de crocodile, mais en plus je n'ai pas l'air de vous inspirer grand-chose... Je me prénomme Tinyndel, et je parcours vos terres libre comme l'air, avec une flamme de passion mais... J'ai bien plus d'aisance à manipuler l'eau en elle-même. »

Son regard s'était attendri mais resta tout de même un minimum sérieux et impassible. Il affichait un air de questionnement à l'attention des deux bestiaires, comme s'il allait attendre d'elles qu'elles se mettent à prendre la parole.
Abigaëlle Plume
avatar
~> Je suis une Plume couleur arc-en-ciel <~


Messages : 245
Date d'inscription : 08/08/2011
Age du personnage : 21 ans
MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Sam 13 Aoû - 20:15

La jeune bestiaire me semblait bien drôle et elle avait cru ma petite blague à la perfection. Lorsqu’elle me demanda de faire moins de bruit, je laissai échapper un petit rire étouffé puis la regarda tout en me rapprochant. Elle se laissa alors tomber littéralement dans l’eau, probablement cette technique de « faire le mort » au moindre danger. Puis je mis mes pieds dans l’eau, tandis que mon interlocutrice se rapproché du bord ou je me trouvais avec le courant du lac. Puis elle me dit alors de sortir du lac si je ne voulais pas finir mangé par les crocodiles. Je me mis alors à rire de plus belle. Mon ventre commençait même à me faire mal et j’y apporta alors mes mains, comme pour le soutenir et me pliai légèrement en deux. Je repris ensuite mes esprits et la regarda, essuyant une petite larme au coin de mon œil.
    « Haha, ne t’en fait pas, il n’y a pas le moindre crocodile ici ! J’y ai vécu toute mon enfance, et je n’en ai encore jamais vu dans les parages ! »

Je lui souris alors, fière que ma blague ai autant fonctionné et lui fis signe de s’approcher, qu’elle n’avait en réalité rien à craindre de ce qui pouvais sortir de ce lac. Au loin, à la frontière de la forêt j’aperçu quelques oiseaux prendre leur envol. Je me retournai alors à grande vitesse pour observer l’horizon. Je sortis ensuite de l’eau et m’approcha de la zone que les oiseaux avaient fuis, suivit de près par ma semblable. La forêt n’était plus bien loin et on apercevait déjà quelqu’un à terre. Je ma hâtai alors de m’approcher de l’inconnu qui semblait inconscient. Je m’en approchai ensuite doucement, un bâton à la main que je venais de ramasser au sol, et je commençai à le tapoter sur l’épaule. Celui-ci se retourna alors de gêne et laissa apparaitre son visage et ses oreilles. Toute en longueur je compris vite que c’était un elfe. La jeune femme blonde se trouvait juste dans mon dos, méfiante. Je lui murmurai alors
    « Tu crois qu’il est mort ? »

Mais la réponse ne se fit pas attendre et l’homme reprit peu à peu ses esprits devant nous, méfiante. Il se redressa, se palpant, il semblait surpris d’être encore en un seul morceau et qu’il s’étonnait lui-même. Puis, il s’intéressa ensuite à nous. Remarquant mon bâton en main, je me dépêchai de le jeter un peu plus loin, ni vu ni connue, je n’ai rien fait à cet homme avec ce bâton, je vous assure. L’homme nous dévisageât alors puis il nous affirma qu’il n’y avait pas de crocodile dans ces lacs. Puis il se présenta. Il s’appelait donc Tinyndel et expliqua tout un charabia, sur son voyage en nos terres et de l’eau. Un petit silence se fit, puis je lui tendis ma main pour l’aidé à se relever.
    « Et bien moi je m’appelle Abigaëlle mais en général, mes connaissances me nomme Abi. Je suis un bestiaire loriquet a tête bleu, donc pardonne-moi par avance si vous me trouvez un peu bavarde. En voila… »

Malgré la vitesse à laquelle je parlais, disant deux fois plus de mots à la seconde qu’une personne normale, d’où mon bavardage compulsif, je ne pouvais pas ajouter grand-chose en mettant alors en avant la bestiaire à mes côtés, car je ne savais encore rien d’elle, sauf qu’elle était très niaise et croyait tout ce que j’avais bien pu lui dire auparavant. Je la laissai alors se présenter à son tour à l’habitant des forêts qui était maintenant debout. Je ne me gênai pas ensuite pour le questionner.
    « C’est toi qui a fait fuir les oiseau ? Les pauvres, pourquoi leur as-tu fait peur ? Je suis sûr que tu voulais les attraper pour les manger ! Mais tu sais, si tu as faim, il y a d’autres solutions ! »

Enfaite, je ne me souciai pas vraiment de son état physique alors qu’il semblerait venir de tomber d’un arbre, celui dont ses branches étaient au-dessus de nos têtes. A première vue, je pensais donc qu’il voulait attraper mes amis à plumes pour les manger, comme certains humains ou dragonniers peuvent faire dans la nature pour s’alimenter eux et leurs compagnons à écailles.
Noah O'Callaghan
avatar
Le Flamant Rose


Messages : 87
Date de naissance : 24/08/1994
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 24
MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Dim 14 Aoû - 17:36

Elle riait. De quoi cette inconnue pouvait bien rire? Ce lac est infesté de crocodile et elle rit? Les gens n’ont pas tous le même sens de l’humour on dirait! Ou même d’autres rit lorsqu’ils sont nerveux. Cette femme n’a pourtant aucunement l’air d’être nerveuse. Son attitude fière lui approuva le contraire. Continuant de rire de plus belle, le doute s’empara de l’esprit de la bestiaire. Noah ne voyait rien de drôle à se faire dévoré vivante par ce carnivore. Alors pourquoi riait-elle? Tant de questions sans réponses jusqu'à ce qu’elle lui dise qu’il n’y avait aucun reptile dans ce lac. Une simple blague? Haha! Ce n’était qu’une farce! Un immense soulagement envahis son petit corps enfin décontracté après toutes ses émotions qui avait provoqué chez elle une immense panique. Cette blague était tellement drôle qu’une larme coulait de ses magnifiques yeux. Pourtant O’Callaghan ne l’avait pas trouvé aussi amusante. Elle crut qu’elle se ferait attaquer par une de ses bêtes. La peur de sa vie! Rien d’aussi perturbant arrivait normalement dans le coin. C’est en s’approchant de la femme que les doux yeux de Noah aperçurent quelques oiseaux s’envoler dans le ciel. Un jour, ses ailes grandiront pour lui permettre de prendre son envol et de s’envoler loin d’ici, loin de cette vie qui l’ennuyait à mourir. Mais pour l’instant elle était prisonnière de ces terres. Toutes ces rêveries lui fit oublier encore une fois l’inconnu qui c’était diriger vers l’endroit ou les oiseaux venait de s’envoler. Je la suivis de près pour ne rien manquer de ce qui pouvait bien avoir fait fuir ses animaux dotés d’ailes. Un crocodile peut-être? Voyant que celle-ci c’était équiper d’une branche, Noah se cacha derrière son dos de peur que cette chose se jette sur la petite fille sans défense. C’est à ce moment que le flamant rose découvrit de toute petites ailes, de couleurs tout simplement épatantes, dans son dos. Alors cette inconnue est elle aussi une bestiaire! Ravie de cette découverte, un petit sourire se trouva sur son visage remplis d’admiration pour le courage de la femme oiseau. Regardant de temps-en-temps par-dessus l’épaule de cette femme remplis de couleurs, la jeune adolescente finit par y voir une silhouette dans l’eau. Sa nouvelle connaissance toucha l’homme qui ne bougea pas.

Si je croyais qu’il était mort? C’était une très bonne question posé par la bestiaire devant elle. Avant même que Noah puisse réfléchir pour répondre a sa question, le nouvel inconnu repris conscience. De grandes oreilles pointues sortait de la longue chevelure. C’était le premier elfe que la petite bestiaire voyait de toute sa vie. Ses grands yeux mauves ne pouvaient quitter cette nouvelle découverte, remplis d’admiration pour sa race qu’elle trouva si majestueuse et gracieuse. Il prit alors la parole et affirma, lui aussi, qu’il n’y avait aucune carnivore dans se lac. Gêné d’être la seule qui croyait le contraire, Noah répétait le nom de l’elfe pour essayer de bien le retenir. Tinyndel n’est pas un nom fréquent dans les environ de plus que sa mémoire laisse a désiré. Lui apprenant au même moment qu’il voyageait sur nos terres. Wow… Voyager vers l’étranger est quelques choses que le flamant rose a toujours voulu faire. Puis la bestiaire coloré se présenta a son tour. Abigaëlle un loriquet a tête bleu, un oiseau qu’elle adorait. Puisqu’ils se présentaient tous chacun leur tour, Noah les conclu par sa petites personnes.


-Et moi c’est Noah. Noah O’Callaghan, bestiaire mi-humaine mi-flamant rose. Enchanté, dit-elle remplis de gêne devant ces deux nouvelles connaissance.

Mal a l’aise qu’on la regarde aussi longtemps, elle rougit tout en évitant le regard des autres. Noah était tout simplement fasciner par ces deux personnes. L’une très coloré qui s’emblait adoré les blagues tandis que l’autre étant un elfe qui voyage libre comme l’air. Les plus belles rencontres de sa vie et tout ca dans la même journée! Abigaëlle repris alors la parole s’adressant a l’homme. Manger des oiseaux? Ca ne se fait pas du tout! L’adolescente n’avait aucune idée que ca races mangeait les oiseaux. Peut-être avait-il encore faim et qu’il faisait s’emblant d’être gentils avec elles pour pouvoir mieux les attraper puisque les deux étaient des bestiaires a plume malgré la petite taille de leurs ailes. Pourtant il avait l’air bien gentil. Surement un subterfuge. Se méfier ou non? Pourtant la femme bestiaire qui avait pris la parole ne s’emblait pas avoir du tout peur. Une autre blague peut-être? Non il ne faut jamais rigoler avec ce genre de chose!

-Tu… Tu manges d-des oiseaux? Finit-elle par articuler.

Remplis de peur, elle cacha son petit visage derrière le loriquet a tête bleu puisque celle-ci s’emblait beaucoup plus forte et solide qu’elle. De plus, la viande de flamant rose n’est pas très bonne et se digère mal. La branche qu’Abi avait jeté sur le sol un peu plus tôt se trouvait tout près de ses petits pieds. D’un geste rapide, Noah pris la branche et le lança sur l’elfe. Puis, elle alla se recacher derrière l’autre bestiaire de peur que celui-ci ne l’attaque en retour. *Ca lui apprendra a manger des oiseaux!* ce dit-elle fière du peu de courage que son petit corps eux pendant quelques secondes



Tinyndel Séregon
avatar


Messages : 165
Date de naissance : 02/10/1989
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 28
Age du personnage : 85 automnes
MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Lun 15 Aoû - 1:40

Tinyndel feint de ne pas apercevoir la brindille que la camarade aux cheveux violets pourpres et aux lèvres pulpeuse venait d'éloigner en signe de non-agression. L'elfe était compréhensif face à tant de méfiance ; après tout, les temps étaient durs en ce moment. Il se gratta légèrement la tête, passant une main dans ses cheveux d'un geste délicat, regardant ailleurs comme s'il ne prêtait aucune attention à ce manque d'honnêteté. Il accepta la main tendue par la bestiaire pour se relever ; après tout, on ne refuse pas une aide si poliment proposée. On ne scinde pas la branche sur laquelle on est assis, aussi bien à des fins de manipulation qu'à des intentions bienveillantes, ce qui était le cas de Tinyndel. Cette créature se présenta. Elle prétendait répondre au doux nom d'Abigaëlle, accessoirement Abi. Elle précisa quelques traits de physionomie et de personnalité. L'elfe devina qu'elle avait sûrement une paire d'ailes dorsales. Quant à la mise en garde sur sa personnalité, il n'en prit pas compte. Il hocha respectueusement la tête à l'intention d'Abigaëlle. Elle s'empressa de pousser légèrement sa camarade comme pour l'inviter à se présenter.

Elle disait s'appeler Noah O’Callaghan et paraissait plus réservée, voire plus craintive. Tinyndel ne put s'empêcher d'hausser brièvement un sourcil, se demandant d'où pouvait venir la gêne qu'elle éprouvait tant, au point de fuir son regard. Certes, Tinyndel était armé, grand et avait l'air sérieux, de mauvais poil ; mais le peu de paroles qu'il eût émises n'étaient-elles pas pleines de bonnes intentions ? Son intention fut de nouveau détournée par Abigaëlle qui lui demanda si l'elfe n'avait pas la ferme intention de se nourir de ces êtres à plumes, ce qui aurait pleinement justifié le fait qu'ils se soient envolés de peur. L'elfe haussa de nouveau un sourcil, étonné qu'une telle idée puisse un jour germer d'un esprit même aussi pur et innocent que celui de cet enfant. C'est dire s'il ne se demanda pas, pendant un instant, si cette bestiaire ne daignait se moquer ouvertement de lui. Il voulut prendre la parole, mais fut interloquée par l'expression quelque peu horrifiée de Noah, littéralement étonnée, désagréablement surprise, choquée, comme si elle se sentait visée, comme si elle se sentait proie face à un elfe pourvu de malice. D'un simple geste d'auto-défense, elle se hâta sur la branche pour la jeter sur Tinyndel, ce d'une force vaine. Tinyndel avait déjà compris les intentions de l'enfant, mais n'y fit guerre attention et se contenta de pencher légèrement la tête sur la droite, laissant le bâton passer à côté. Il ne ressentit qu'une légère pression d'air, regardant Noah d'un air désespéré qui avait décidé de se dissimuler derrière son amie.

« Drôle de manière de communiquer avec l'autre que voilà. Je ne me nourris pas de ces braves compagnons que sont les oiseaux. Ces derniers voulaient me prévenir de votre présence et s'ils se sont envolés brusquement, c'est parce que vous leur avez fait peur. »


Sur ces mots, Tinyndel leva lentement son bras gauche à hauteur de sa gorge en le pliant, regardant aux alentours d'un regard serein comme pour véhiculer une sensation de sécurité, de bienveillance. Après tout, ces deux enfants étaient innocentes et quelque démonstration était d'or là où le long discours ne valait que brindilles. Un bourdonnement étouffé se fit entendre et un majestueux colibri verdâtre vint se percher sur le bras de l'elfe. Il cligna rapidement des yeux, toisant tour à tour les deux bestiaires, puis se concentrant de nouveau sur l'environnement, le reste de la nature. L'elfe en profita pour caresser légèrement ses ailes, un petit sourire attendrit. Un silence s'était installé. Tinyndel, après quelques instants, haussa un peu plus le bras pour que l'oiseau prenne son envol afin de se repercher non loin.

« Vous voyez ? En absence de peur, nous ne fuyons pas. Je comprends votre crainte, les temps sont délicats et je vagabonde délibérément sur vos terres. Je suis navré de vous avoir causé de telles péripéties ; se dire qu'un individu est capable de composer son régime alimentaire d'oiseaux, surtout quand on a des gênes qui s'y rapportent, ce ne doit pas être agréable. Je m'en vais me reposer plus loin pour ne plus vous déranger, aussi vous serais-je reconnaissant si vous ne me témoigniez nulle autre agressivité. »

Sur ces dernières paroles, il commença à s'éloigner sans prendre la peine de se retourner et commença par se diriger vers un arbre un peu plus distant mais accessible, sur lequel il pourrait grimper pour se reposer davantage.
Abigaëlle Plume
avatar
~> Je suis une Plume couleur arc-en-ciel <~


Messages : 245
Date d'inscription : 08/08/2011
Age du personnage : 21 ans
MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Jeu 18 Aoû - 15:45

Je restais sens voie devant l’homme qui nous assurait de ne pas vouloir manger nos amis à plumes. Je regarda la bestiaire à mes côtés qui semblait abasourdi qu’un oiseau vienne se poser de lui-même sur le bras de l’elfe, mais moi, cela ne m’étonna pas plus que ça. Certaines espèces sont bien plus naïves que d’autres. L’oiseau reprit son envol et on le suivi toute deux du regard. L’homme nous tourna alors le dos, pour retourner se reposer près d’un arbre. Elles avaient été agressives avec l’homme, c’est vrai, quelques excuses seraient de mise mais je n’étais pas de ce genre-là, à m’excuser pour pas grand-chose. Je suivi alors l’habitant des forêts en trottinant.
    « Attends ! Tu ne veux pas rester un peu avec nous ? Tu es un voyageur non ? Tu as du vivre pas mal d’aventure, je me trompe ? J’ai entendu dire que les elfes vivaient beaucoup plus vieux que nous autres bestiaires, tu dois avoir plein d’histoires à nous raconter non ? »

L’homme s’arrêta alors puis se retourna vers nous, d’un air un peu dubitatif. Je venais de lui poser tant de questions, je ne fis moi-même pas attention à tout ce que je venais de dire. Je lui souris alors pour être un peu plus convaincante. Il commença alors à parler, et on lui posa des questions de temps à autres.
    « J’aimerais beaucoup partir à l’aventure moi aussi, mais je ne sais pas encore grand-chose sur le monde qui nous entoure ! Il semblerait que les humains et les dragonniers soit des êtres au sang-froid, comme les serpents, et qu’ils n’hésitent pas à tuer quoiqu’onques se met en travers de leur route. C’est vrai tout cela ? Ou ce sont des histoires que mon père m’a raconté pour me faire peur et éviter que je ne m’aventure trop loin du royaume ? »

J’étais vraiment bavarde. Je me surpris moi-même à parler autant à quelqu’un que je venais tout juste de rencontrer, oubliant pratiquement l’autre bestiaire qui se trouvait à mes côtés. L’homme en face de nous semblait vivre seule, reculer de toutes civilisation. Par chance c’était un elfe, et il savait donc survivre en pleine nature. En parlant de survit je me rappelais alors que ma petite gourde était vide. Je n’avais donc plus d’eau sur moi, chose tout de même importante. Je la saisi alors, l’ouvrit et regarda à l’intérieur. En effet, plus une goute. Je me retournai alors et m’approcha du lac ou nous étions il y a quelques instants avec la jeune fille aux ailes roses. Je plongeai ma gourde dans le liquide transparent et la ressortie une fois pleine. J’avais encore une fois les pieds dans l’eau, ne craignant aucune attaque venant de sous l’eau.
    « L’eau est si fraiche, ça fait tant de bien je trouve ! Je regardai alors le ciel. De plus, il va faire chaud aujourd’hui ! Pas un seul nuage à l’horizon. »

Le soleil c’était maintenant bien levé et ses rayons commençaient à produire une certaine chaleur. Je me rappelai alors d’une chose sur les elfes. Je me retournai et m’adresse de nouveau à l’elfe.
    « Il semblerait, que vous autres, elfes, pouvez manipuler les éléments de la nature, c’est vrai ? Quel est le tien alors ? »

J’étais toujours les pieds dans l’eau, ne faisant plus attention à mes arrières. Mais je sentis alors une présence s’approcher doucement de moi. Un crocodile ? Non, impossible, il n’y en a pas ici ! Mais que cela pouvait-il bien être ? J’eu à peine le temps de réagir qu’un serpent d’eau douce me sauta dessus en jaillissant hors de l’eau et me faisant échapper un cri de surprise. Je ne supportais pas ces bêtes la et voilà que j’en avais une d’accrochée à mon avant-bras maintenant. Mon avant-bras que j’avais automatiquement mi devant mon visage pour me protéger de cette horreur. L’aventure commençait bien pour moi…
Noah O'Callaghan
avatar
Le Flamant Rose


Messages : 87
Date de naissance : 24/08/1994
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 24
MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Jeu 18 Aoû - 17:50

Un oiseau vint se poser sur son bras. Fasciner de cette amitié elfe-oiseau, Noah ne le quittait plus des yeux. Elle n’avait pas une aussi bonne relation avec les flamants roses. De plus, celle-ci n’aime pas beaucoup sa race consanguine puisqu’elle la trouve faible et incapable de faire autre chose que de rester les pieds dans l’eau toute une journée. Pourtant, son père avait totalement raison! Rester dans l’eau pendant quelques heures peut être formidable! Le flamant rose avait déjà deux nouvelles connaissances. Enfin rassurer qu’il n’y ait plus aucun danger dans les environs, sourire aux lèvres dut a cette fabuleuse journée qui n’était pas encore terminé, ses yeux remplis de douceur suivirent l’oiseau des yeux jusqu'à ce que celui-ci se cache dans le magnifique paysage. Tournant le dos au deux jeunes filles, l’homme aux oreilles pointues partait se reposer vers un arbre. Noah resta figer, remplis d’admiration devant la grandeur de son peuple. Le premier elfe qu’elle rencontrait et en même temps, la personne avec le plus beau vocabulaire que ses petites oreilles de bestiaire avait entendu. Pourtant, il semblait si solitaire. Abigaëlle ne le laissa pas s’en aller alors Noah la suivi de près. La femme colorée se mit à parler. C’est vrai qu’elle est bavarde! Sans aucune gêne tandis que la plus jeune bestiaire ne faisait que se cacher dans son dos. En plus d’avoir fais la connaissance de ces deux personnes fascinante, elle apprenait tant sur la race elfique. Premièrement ils sont copain-copain avec les oiseaux et deuxièmement ils vivent beaucoup plus longtemps que nous bestiaire! Tout ce qu’elle souhaitait c’est que celui-ci leur raconte une histoire qu’il avait vécu. Même si cela était très enfantin, la bestiaire adorait les histoires remplis d’aventures extraordinaires et le meilleur c’est que celle-là venait d’un elfe!

-J’adore les histoires! Vous pouvez nous en raconter une si vous voulez… Ce n’est qu’une suggestion comme ca, dit-elle en souhaitant simplement qu’il raconte une de ses fameuses histoires.

Il commença donc à parler. Ses grands yeux mauves ne pouvaient le quitter du regard. Puis ce fit au tour du loriquet a tête bleu de prendre la parole. Partir à l’aventure disait-elle? Noah aussi voulait partir à l’aventure! Loin du royaume bestiaire, suivant la route qui guidera son chemin. Tout en apprenant de nouvelles coutumes. Fuyant les hommes qui lui sembleraient menaçants. Découvrant une tonne de nouvelles plantes a étudié. Rien ne semblait aussi merveilleux. Mais la bestiaires aux ailes jaunes et oranges avait raison : elle ne connaissait rien au monde extérieur. Déjà que celle-ci en savait beaucoup plus que Noah. Elle parla ensuite des hommes et des dragonniers les comparant a des serpents qui serait simplement sans pitié et découperais facilement une petite fille, comme la bestiaire mi-flamant rose, en plusieurs petits morceau. Faire la morte ne serait plus une option à envisager. Les hommes sont assez intelligents pour comprendre ce subterfuge. Le flamant rose en conclu qu’elle n’aurait aucune chance dans le monde extérieur.

Il est vrai que la température était splendide. Le seul inconvénient était son épaisse chevelure que ne faisait que lui donner encore plus chaud. Une petite brise s’occupait de la rafraichir avant que celle-ci ne lui donne extrêmement chaud. Elle suivi la bestiaire jusqu’au bord du lac ou celle-ci remplissait sa gourde d’eau. Regardant en attendant le ciel d’un bleu magnifique. Sa seule envi était de s’envoler pour parcourir cet espace normalement remplis de nuage. Les paroles du loriquet lui la sorti de ses rêveries. Les elfes peuvent manipuler un élément? Son attention se tourna directement vers Tinyndel. Un exemple. Elle voulait voir de ses propres yeux ce dont il était capable. Décidément les elfes sont fascinants!

-Un exemple! Je peux en avoir un? Je peux? Je peux? Je peux? Dit-elle avec une intonation d’enfant accompagné de ses plus beaux yeux.

C’est dans ce moment d’inattention qu’un serpent d’eau douce sauta au bras de la femme bestiaire. N’ayant jamais vue un crocodile de sa vie, Noah fut persuader que ce reptile en était un. Ne sachant pas trop quoi faire dans de tel situation mouvementé, le flamant rose alla chercher cette fameuse branche qu’elle avait un peu plus tôt lancer sur l’homme au oreilles pointues et essaya de frapper le reptile avec pour le faire lâcher prise. Malgré ses efforts, sa force était trop faible pour que le serpent ressente de la douleur. *Cette branche ne sert a rien !* pensait-elle avant de la jeter pour de bon. Découragé, le jeune bestiaire se retourna d’un coup vers l’elfe. S’accrochant a une de ses jambes, elle le supplia d’aider sa connaissance puisque celle-ci en était tout simplement incapable. On ne peut pas dire qu’elle n’avait pas essayé mais maintenant, Tinyndel était son seul espoir.

Tinyndel Séregon
avatar


Messages : 165
Date de naissance : 02/10/1989
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 28
Age du personnage : 85 automnes
MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Jeu 18 Aoû - 22:17

« Attends ! Tu ne veux pas rester un peu avec nous ? Tu es un voyageur non ? Tu as du vivre pas mal d’aventure, je me trompe ? J’ai entendu dire que les elfes vivaient beaucoup plus vieux que nous autres bestiaires, tu dois avoir plein d’histoires à nous raconter non ? »


Tinyndel s'arrêta net. Il ferma les yeux et soupira silencieusement, ne sachant vraiment que faire avec ces êtres qui s'étaient montré quelque peu impatients avec lui. Finalement, il tourna les talons, voyant le sourire radieux d'Abigaëlle. Si bien qu'il était difficile de ne pas succomber à cette petite bouille innocente. Elle n'était pas la seule enthousiaste. Le bestiaire flamand rose semblait d'autant plus enclin à écouter ce que Tinyndel pourrait bien dire.

« J’adore les histoires ! Vous pouvez nous en raconter une si vous voulez... Ce n’est qu'une suggestion comme ça. »

« Puisque c'est si gentiment demandé... dit Tinyndel, se rapprochant un peu de ses interlocutrices, il y a plus de péripéties que de bons moments dans ces quatre vingt années de pérégrinations... Ce ne sont pas des choses à raconter aux enfants. Loin de moi l'idée de vous faire peur. Vous savez comme moi que depuis, allez, environ un siècle, les races se déchirent simplement pour une histoire de trésor. Tout ça parce qu'une rumeur innocemment véhiculée par la race naine a éveillé les esprits conquérant qui sommeillait en l'être humain. Selon les nains, ces trésors dont il est question, ne sont en rien constitués d'or ou de matériaux rares. Nous avons tous du mal à y croire, aussi nous n'avons aucune preuve visuelle. Ainsi les humains se sont mis à parcourir le plus de territoires possibles. Certains chevauchent même à dos de dragon... »


Il fronça les sourcils, fixant tour à tour les deux bestiaires. Lui-même tremblait à l'idée de prononcer un tel mot, évoquant un reptile supposé invincible.

« Et c'est ainsi que nos peuples, bestiaires et elfes, agirent de concert pour repousser la puissance toujours grandissante des humains. Je ne saurais vous dire si nos peuples convoitaient aussi ledit trésor, je n'existais pas il y a cent ans et je sais encore moins ce qu'ont nos chefs en tête. Oh, et puis, tout cela, ce sont des choses que vous savez sûrement. Pour ma part je n'ai rien de mirobolant à vous raconter : j'ai suivi le parcours d'un elfe et j'ai déserté mon peuple à cinquante ans, en pleine guerre contre humains et dragonniers. Depuis je voyage sans but précis, à répandre la paix autour de moi. Et j'espère qu'un jour tout le monde pourra en faire de même, à s'affranchir de ces stupides notions que sont le luxe et la richesse. »


« J’aimerais beaucoup partir à l’aventure moi aussi, mais je ne sais pas encore grand-chose sur le monde qui nous entoure ! Il semblerait que les humains et les dragonniers soit des êtres au sang-froid, comme les serpents, et qu’ils n’hésitent pas à tuer quiconque se met en travers de leur route. C’est vrai tout cela ? Ou ce sont des histoires que mon père m’a raconté pour me faire peur et éviter que je ne m’aventure trop loin du royaume ? »


« Votre père vous protège. Effectivement, bien que les humains soient avides de pouvoir pour la plupart, il y en a d'autres qui ont des préoccupations différentes, comme faire vivre un foyer. Nous sommes tous les mêmes, au fond. Nous nous reproduisons pour perdurer notre espèce et nous éprouvons de l'amour pour nos semblables. Certains humains peuvent être ignobles mais que peuvent-ils bien penser de nous ? Je vous laisse deviner. »


Il regardait Abigaëlle se distraire par sa gourde et s'arrêta de parler. Après tout, lui-même savait que ses paroles pouvaient devenir lassantes à la longue. D'autant plus qu'il n'aimait pas particulièrement parler de choses personnelles, ce pourquoi il rapportait tout à l'Histoire. Il se saisit de sa gourde et but quelques gorgées pour raffraichir sa gorge assechée par ces nombreux mots. Il regarda Abigaëlle s'éloigner pour aller remplir sa gourde. Elle immergea tandis qu'elle remplit sa gourde d'or bleu. Puis elle se retourna, lançant d'un air plus enthousiaste encore :

« Il semblerait, que vous autres, elfes, pouvez manipuler les éléments de la nature, c’est vrai ? Quel est le tien alors ? »


« Un exemple ! Je peux en avoir un ? Je peux ? Je peux ? Je peux ? »

L'elfe afficha un air hésitant. Il perdit son regard sur le sol, comme desespéré d'être pris pour une bête de foire. D'un côté, il comprenait l'étonnement de ces deux bestiaires. Peut-être n'avaient-elles jamais vu d'elfe, après tout. Mais sa réflexion fut perturbée par une quelconque péripétie. Il vit une anguille plutôt imposante s'accrocher au bras d'Abigaëlle. Il s'avançait lentement, quelque peu confiant, alors que Noah s'était précipitée pour battre ce serpent d'eau douce du bâton qu'elle avait jeté à l'elfe aussitôt. Tinyndel les regardait faire, presque amusé.

« Elle a l'air de vous aimer, cette charmante petite bête. Sans doute à cause de vos jolies couleurs, Au moins, je n'aurai pas à chasser... »

Il s'approcha ainsi d'Abigaëlle et saisit le cou du poisson pour le serrer et défaire l'etreinte qu'il exerçait de ses petites dents sur l'avant bras du bestiaire. L'anguille se débattait ainsi du long de son corps, presque à bout de souffle. Tinyndel abréga ses souffrances en la saisissant de son autre main et en lui tordant le cou. Il l'a laissa tomber sur le sol et s'approcha d'Abigaëlle pour examiner la morsure.

« Mh, rien de bien grave, mais nous allons quand même désinfecter les micro-coupures. »

Tinyndel entama un petit rituel. Il s'empara à nouveau de sa gourde qu'il dé-bouchonna d'un pouce et versa quelques gouttes dans la paume de sa main. Il ferma les yeux et incanta quelques paroles en langue elfique. l'eau prit une teinte plus claire et bleutée. Il la versa au compte-goutte sur les micro-plaies qui prirent une teinte plus vive. Sans forcément se refermer. Il raccrocha sa gourde à sa ceinture et se fouilla rapidement d'une main, cherchant en vain... Jusqu'à trouver ses bandages à l'odeur de jacinthe. Il en déroula une partie qu'il appliqua soigneusement sur l'avant bras d'Abigaëlle pour en recouvrir les plaies.

« Je suis né avec l'élémentaire d'eau que j'ai appris à utiliser progressivement. Vous savez, on se débrouille comme on peu avec ça... Enfin, allons chercher du bois pour faire un feu. Cette anguille sera notre déjeuner. Vous aimez les poissons, j'espère ? »
Abigaëlle Plume
avatar
~> Je suis une Plume couleur arc-en-ciel <~


Messages : 245
Date d'inscription : 08/08/2011
Age du personnage : 21 ans
MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Mar 23 Aoû - 15:00

L’elfe s’approcha de moi et saisi l’invertébré par la bouche. Il me retira alors se sale serpent du bras et lui tordit le coup pour l’achever. « Bien fait pour toi » je me dis alors dans ma tête à l’attention de l’écailleux. Il avait tout ce qu’il méritait pour m’avoir attaqué alors que j’avais le dos tournée. La bestiaire qui était sur le rivage était toute paniquée, de peur que je ne meure de cette blessure. Moi aussi j’avais peur, je voyais mon sang couler le long de mon bras, et l’habitant des forêts m’examina. Il semblerait que je n’avais rien de grave, mais il sortit alors de l’eau de sa gourde. La, il nous montra alors pour la première fois son élément élémentaire. C’était l’eau donc, qu’il manipulait avec tant d’aisance. Il la déversa alors sur les trous qui se trouvaient sur mon bras à cause des dents de la bête. Il enrubanna ensuite mon bras dans un linge qui sentait particulièrement bon. L’elfe demanda alors que l’on aille chercher du bois et ajouta qu’on allait manger mon ennemi pour le déjeuner. Une anguille ? Un poisson ? Pourquoi pas, après tout, je n’avais jamais goûté.
    « J’espère que le fait de la manger de va pas nous rendre aussi méchante qu’elle… »

Je ramassai alors ma gourde, que j’avais laissé tomber à terre lorsque je me suis faite attaqué puis sorti mes pieds de l’eau, avant que quelque chose d’autre ne me saute dessus. Je m’approchai alors du flamant rose, et lui déposa ma main sur son épaule pour l’a rassuré, et de ne pas s’en faire autant à mon égard. Après tout, on ne se connaissait que depuis ce matin. Cette petite semblait très affectueuse et s’inquiéter très vite pour les autres. Je l’aidai alors à se relever pour prendre la route vers la lisière de la forêt, non loin de la zone où nous étions. Notre première mission était donc de trouve du bois. On suivit alors toutes deux l’elfe qui était passé devant. On avait laissé notre repas sur place, attendant que l’on revienne pour le manger.

Nos recherches furent rapides. Quelques jours plus tôt, il y avait eu beaucoup de vent, et beaucoup de brindilles mortes se trouvaient alors à terre. Nous avions tous les trois les bras chargés avec le bois et nous revinrent vers les lacs. On déposa tout à terre. Puis je me lançai à la recherche de la fameuse anguille qui ne devait pas être très loin. Lorsque je l’aperçu, je n’eus pas le temps de dire ouf qu’un animal sorti des fourrés. Un renard ! Un renard se rua alors sur le poisson et le saisi avec sa mâchoire. Il reparti e ensuite dans l’autre sens.
    « Hey ! C’est à nous ! Revient ici espèce de voleur ! »

Mes deux compagnon, qui préparaient le feu me regardèrent alors, se demanda probablement se qui se passait. A mon tour, je me tournai vers eux avec un regard désolé. Je pointai du doigt vers la direction où était partie la boule de poils rousse et ajoutai
    « Il nous a volé notre déjeuné ! »

C’était vraiment de la malchance qui m’arrivait là. Je me fais d’abords attaquer par une anguille, puis l’elfe le tua pour qu’on le mange, mais manque de chance, un renard venait de nous le voler sous mon nez. Il était hors de question pour moi de remettre les pieds dans le lac pour pêcher d’autres anguilles. A moins que mes compagnons n’aient une meilleure idée. Poursuivre notre voleur ? Trouver autre chose à manger ? Attraper de nouvelles anguilles sans prendre de risque ? Je ne savais pas trop et restais désemparé devant la situation, toujours le doigt pointé dans la même direction.
Noah O'Callaghan
avatar
Le Flamant Rose


Messages : 87
Date de naissance : 24/08/1994
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 24
MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Mer 24 Aoû - 0:46

Le method de guérison de l’homme des bois l’impressionna au plus haut point. Cela semblait si simple en le regardant faire. Les techniques de Noah était beaucoup moins impressionnante puisque c’était les fleurs qui lui donnaient les bons ingrédients pour créé son médicament. Puis, le guérisseur nous demanda de l’aider a aller chercher du bois pour faire griller ce petit crocodile. Dévorer cette bestiole? Vraiment? Dans son village personne ne mange cette sorte de créature. Même que Noah n’avait jamais mangé de viande. Son père respecte beaucoup son animal consanguin qui ne mange que de tout petit crustacé ou des herbes en tout genre. Ce sera alors un première pour le flamant rose ne voulant pas faire sa difficile face a ce reptile qui avait voulu mange l’autre bestiaire un peu plus tôt. Ce lac était définitivement dangereux! Il n’était pas question qu’elle remette les pieds dans cette eau pleine de reptiles affamés. Décidément, son oiseau consanguin est un animal très courageux pour passer tous les jours les deux pattes dans ce genre d’eau remplis de danger. Abigaëlle posa alors la main sur son épaule pour la rassurer. Noah apprécia grandement le geste puisque pour elle, cela signifiait que la bestiaire aux plumes colorés se préoccupait d’elle, que Noah n’était pas tout simplement la petite fille désagréable toujours dans les pattes.

Notre cueillette de branche se termina rapidement dut a la force du vent du jour précédent. Les bras remplis de petites branches légère, de retour a ce lac diabolique, Noah laissa Tinyndel s’occuper du feu puisque celle-ci n’avait jamais appris a en faire. Elle observa donc chacun de ses mouvements pour s’en rappeler au cas ou sa lui serait utile un jour. Son attention se détacha un peu pour regarder ce que faisait la bestiaire et aperçus au même moment le renard s’enfuir dans les bois. Cette animal avait volé notre déjeuné? Il n’avait surement pas eu le temps d’aller bien loin et le flamant rose s’était déjà fais voler ses crustacés par cet animal auparavant. Ce n’est pas aujourd’hui qu’elle laisserait ce renard volé son déjeuné. C’était alors le moment de leur montré ce qu’elle savait le mieux faire : courir. Ne voulant pas être la petite fille inutile qui se met toujours dans le pétrin.
De ses deux petites jambes, Noah le poursuivi. La jeune bestiaire n’en avait peut-être pas l’air mais elle courait très vite. Surement plus rapidement que ce cher renard. Alors elle continua jusqu'à ce qu’elle soit assez proche pour l’attraper par la queue. Arrêta sa course d’un coup sec, le renard tomba sur le sol surpris que sa fuite fut intercepté. Sous le choc, l’animal chercha ce qui avait bien pu l’arrêter jusqu'à apercevoir le doux visage d’une petite femme. Le regard fâché de la jeune fille croisa celui de la bête.

-On vas faire sa simple toi et moi ok? Tu me donne ce crocodile sans histoire et tout ce passera bien.

Elle ne savait pas elle-même ce qu’elle ferait a cet animal s’il refusait. Étant pacifique de nature, Noah espérait seulement que cet animal au pelage roux le redonne ce qu’il lui avait pris. Le regardant toujours droit dans les yeux, le renard déposa le poisson sur le sol. Son regard devint de plus en plus menaçant lui disant de foutre le camp le plus vite possible. Faisait plusieurs fois le chemin les yeux du renard, le poisson, les yeux, le poisson avec ses propre yeux mauves, Le petit flamant rose pris son déjeuné au pied de l’animal sauvage avant de partir à courir le plus vite possible que ses petites jambes le lui permettais. Mais la bête n’abandonna pas ce poisson et poursuivi la bestiaire. Le renard courrait de plus en plus vite jusqu'à la rattraper. Prise de panique, elle essaya de voler comme dernier moyen de s’en sortir mais ses ailes malheureusement trop petites ne la soulevèrent que de quelques centimètres au dessus du sol. Incapable de diriger cette manière de se déplacer, Noah fonça tête première dans un arbre et grimpa sur la première branche qu’elle put atteindre. Toujours à la poursuite de sa proie, l’animal s’assis au pied de l’arbre et se mit a attendre. Elle avait voulu faire bonne impression devant ses nouvelles rencontres et servir a quelque chose mais encore une fois, elle était prise au piège.

-Hum… À l’aide? Abigaëlle? Tinyndel? J’ai besoin d’aide!

Tinyndel Séregon
avatar


Messages : 165
Date de naissance : 02/10/1989
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 28
Age du personnage : 85 automnes
MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Mer 24 Aoû - 13:57

Le trio était de retour sur place, les bras chargés de brindilles ainsi que de buches plus conséquentes. Tinyndel ordonna de les déposer sur un endroit commun. Le tas était relativement conséquent. L'elfe en profita pour extraire deux brindilles suffisament grandes et larges. Il dégaina son sabre pour y entailler une rainure sur chaque afin de les y planter de part et d'autre du tas de morceaux de bois. Il disposa soigneusementl'ensemble de sorte à trouver un endroit où le tout pourrait prendre feu. Il se saisit d'une autre brandille qu'il mit à la verticale et qu'il fit tourner très rapidement entre ses mains, provoquant une petite fumée à la base des morceaux de branches. Mais il s'arrêta un instant, alerté par le bestiaire perroquet de la présence d'un renard qui tenait dans sa gueule l'anguille qu'ils avaient pêchée. Il regarda tour à tour Abigaëlle puis Noah qui s'élança à la poursuite du vulpes. Conscient de la vitesse de Noah, il ne paraissait nullement inquiet au premier abord. Il se focalisa de nouveau sur le feu qu'il essayait de générer, continuant de tournoyer. La fumée était de plus en plus importante alors que l'odeur de soufre se faisait de plus en plus sentir. Il entendit Noah réclamer un crocodile, au loin. Puis, quelques instants après, batifoler non loin, ainsi que des bruits de pattes à la course. Il regarda alors en direction de Noah qui s'était retrouvée perchée alors que cette espèce de fennec la regardait d'un air vilain tout en se léchant les babines. L'elfe ne put s'empêcher d'esquisser un sourire qu'il dissimula à Abigaëlle. Il afficha de nouveau son air froid et impassible et se redressa, s'avançant lentement en direction du renard qui le fixait dès lors.

« Sois gentille, brave créature. Cette anguille ne t'appartient pas et tu sais très bien chasser ce qui se trouve à ta portée. Donc fais-moi le plaisir de t'en aller avant que je ne me fâche. »


Au fur et à mesure que l'elfe mettait un pied devant l'autre, le renard reculait de sorte à maintenir une distance raisonnable. Mais cela ne l'empêchait guerre de tourner autour du tronc où se trouvait Noah, aussi tenta-t-il, dans une course soudaine, de s'agripper au tronc après avoir filé entre les jambes de Tinyndel. Mais son ascension fut vaine, aussi s'écarta-t-il de nouveau tout en rodant et cherchant une nouvelle ouverture. L'elfe jeta un œil à Noah qui était paniquée, et hocha la tête positivement à son attention pour lui dire de se détendre. Il s'empressa de mettre fin à ce calvaire en claquant des doigts de sa main droite, faisant apparaître une magnifique petite sphère aquatique en inertie sur sa paume. Il pivota la paume de sa main de sorte à ce que la paume se retrouve perpendiculaire au sol et tendit vivement son bras, propulsant la sphère d'eau glacée sur le museau du renard. Celui-ci couina et s'enfuit dans les buissons de peur. Alors que Tinyndel l'entendit partir au loin, il se dirigea vers Noah pour l'aider à descendre.

« J'aurais pu le tuer aussi mais, croyez-moi, ces bêtes-là ont très mauvais goût. Désolé pour cette petite négligence de ma part, j'aurais dû faire attention et je n'ai pas l'habitude de faire face à cette partie de la faune dans mes aventures. »


Il prit l'anguille que Noah lui tendit, puis revint à son feu sans dire mot de plus. Il attrapa une dernière branche fine et suffisamment longue. Il dégaina de nouveau une partie de son sabre pour affuter la petite branche. Il se saisit de nouveau du poisson, l’empalant soigneusement le long du cors et le tassant de sorte à ce qu'il tienne le long du morceau de bois. Enfin, il se remit à son labeur d'allumage de feu, chose qu'il n'aimait pas particulièrement faire - peut-être parce que certains de ses congénères manipulateurs de feu y arrivaient avec une facilité déconcertante. Au bout d'un petit instant, les brindilles et morceaux d'écorces prirent feu. Tinyndel plaça l'anguille sur les deux branches taillées afin de la tenir suspendue au-dessus des flammes grandissantes.

« Vous me direz ce que vous en pensez. Si cela vous plaît, j'essaierai d'en attraper une ou deux autres. »


Il ne put s'empêcher de regarder Abigaëlle et son bandage, mais toujours avec ce même air froid. Comme s'il voulait lui faire un clin d’œil mais, alors, très implicite...
Abigaëlle Plume
avatar
~> Je suis une Plume couleur arc-en-ciel <~


Messages : 245
Date d'inscription : 08/08/2011
Age du personnage : 21 ans
MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon) Lun 29 Aoû - 16:04

Le renard eut à peine le temps de partir, et moi de le signaler aux autres, que la bestiaire flamant rose était déjà sur ses trousses. Je commençai alors à la suivre au cas où ils ne partent trop loin. Mais à ma grande surprise, Noah rattrapa le goupille bien plus vite que je ne l’aurais cru. J’observais alors la scène de loin, pour en pas faire fuir l’animal de nouveau. Cette jeune bestiaire se défendait plutôt bien, et elle récupéra le serpent sans mal. Elle repartie alors dans l’autre sens, dans ma direction, en courant, ce coup-ci, c’était le renard qui la coursait. Elle semblait plutôt bien se débrouiller, je tournai le dos et retourna vers l’elfe qui était resté près du feu. Non loin de lui, on entendit alors un appel à l’aide dans mon dos. Je me retournai et chercha Noah du regard. Mais personne, juste le renard au pied d’un arbre. Tinyndel passa alors à côté de moi pour aller l’aider. Je leva la tête, et remarqua alors qu’elle était dans l’arbre. L’elfe avait maintenant fait fuir la bestiole rousse et revint avec ma congénère.

On s’installa ensuite tous autour du feu. Le serpent était en train de griller sur un bâton. Une fois roussi, l’elfe nous le présenta, à Noah et moi. On se regarda alors toute deux, une petite grimace sur le visage. Je saisi le bâton, tiède, et mordis alors dans le corps tout allongé de l’animal d’eau douce. Je fermai alors les yeux, fronçant les sourcils, pensant que le goût allé me déplaire, me forçant presque à manger cette chose qui m’avait attaqué. Je tendis alors le morceau de bois à Noah qui le prit et mordit à son tour. Je mâchais alors cette viande, qui était nouvelle pour moi. A ma grande surprise, ce n’était pas si mauvais que ça, c’était même bon. Je laissa alors échapper un petit bruit de contentement, gardant les yeux fermé, mais els très de mon visage c’était relâchais. Je vida alors ma bouche et regarda l’elfe.
    « C’est très particulier, mais très bon ! Pouvez-vous nous montrer comment en attraper d’autre ? Je pense en remanger durant mon voyage ! »

Je remarquai alors le regard qu’avait l’homme sur moi, sur mon bras, celui qui était pensé. Je regardai à mon tour mon membre, un petit sourire au coin des lèvres. Regardant de nouveau l’elfe, je me devais rassurante.
    « Ne vous en faites pas pour moi, je n’ai plus du tout mal ! Vous m’avez très bien soigné ! »

Malgré son air froid sur le visage, l’homme semblait tout de même bien veillant. Je me retourna alors vers la bestiaire qui mangeait l’anguille. Qui la dévorait plutôt ! Elle semblait aimait ça, au point de ne pas nous en laisser. Je me jetai alors sur elle.
    « Hey ne mange pas tout ! Moi aussi j’en reveux ! Et Tintin n’a pas encore mangé ! »

Je m’arrêtai alors, étonné de ce que je venais de dire. « Tintin ». Je le connaissais à peine, et voilà que je lui avais déjà trouvé un diminutif. Je le regardai alors avec des yeux de chien battu, comme pour m’excuser de ma gaffe. Allait-il m’en vouloir de l’avoir appelé ainsi ? J’avais alors un sourire gêné sur le visage. J’avais le contact facile, et me rapprochait très facilement des gens, au point de ne plus trop savoir comment les appeler par moment. Les vouvoyer, les tutoyer, je me perdais par moment dans ces principes la, de toujours être correcte avec les gens plus âgés que moi. Et par moment, je me loupé, et être trop familière avec mes aînés.
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon)

Les pieds dans l'eau (PV = Noah O'Callaghan & Tinyndel Séregon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Edonna :: La guerre des Clans RPG :: Royaume des Bestiaires :: Les grands lacs